Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Uncategorized’ Category

En ce début janvier, j’ai envie de revenir sur quelques-unes des très belles lectures faites tout au long de l’année 2020. J’ai mis de côté les bandes dessinées, les albums, les romans jeunesses, les polars et les romans graphiques pour me concentrer sur les romans.

Pour dresser ce palmarès ou best of comme vous préférez, j’ai choisi non pas mes douze plus belles lectures de l’année mais un roman par mois de l’année. Ce pêle-mêle est représentatif de mes habitudes de lecture puisque vous y retrouverez principalement des romans historiques, mon genre de prédilection et mon péché mignon.

Comme je n’ai retenu qu’un titre par mois, plusieurs de mes coups de coeur ont été laissés de côté, sinon cette sélection aurait été bien trop longue mais je tiens néanmoins à les citer ici : Miss Charity, Sonate pour Haya, Une vie entre les pages, Les heures indociles, Forte tête, La rose et le bourreau, Les mondes de Sam, Du rififi au Camboudin, Au petit bonheur la chance !, La vallée des poupées, Les yeux de Sophie, Les sorcières de Pendle, Un jour en décembre.

Janvier : Le diamant de St Petersbourg de Kate Furnivall

Durant cinq cents pages, pas de temps mort et aucune longueur, l’autrice nous raconte par le menu comment la révolution russe va peu à peu, après le dimanche rouge du 9 janvier 1905, gagner le peuple russe pour aboutir à l’abdication du tsar et à la confiscation du pouvoir par les bolcheviques. Une héroïne fort et courageuse comme je les aime que j’ai eu plaisir à suivre tout au long de ce roman fleuve où les péripéties sont nombreuses.

Février : Un parfum de rose et d’oubli de Martha Hall Kelly

Une bonne fresque historique qui décrit la vie en Russie pendant la Première Guerre mondiale et qui dépeint la situation politique de cette période parfois âpre à appréhender. L’histoire fait la part belle aux femmes, ce sont elles qui sont les héroïnes de ce joli pavé, qui sont le mieux décrites et le plus développées. J’espère avoir l’occasion de découvrir Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux en 2021 !

Mars : Lettres de Washington Square de Anne Icart

J’aime beaucoup les histoires où les non-dits et les secrets de famille sont présents et ici je n’ai pas été déçue. Ce récit axé sur l’amour paternel, l’exil et l’espoir, se lit avec une certaine avidité, entrecoupé des lettres si touchantes de Baptiste, je n’en ai fait qu’une bouchée. Un récit très émouvant qui m’a fait versé bien des larmes, une fois ma lecture achevée et auquel je repense souvent, signe qu’il m’a bel et bien marqué et que je le relirai un jour !

Avril : Belle-Amie de Harold Cobert

Avec Belle-Amie, Harold Cobert nous propose de retrouver Bel-Ami, le héros emblématique de Guy de Maupassant. En glissant ses pas dans ceux du maître et en nous entraînant dans le Paris de la fin du XIXe siècle, Harold Cobert nous donne à lire une suite haletante au chef-d’œuvre de Maupassant. La plume d’Harold Cobert est magnifique, d’une grande qualité littéraire et le dénouement, bien qu’un peu abrupt, m’a satisfaite je dois bien l’avouer.

Mai : Les secrets de Cloudesley de Hannah Richell
A l’instar d’Eve Chase, Daphne du Maurier ou Kate Morton, Hannah Richell entremêle dans son troisième roman, les voix de deux femmes pour conter une histoire de famille et de secrets, mais aussi d’amour, pleine de passion et de drames. Drames, secrets, sacrifices, souffrances, violences, secrets de famille, amour et séquelles de la guerre sont au cœur de ce roman, je l’ai dévoré de la première à la dernière page et quitté Cloudesley à regret !

Juin : Le retour du capitaine Emmett d’Elizabeth Speller
Au lendemain de la première guerre mondiale, ce roman évoque le douloureux destin des hommes fusillés pour l’exemple mais aussi les rescapés de ce conflit mondial. Formidable roman à suspens absolument captivant, il a tout pour plaire aux lecteurs et lectrices féru(e)s de récits historiques : une plume fluide, une histoire très bien documentée, portée par des personnages complexes et attachants que sont Laurence, Charles, Mary, Eleanor et tous les autres protagonistes.

Juillet : Les Thibault 1 de Roger Martin du Gard
À travers les destinées de deux familles bourgeoises, les Thibault et les Fontanin, Roger Martin du Gard évoque la France de la Belle Époque qui va sombrer dans le premier conflit mondial. Héritier de la tradition naturaliste Roger Martin du Gard brosse un tableau sans complaisance de la société tout en mettant au premier plan le vécu et les pensées des protagonistes, saisis avec une grande finesse psychologique dans le tissu des détails qui font le quotidien.

Août : La vie rêvée de Violet Grant de Beatriz Williams
Beatriz Williams, d’un plume vive et enlevée, nous propose une histoire formidable portée par des héroïnes fortes et loin d’être potiches. La première est apprentie journaliste et vit à fond les sixties, la seconde est physicienne et travaille dans le sillage d’Albert Einstein ! Ce roman est un véritable page-turner, l’autrice y distille rebondissements et révélations inattendues tout au long du récit et on ne s’ennuie pas une seconde, au contraire, il aurait été plus long, cela aurait été encore mieux !

Septembre : Never mind de Gwenaële Robert
Avec un brio remarquable, Gwenaële Robert saisit ce moment exceptionnel où un nouveau régime s’installe alors que le sang de la Révolution n’est pas encore sec. Au coeur de ces remous, elle se plaît à imaginer le quotidien d’anonymes qui ne mesurent pas toujours l’ampleur des événements politiques dont ils risquent d’être victimes. C’est peu dire que j’ai aimé ce roman : il contient tout ce que j’attends d’un roman historique ! Cette période de l’histoire n’est pas ma préférée mais Gwenaële Robert a un tel talent de conteuse, une plume que j’aime et admire tant, qu’elle peut m’emmener où elle veut, je la suis aveuglément !

Octobre : Sauveur et fils saison 6 de Marie-Aude Murail
Chaque saison est un coup de coeur, Sauveur devait faire partie de ce top tant j’adore cette saga ! L’auteure nous dépeint comme personne la souffrance des adolescents et des adultes confrontés à ces différentes situations avec tellement d’intelligence que ce n’est jamais plombant pour le lecteur, c’est admirable de finesse et de talent, comme toujours chez Marie-Aude Murail. Et la galerie de personnages est tellement savoureuse, il faut absolument lire Sauveur !

Novembre : Le crépuscule et l’aube de Ken Follett
Dans ce préquel à sa plus célèbre saga inaugurée avec Les piliers de la terre, Ken Follett nous propose une formidable épopée où se mêlent vie et mort, amour et ambition, violence, héroïsme et trahisons. Une belle brique de près de 900 pages dont je n’ai fait qu’une bouchée tant il m’a happée dès les premières pages ! Il faut bien reconnaître à Ken Follett, un talent indéniable de conteur qui sait nous prendre dans ses filets pour ne plus nous lâcher jusqu’au point final. Un décor historique de qualité, des intrigues bien bâties, pleines de retournements de situations et de suspens, des complots en veux-tu en voilà, des méchants haut en couleur qu’on adore détester.

Décembre : Le réseau Alice de Kate Quinn.
Un roman historique passionnant sur un réseau d’espionnes français qui a réellement existé. Sur deux temporalités, en 1915 et en 1947, nous suivons Eve Gardiner, une ex espionne et Charlie, une jeune américaine à la recherche de sa cousine Rose dans la France d’après guerre. Une histoire bouleversante sur la résistance et ses héroïnes courageuses.

J’espère que ce bref aperçu de mes plus belles lectures de l’année vous a plu et donné envie de vous plonger à votre tour dans ces romans, tous très réussis ! Et vous, quels sont les romans qui vous ont fait vibré en 2020 ?

Read Full Post »

Janvier vient juste de commencer et il est grand temps pour moi de vous dévoiler le bilan de mes lectures de décembre. Un mois marqué par des titres hivernaux ou noëliques mais pas que ! Au cours de ces quatre dernières semaines, j’ai lu six-sept titres (+7 albums pour les petits) : 10 achats, 1 emprunt et 13 services de presse.

Des romans policiers, historiques ou contemporains, de la jeunesse et des graphiques sont venus ponctuer cet ultime mois de 2020 avec de plutôt très belles lectures à la clé, même si j’ai eu aussi des déceptions.

La plupart de ces lectures a déjà fait l’objet d’une chronique, les autres le seront dans les prochains jours. Comme d’habitude, j’ai pioché allègrement dans ma pal mensuelle, preuve que concocter ces petites piles à lire me conviennent bien même si je m’en écarte aussi.

On commence par les policiers et deux déceptions : Un Noël plein d’espoir d’Anne Perry et La disparue de Noël de Rachel Abbott. Heureusement, mes retrouvailles avec Loveday & Ryder furent excellentes à l’occasion de ma lecture de Meurtre en coulisse de Faith Martin un cosy mystery que j’adore. Et le temps d’une nouvelle je suis retournée à Carsely avec Le Noël d’Agatha de M.C Beaton dont je vous parle demain !

On continue avec les romans historiques et Le réseau Alice de Kate Quinn, une histoire passionnante basée sur un réseau d’espionne ayant réellement existé pendant la première guerre mondiale. Et des titres plus contemporains avec Sur ma liste de Rosie Blake et Un jour en décembre de Josie Silver, deux très belles surprises qui m’ont bien mises dans l’ambiance de Noël. Déception pour le recueil de la TeamRomCom, Noël actually, que j’ai trouvé dans l’ensemble sans intérêt. Changement de registre avec En cas de problème, le sixième opus réussi de la série des Chroniques de St Mary de Jodi Taylor.

Côté classiques, une anthologie que j’ai beaucoup aimé et que j’ai lu comme un calendrier de l’Avent : Les grands écrivains racontent Noël.Malheureusement, je suis passée totalement à côté de Christmas pudding de Nancy Mitford dont je n’ai guère goûté l’humour et qui ne m’a pas du tout intéressée au point que je l’ai terminé en diagonale.

Place à la jeunesse avec Minuit-Cinq de Malika Ferjoukh, un merveilleux conte de Noël pour les 6 / 8 ans et pour les plus grands : La maison aux 36 clés de Nadine Debertolis, une histoire dans un vieux manoir plein de mystères. Un titre historique pour finir : La capucine de Marie Desplechin, un roman très intéressant ! Et enfin, une courte enquête historique bien sympathique : Le diamant du dieu Crocodile d’Evelyne Brisou-Pellen.

On passe aux albums qui sont venus ponctuer le temps de l’Avent : Mes beaux sapins de Rascal & Peter Elliott, Le Zou de neige de Michel Gay, 3 histoires de Noël du Père Castor, Le Noël de Pop d’Alex Sanders & Pierrick Bisinsky, Les Couzz de Fanny Joly & Eglantine Ceulemans et La veille de Noël au pays des merveilles de Carys Bexington & Kate Hindley. Et enfin, un album tout doux : Lucky Joey de Carl Norac & Stéphane Poulin.

Et pour conclure, deux graphiques. Un voyage graphique onirique et magique : Les renards de feu, premier tome des Voyages de Lotta de Marie Zimmer et Elena Bia. Et un roman graphique historique très intéressant : Peau d’homme de Hubert & Zanzim.

Et vous, quels sont les titres qui vous ont fait vibrer ou déçu en décembre ?

Read Full Post »