Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘adieu jacques expert’

2001, Châtenay-Malabry. Une mère, son fils et sa fille sont retrouvés assassinés à leur domicile. Une famille apparemment sans histoires. Le père est porté disparu. Est-il lui aussi victime ou bien coupable ? Les recherches s’organisent, sous la direction du commissaire Langelier. Un mois plus tard jour pour jour, c’est au tour d’une seconde famille, tout aussi ordinaire, d’être abattue dans des circonstances identiques. Là aussi le père est introuvable. Presse, politiques, police, les avis sont unanimes, un tueur en série est à l’oeuvre. Seul Langelier s’entête à concentrer tous ses efforts sur la piste des pères, qu’il soupçonne d’être à l’origine des massacres. Devant son obstination et son manque de résultats, son supérieur et ami, le commissaire Ferracci, est obligé de lui retirer l’affaire. Commence alors entre les deux hommes un combat larvé, chacun s’efforçant de démontrer sa propre vérité, un combat qui tourne bientôt à l’obsession et qui ne prendra fin que dix ans plus tard avec la révélation d’une incroyable réalité.

adieu-jacques-expertauteur-éditeur-pages

Emprunté samedi à la médiathèque, je viens tout juste de finir Adieu de Jacques Expert, qui avait suscité mon intérêt dès sa sortie. J’ai littéralement avalé les pages mais au final ce roman me laisse un goût amer dans la bouche. J’aurais tellement aimé dire que je l’ai adoré ce polar mais ce n’est pas le cas. Les critiques ont été dithyrambiques, tant dans la presse que sur les blogs, mais moi je trouve les ficelles de Jacques Expert un peu trop grosses. Un honnête thriller certes, l’auteur a du talent, ça ne fait pas de doute, mais c’est vraiment loin d’être un chef d’œuvre du genre.

L’histoire s’inspire directement de l’affaire Dupont de Ligonnès, ce nantais soupçonné d’avoir tué sa femme et ses quatre et qui depuis court toujours. Tout commence par le premier meurtre d’une famille, des gens bien sous tous rapports, qui en apparence ont tout pour être heureux. La femme est retrouvée égorgée et ses deux enfants, étouffés. Le père est introuvable. Le commissaire Langelier est chargé de l’enquête, c’est un policier à la carrière honnête mais qui n’a aucun coup d’éclat à son actif. Il y met du sien mais il patauge. Un mois plus tard, jour pour jour, rebelote, une autre famille est tuée. Même mode opératoire. Le père est introuvable. Langelier est persuadé que l’un des pères est responsable et que l’un des massacres a été perpétué pour brouiller les pistes. Il est bien le seul à croire à cette thèse et on lui retire l’enquête. Vont s’ensuivent un 3è et un 4è massacre. Un homme est arrêté sur les lieux du 4è homicide, il se tue en prenant la fuite et est reconnu coupable de tous les meurtres. Les pères sont introuvables, tant pis, l’enquête est close, l’affaire classée. Seulement voilà, Langelier ne se satisfait pas de cette conclusion servie sur un plateau d‘argent et cette affaire, non résolue à ses yeux, va l’obséder et occulter peu à peu tout le reste. Il met une croix sur sa carrière, sa famille et va vivre une descente aux enfers.

Découpé en 3 parties, le roman démarre 10 ans après les faits, lors du pot de départ en retraite de Langelier. La première revient sur la série de meurtres jusqu’à la mort du présumé coupable. La seconde raconte les 10 ans d’enquête de Langelier, et la troisième va nous révéler la vérité.

Si l’histoire est bien construite, le dénouement, atroce, se révèle, lui, trop prévisible. On comprend malheureusement assez rapidement, à la moitié du livre pour ma part, la vérité, et du coup j’avais hâte de le terminer pour passer à autre chose. Le traitement de l’affaire est clinique, froid, très distancié et le personnage de Langelier n’est absolument pas attachant.

Trop de points négatifs pour moi et une terrible conclusion : plus je les lis les polars contemporains, plus je suis déçue !

heart_3

Read Full Post »