Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Agatha raisin m.c. beaton’

Lu dans le cadre du mois anglais :

De retour dans les Cotswolds après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James Lacey, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d’une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu’amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s’annonce déjà comme son triomphe. Mais une Agatha Raisin ne s’incline pas avant d’avoir combattu (quitte à se livrer à l’une de ces petites supercheries peu reluisantes dont elle a le secret) ! C’est alors que la belle Mary est retrouvée morte, enfoncée tête la première dans un de ses grands pots de fleurs. De toute évidence, Agatha n’était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale…

De retour à Carsely après de longues vacances à l’autre bout du monde, Agatha Raisin retrouve ses chats et son cher cottage. Pendant son absence, elle découvre que le village compte une âme de plus en la personne de Mary Fortune, qui en plus d’être une jardinière hors pair, a réussi à ravir le cœur de James Lacey, son beau voisin dont elle est éprise.

Dévorée par la jalousie, notre ex-citadine est bien décidée à damer le pion à madame perfection qui en plus du jardinage, semble avoir toutes les qualités à en croire les habitants de son petit village qui chantent tous ses louanges.

Le moral en berne, elle  décide tout de même de rejoindre la société horticole de Carsely dont James Lacey et Mary Fortune sont des membres en vue, et se lance à corps perdu dans les plantations exotiques qu’elle cultive dans sa serre flambant neuve même si le coeur n’y est pas.

De guerre lasse, Agatha décide de rendre les armes et de faire une croix sur son voisin qui semble décidément bien insensible à son charme, elle se prend même d’amitié pour la nouvelle venue.

C’est alors que la belle Mary est retrouvée morte dans sa serre, littéralement plantée la tête la première dans un pot de fleurs…

Après La quiche fatale et Remède de cheval, il me tardait de retrouver les Cotswolds et Agatha Raisin, c’est enfin chose faite et ce que je peux d’ores et déjà vous dire c’est que je me suis de nouveau bien divertie avec Pas de pot pour la jardinière !

Dans ce troisième opus, toujours aussi savoureux, on retrouve notre Agatha dévorée par la jalousie. Outre l’aspect humoristique et truculent qui me plait beaucoup, j’aime aussi l’ambiance de campagne anglaise qui se dégage de cette série, on se sent bien dans ce petit village de Carsely et les enquêtes d’Agatha donnent vraiment envie d’aller découvrir les Cotswolds.

L’enquête est une fois de plus bien secondaire, d’autant qu’elle arrive assez tardivement dans le déroulé du roman, M.C. Beaton s’attarde davantage sur la psychologie et la personnalité de son tandem que sur l’intrigue policière à proprement parler qui se dénoue un peu trop rapidement à mon goût.

Comme j’aime beaucoup l’atmosphère de cette série et voir évoluer le tandem James / Agatha, cela ne m’a pas vraiment dérangée mais j’ai tout de même préféré les deux premiers opus à celui-ci dans lequel il ne se passe pas grand chose.

Reste que c’est bien agréable de se mettre dans les pas d’Agatha, de boire du thé, manger des scones, traîner au pub Red Lion et entendre pester notre pétulante quinquagénaire tout au long du roman.

Une lecture distrayante et une héroïne qui me plaît décidément beaucoup et que je compte bien retrouver très vite à l’occasion du tome 4 déjà dans ma PAL.

Merci à Ophélie et aux éditions Albin Michel pour cette lecture so british !

Read Full Post »

Après la pluie, le beau temps ! Agatha Raisin est désormais bien installée dans son cottage de Carsely en compagnie de ses deux chats. Cerise sur le pudding, le nouveau vétérinaire du village ne semble pas insensible à ses charmes. Quand le beau véto succombe à une injection de tranquillisant destinée à un cheval rétif, la police locale conclut à un malencontreux accident. Mais pour Agatha, dont le flair a permis de résoudre l’affaire de La Quiche fatale, il s’agit bien d’un meurtre. A l’étonnement de tous, le séduisant colonel James Lacey partage pour une fois l’avis de son entreprenante voisine. Et nos deux détectives-amateurs se lancent dans une enquête bien plus périlleuse qu’ils ne l’imaginaient…heart_4agatha-raisin-enquete-remede-de-cheval-m-c-beaton

Agatha Raisin, toujours sous le charme du célibataire le plus convoité de Carsely et son voisin immédiat, James Lacey, décide de partir deux semaines aux Bahamas, après avoir appris que le major s’y rendait. Hélas pour elle, Lacey a eu vent de ses projets et a changé de destination à la dernière minute, ce qu’apprend Agatha de retour dans son cottage des Cotswolds.

Furieuse de cette déconvenue, elle file à Londres lorsqu’une ancienne connaissance lui propose de créer une nouvelle agence. Très tentée par un retour dans la capitale, elle est sur le point d’accepter lorsque Bill Wong, son jeune ami policier, lui dit de se méfier.

C’est alors qu’elle découvre le pot aux roses : l’homme totalement ruiné tente de l’escroquer ! Ni une ni deux, elle repart à Carsely avec ses chats. Justement l’un d’eux est un peu malade, elle décide de consulter le tout nouveau vétérinaire du village Paul Bladen.

Ce dernier, tout aussi convoité que Lacey, fait du plat à Agatha mais dès le lendemain de leur dîner calamiteux, il trouve la mort. Ce décès, qui semble tout à fait accidentel, est pour Agatha un meurtre sans l’ombre d’un doute.

Elle s’en ouvre à James Lacey qui, à la surprise de tous, la croit et décide de mener l’enquête avec elle…

Après La quiche fatale lu pendant le mois anglais, il me tardait de retrouver les Cotswolds et Agatha Raisin, c’est enfin chose faite et ce que je peux d’ores et déjà vous dire c’est que Remède de cheval est tout aussi réussi.

Dans ce deuxième opus, on retrouve notre héroïne Agatha en pleine déconfiture amoureuse. Ses tentatives de séduction sur son voisin ne sont qu’une série d’échecs humiliants qu’elle choisit de laver en reportant son béguin sur le nouveau vétérinaire, tout aussi convoité que le major par la gent féminine… lequel va être assassiné en plein exercice de ses fonctions.

Qu’à cela ne tienne, ce malheur est l’occasion pour Agatha de renouer avec les enquêtes policières et surtout de se rapprocher du beau James et se de lancer avec lui dans une enquête de terrain particulièrement piquante et cocasse : certaines scènes, notamment celle du lavabo des WC d’un pub, sont tout bonnement hilarantes.

Outre l’aspect humoristique et truculent qui me plait beaucoup, j’aime aussi l’ambiance campagne anglaise qui se dégage de cette série, on se sent bien dans ce petit village de Carsely et les enquêtes d’Agatha donnent vraiment envie d’aller découvrir les Cotswolds.

Quant à Agatha elle-même, elle est tout simplement irrésistible ! A la fois attachante et coriace, irrévérencieuse et fleur bleue, hautaine et exaspérante, elle n’est pas forcément des plus sympathiques et c’est ce qui donne tout son piquant à la série car on a plaisir à la voir prendre des râteaux et de vilains coups du sort.

Et l’enquête policière me direz-vous ? Elle tient la route même si le dénouement est un peu tiré par les cheveux, franchement je ne suis pas déçue car une fois encore j’ai dévoré ce polar en un peu plus de 24h et je suis ravie à l’idée de bientôt lire les tomes 3 et 4 qui vont sortir en novembre, j’ai hâte.

Merci à Ophélie et aux éditions Albin Michel pour cette lecture so british !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Mois anglais  :

mois-anglais

Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin. Agatha Raisin, c’est une Miss Marple d’aujourd’hui. Une quinqua qui n’a pas froid aux yeux, fume comme un pompier et boit sec. Sans scrupule, pugnace, à la fois exaspérante et attendrissante, elle vous fera mourir de rire !heart_4auteur-editeur-pagesagatha-raisin-enquete-la-quiche-fatale-m-c-beaton

Agatha Raisin est une londonienne tout juste cinquantenaire qui a à son actif, une belle réussite professionnelle. Partie de rien, elle a réussi à monter une agence de relations publiques qui connaît un beau succès et désormais, elle aspire à autre chose.

Elle décide de prendre une retraite anticipée, vend son agence à une entreprise concurrente en s’étant auparavant assurée que ses employés ne resteraient pas sur le carreau, quitte son meublé pour emménager dans sa toute nouvelle maison située dans les Costwolds.

Mais au bout de quelques jours, Agatha qui ne prenait jamais le temps de lever le pied, s’ennuie ferme et surtout elle comprend que si chacun la salue dans la rue, personne ne souhaite pour autant faire plus ample connaissance avec elle.

Seule dans son cottage sans âme décoré par un professionnel, elle commence à amèrement regretter sa décision. Quelle idiote d’avoir laissé Londres et son agence !

C’est alors qu’Agatha tombe sur une affiche : un concours de quiche est organisé, voilà l’aubaine pour notre quinqua revêche de se faire accepter par sa communauté. Seul hic, Agatha n’a jamais cuisiné de sa vie, se contentant de réchauffer des plats indiens surgelés au micro-ondes. Qu’à cela ne tienne, elle décide de tricher et prend le train pour Londres et achète une quiche aux épinards à La Quicherie, où elle a ses habitudes.

Mais le jour du concours, le juge s’empoisonne avec sa quiche et voilà Agatha suspectée de meurtre… Niveau intégration, on a connu mieux et dès lors elle n’a pas d’autre choix que d’enquêter sur cette mort afin d’être lavée de tout soupçon.

J’ai enfin lu le premier tome d’Agatha Raisin, une série qui compte 27 volumes en anglais, que m’avait conseillé il y a plusieurs mois déjà ma copinaute Claire. Hélas pour moi, ne lisant pas en anglais, je ne pensais jamais avoir l’occasion de lire M.C. Beaton mais heureusement pour moi, les éditions Albin Michel ont décidé de publier les fameuses enquêtes d’Agatha Raisin.

Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler d’Agatha Raisin, c’est une série policière mais ne vous attendez pas à un suspens à couper le souffle, c’est plutôt un policier d’ambiance, bourré d’humour anglais. L’intrigue policière est plutôt mince même si elle n’est pas dénuée d’intérêt mais j’ai passé un excellent roman en compagnie de cette héroïne haute en couleur.

Et c’est là que le bât blesse pour certaines lectrices : Agatha n’est pas sympathique du tout, en tout cas pas au début du roman, elle est acariâtre, hautaine et finalement plutôt méchante, d’ailleurs elle n’a pas d’amis et se retrouve contrainte à se rapprocher de son ancien collaborateur Roy pour goûter un semblant d’amitié, très intéressée de la part du jeune homme.

Mais au fil du récit, Agatha se révèle finalement attachante, une anti-héroïne gaffeuse qui a son franc-parler et qui est au fond terriblement seule. M.C. Beaton s’en donne à cœur joie avec ce personne anticonformiste et enchaîne les situations cocasses, sans lésiner sur les dialogues ironiques et bien relevés, cette causticité m’a beaucoup plu.

Une belle découverte pour ma part que cette Agatha que je serai ravie de retrouver dans sa seconde enquête Remède de cheval qui m’attend dans ma PAL.

Merci à Aurore et aux éditions Albin Michel pour cette lecture so british !

Read Full Post »

« Newer Posts