Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Alessandro Baricco’

Ecrivain, musicologue, auteur et interprète de textes pour le théâtre, Alessandro Baricco est né à Turin en 1958. Dès 1995, il a été distingué par le prix Médicis étranger pour son premier roman, Châteaux de la colère. Avec Soie, il s’est imposé comme l’un des grands écrivains de la nouvelle génération. Il collabore au quotidien La Repubblica et enseigne à la Scuola Holden, une école sur les techniques de la narration qu’il a fondée en 1994 avec des amis.

Le Virginian, grand bateau de luxe, parcourt l’Atlantique inlassablement tout au long de l’année. On y trouve de riches hommes d’affaires voyageant entre le nouveau monde et l’ancien continent, de simples voyageurs ou des pauvres chassés par la famine d’Irlande, espérant faire fortune en Amérique.

Lors d’une traversée en 1900, un bébé est abandonné sur le piano des premières classes. Danny Boodmann, un mécanicien du bord, tombe sous son charme et décide de prendre soin de lui. Il le baptise Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento.

Depuis lors, Novecento n’a jamais mis le pied à terre car il n’a aucune existence légale. Le vieux Boodman, ayant trop peur qu’on le lui enlève, ne l’a jamais déclaré et il passe sa vie sur l’Atlantique les mains posées sur un piano, à composer une musique étrange et magnifique, qui n’appartient qu’à lui : celle de l’Océan.

Et même si il n’a jamais mis pied à terre, il est à même de décrire Paris, Moscou, nous révéler de nombreux secrets, nous faire visiter Londres, New York, raconter aussi des histoires extravagantes à des touristes en quête d’aventures, et pourtant son seul refuge est ce paquebot qui traverse l’Atlantique cinq ou six fois par an avec plus de mille passagers à bord.

Ainsi nait sa légende de meilleur pianiste au monde…

Il y a près de huit déjà, j’avais adoré Soie, le récit captivant d’un sériculteur au Japon et que je vous conseille vivement. J’étais donc heureuse de retrouver Alessandro Baricco avec Novecento : Pianiste, un monologue écrit pour un comédien, Eugenio Allegri et un metteur en scène, Gabriele Vacis.

L’histoire de Novecento nous est racontée par Tim Tooney, son ami trompettiste qu’il va côtoyer pendant sept années, de 1927 à 1934. Il nous parle de sa virtuosité mais également de l’homme exceptionnel qu’il est. Un homme qu’il aime comme un frère et qu’il admire.

Un homme à la sensibilité à fleur de peau, un homme comme on en voit peu. Novecento est un artiste hors du commun, probablement le meilleur pianiste au monde. Mais un artiste qui ne connait que l’océan. Le monde hors du bateau reste pour lui un mystère, un effrayant mystère.

Bien que l’histoire soit courte, on se laisse happé par le destin de Novecento, sa personnalité attachante et on est bien triste d’arriver si vite au point final, d’autant que le dénouement se révèle poignant.

Comme pour Soie, Alessandro Baricco va à l’essentiel, le texte est beau et son écriture pure et poétique est un vrai régal et si vous ne connaissez pas cet auteur, je ne peux que vous recommander de le découvrir avec ce titre ou Soie.

Read Full Post »

Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des œufs sains. Entre les monts du Vivarais et le Japon, c’est le choc de deux mondes, une histoire d’amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d’une voix, la sacralisation d’un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.

soie-alessandro-baricco

Hervé Joncour est un sériculteur, c’est-à-dire qu’il achète et vend des vers à soie, voilà qui n’est pas banal pour un héros de roman. Lorsque débute le récit en 1861, la soie est en pleine expansion, et pour son commerce, Hervé Joncourt part régulièrement chercher des œufs en Syrie et en Egypte. Malheureusement, une épidémie qui anéantit tous les œufs provenant de Méditerranée, la seule solution pour les producteurs de sériculture : aller chercher des œufs au Japon.

Notre héros est alors mandaté par les différentes filatures de Lavilledieu pour mener une expédition jusqu’au Japon. A cette époque, l’ile est vraiment perçue comme le bout du monde, d’autant que le Japon a vécu pendant des siècles en autarcie et s’est ouvert aux voyageurs étrangers depuis quelques années seulement.

Hervé Joncour prend donc la route en octobre, traverse l’Europe, la Sibérie, pour arriver 3 mois plus tard à destination. Sa mission, ramener des œufs en seulement 2 mois, sinon les œufs se transforment en larves et réduisent l’or en cendres.

Avec ce récit captivant, que j’ai lu d’une traite, Alessandro Baricco nous fait découvrir le Japon. En quelques pages et courts chapitres, son style précis, épuré, avec des phrases écrites comme au scalpel, font de ce roman, une parenthèse enchantée, à la manière d’un conte japonais.

Les différentes expéditions d’Hervé Joncour se déroulent sur plusieurs années, le menant chaque mois d’octobre sur la route du Japon, et revenant chaque mois d’avril, rythme sa vie bien monotone ainsi que celle de son épouse. Un récit doux qui est aussi une histoire d’amour platonique, un roman brillant, tout en pointillés qui nous surprend de la première à la dernière page.

Alessandro Baricco va à l’essentiel et en ce qui me concerne j’ai passé un moment de plaisir de lire pur. A lire absolument !

heart_5

Lu dans le cadre des challenges Romans cultes, Il Viaggio, STAR et d’une lecture commune avec Métaphore, Minou et Miss Léo

                

Read Full Post »