Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘amelie callot’

Quand il fait beau, elle sourit, elle sifflote, elle chante à tue-tête, elle ouvre les fenêtres et laisse la porte ouverte. Mais dès qu’il pleut, Adèle reste enfermée. Elle n’y peut rien, elle perd son entrain. La pluie, c’est gris, froid et sombre. Vous aurez alors beau dire tout ce que vous voulez, argumenter tant que vous pourrez, ça n’est pas la peine de discuter, Adèle ne mettra pas une mèche de cheveux dehors…

Adèle est une jeune femme joyeuse et pétillante qui habite un petit bourg de bord de mer. Elle tient l’unique café du village, Le tablier à pois, qui est ouvert chaque jour que Dieu fait, même le dimanche.

Mais Le tablier à pois c’est bien plus qu’un café. Le mercredi, Lucas, l’épicier du canton installe au fond du café, un étal de fruits, de légumes frais et de produits d’épicerie.

Le samedi, le lieu fait office de ciné et certains jours se terminent en soirées à thème pour le plus grand bonheur des habitués.

Adèle adore que son café bruisse de monde et de vie mais elle fait grise mine les jours de pluie. Ces jours-là, elle trouve refuge sous sa couette et ne met pas le nez dehors.

Jusqu’au jour où elle trouve des bottes de pluie roses sur le pas de sa porte…

Quel bonheur d’explorer ce très bel album destiné aux enfants de 6 à 9 ans ! Un album où tout absolument tout m’a plu : le texte joliment troussé bien sûr mais aussi les dessins, l’atmosphère délicieusement surannée, jusqu’à la police de caractère que j’ai trouvé charmante.

L’histoire que nous raconte Amélie Callot est donc celle d’Adèle qui est un vrai rayon de soleil pour les habitants de ce hameau, voire même l’âme de ce hameau puisqu’elle tient le seul lieu de rencontre et de ravitaillement de ses habitants.

J’ai adoré cette jeune femme qui s’étiole à la moindre goutte de pluie, la tendresse, la poésie qui émane de cet album, la romance que l’on voit poindre entre Adèle et Lucas.

J’ai tout autant aimé les dessins pastel signés Geneviève Godbout qui servent à merveille le texte de l’auteure, l’aspect suranné et nostalgique qu’elle leur imprime, son travail de la couleur que j’ai trouvé tout simplement merveilleux.

Vous l’aurez compris Rose à petits pois est un album joli et touchant, totalement réussi, pour lequel j’ai eu un gros coup de cœur et que je vous recommande vivement !

Read Full Post »

Monsieur Voltaire espérait rentrer tranquillement à Londres. Mais une pluie torrentielle le surprend en pleine campagne écossaise. Le voilà obligé de demander l’hospitalité des habitants de Griffanne. La demeure la plus proche est le château de Mistigris. Un château occupé par des chats ! Décidément, le détective les attire tout autant que le mystère. En effet, dans ce château vivaient trois soeurs qui ont aujourd’hui disparu. Le maître des lieux, Lord MacMinet, et son fils Charles ne savent plus à qui s’adresser pour les retrouver. La rumeur prétend que les trois jeunes filles auraient été enlevées par le légendaire chat à neuf queues. Elles l’auraient consulté dans le but d’épouser l’élu de leur coeur, alors que Lord MacMinet s’opposait à leurs mariages… Mais Monsieur Voltaire n’est pas superstitieux : un chat à neuf queues, ça n’existe pas ! heart_3auteur-editeur-pagesle-chat-a-neuf-queues-christos

Voltaire est un chien détective très célèbre qui tente de regagner Londres avec son cocher Rex. Le temps étant devenu particulièrement épouvantable en traversant la lande écossaise, l’attelage s’arrête à l’entrée du village de Griffane.

Les deux cabots trouvent refuge au château de Triste-Cat, la demeure de Lord Mac-Minet. Voltaire fait contre mauvaise fortune bon cœur (car il déteste les chats) et accepte l’offre du lord de passer la nuit chez lui.

Voltaire, qui comme son illustre homonyme, le philosophe français, François Arouet dit Voltaire, a un égo surdimensionné (il se revendique comme étant le meilleur détective du monde), porte perruque et habit du siècle des Lumières, apprend que les trois filles de Mac-Minet ont mystérieusement disparues depuis quelques temps et le lord en est inconsolable.

La rumeur raconte qu’elles ont été enlevées par le légendaire chat à neuf queues mais Voltaire qui ne croit pas aux esprits compte bien découvrir le fin mot de l’histoire.

Seconde tome d’une série qui en comporte pour le moment trois, Le chat à neuf queues attendait bien sagement dans ma PAL depuis sa parution, il était grand temps que je l’en sorte car l’Empereur et moi avions eu un coup de cœur pour le premier volet, L’énigme des tableaux fantômes et nous avons lu cette suite en lecture commune.

Nous avons donc retrouvé avec plaisir ce fin limier de Voltaire, autoproclamé meilleur détective du monde (rien que ça !) et qui n’a rien perdu de son flair puisqu’il résout cette nouvelle enquête surnaturelle en un rien de temps.

Ce charmant petit roman signé Christos et à mettre dans les mains des enfants à partir de 10 ans comporte une intrigue teintée de surnaturel, suffisamment bien ficelée pour ménager le suspens pendant plusieurs dizaines de pages, et formidablement bien écrite (on ne prend pas les enfants pour des gogos et ça c’est formidable).

Je trouve cependant que ce nouvel opus manque d’humour et de dérision, ce qui faisait le sel à mon sens de cette série car le cabot mérite d’être persiflé de temps en temps tant il est vaniteux. De plus, si l’histoire policière est bien ficelée, elle m’a semblé cette fois-ci tout de même un peu trop tirée par les cheveux et surtout trop vite élucidée par Voltaire mais ça c’est mon point de vue d’adulte car mon fils a adoré.

Malgré ces bémols, je conseille cette série aux enfants car l’objet livre est magnifique et l’histoire très bien écrite, avec un vocabulaire riche et soutenu.

Enfin mention très bien à l’illustratrice Amélie Callot qui fait ici un formidable travail autour de la couleur qui met en valeur le récit et qui plait aux petits comme aux grands.

Merci à Alice Editions pour cette lecture surnaturelle, je reste sous le charme de Voltaire même si cette seconde enquête ne m’a pas autant emballée que la première !

Read Full Post »