Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘anne marie desplat duc’

Anne-Marie Desplat-Duc aime les enfants, l’histoire, les animaux, rêver d’aventures et… rire ! C’est pour cela qu’elle écrit depuis très longtemps déjà des romans historiques, des romans avec des animaux, des romans d’aventures et beaucoup de romans drôles !

Théo a dix ans et habite avec ses parents, Louis son grand frère de quinze ans et Sido, sa petite sœur de six ans, dans un village de Bretagne depuis un an.

Toute la famille a quitté la capitale pour que le père de famille puisse devenir marin pêcheur comme son père avant lui.

Il arrive à Théo, 10 ans, quelque chose d’incroyable ! Après avoir été choisi par les petits animaux de son jardin pour sauver les insectes, voilà qu’une poule débarque chez lui !

Et quand le petit garçon apprend qu’elle s’est enfuie d’un élevage intensif, il décide de l’adopter et de sauver les autres poules. Mais comment s’y prendre ?

Sauvons les poules ! est le second tome de Théo super-héros de la nature, la toute nouvelle série signée Anne-marie Desplat-Duc, qui nous avait surtout habitués aux romans historiques ayant pour cadre la cour de Louis XIV.

Changement d’ambiance et d’époque avec ce court roman destiné aux 8 ans et plus qui aborde avec une grande pédagogie le thème de l’écologie, ce que l’on ne peut que saluer, car l’autrice le fait très bien.

Le premier opus sensibilisait les jeunes lecteurs et leurs parents aux dangers des insecticides pour les petites bêtes de nos jardins, Ici l’autrice s’en prend à la malbouffe des cantines et à l’élevage intensif des poules à travers Roussette, la petite poule rousse qui s’est échappée de sa prison et qui va rallier à sa cause Théo, toute sa famille et son école !

Abondamment illustrée avec beaucoup de talent par Mathilde George, l’histoire nous propose bon nombre d’astuces pour prendre soin de la planète en réduisant drastiquement nos déchets en adoptant des poules et en évitant le gâchis des cantines grâce à de meilleurs produits.

Anne-Marie Desplat-Duc, encourage les bonnes pratiques sans pour autant devenir moralisatrice et accuser les éleveurs de tous les maux. Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre sur des personnes mais bien d’encourager les mentalités à évoluer et de revenir aux remèdes de nos ancêtres qui étaient de bien meilleurs écologistes que nous.

Le récit est bienveillant, plein d’espoir et montre que chacun peut, à son échelle, y compris les enfants, changer les choses, les mentalités et faire de bons gestes pour préserver la planète.

Le vocabulaire est accessible aux enfants, le héros est sympathique et les enfants n’auront aucun mal à s’y identifier, la typographie est bien adaptée, pour moi c’est un sans faute.

Mieux, c’este une série qui devrait être lu dans les écoles primaires qui pourraient tester les idées de Théo dans le cadre de leurs cours de sciences. Cerise sur le gâteau, en fin d’ouvrage, il y a un cahier de jeux pour prolonger la lecture et découvrir des astuces écologiques tout en s’amusant !

Un petit roman à découvrir absolument et un grand merci à Scrinéo pour cette lecture épatante !

Read Full Post »

Anne-Marie Desplat-Duc aime les enfants, l’histoire, les animaux, rêver d’aventures et… rire ! C’est pour cela qu’elle écrit depuis très longtemps déjà des romans historiques, des romans avec des animaux, des romans d’aventures et beaucoup de romans drôles !

Théo a dix ans et habite avec ses parents, Louis son grand frère de quinze ans et Sido, sa petite sœur de six ans, dans un petit village de Bretagne depuis un an.

Toute la famille a quitté la capitale pour que le père de famille puisse devenir marin pêcheur comme son père avant lui.

Un jour, il arrive à Théo, quelque chose d’incroyable ! Alors qu’il sauve une limace cachée dans une salade, il se met à éternuer et devient tout petit, aussi minuscule que les insectes du jardin qui se mettent à lui parler.

Il apprend alors que la tache de naissance sur sa joue en forme de coccinelle, n’est pas due au hasard mais qu’il a été choisi par les petits animaux du jardin pour sauver la nature.

Quelle formidable mission ! Mais comment s’y prendre ? Avec l’aide de Maëlle et de ses amis, il décide de tenter l’aventure et de convaincre ses parents et voisins, et notamment l’agriculteur, de ne plus utiliser de produits chimiques, nocifs pour l’environnement et les petites bêtes…

S.O.S insectes est le premier tome de Théo super-héros de la nature, la toute nouvelle série signée Anne-marie Desplat-Duc, qui nous avait surtout habitués aux romans historiques ayant pour cadre la cour de Louis XIV.

Changement d’ambiance et d’époque avec ce court roman très actuel destiné aux 8 ans et plus qui aborde avec une grande pédagogie le thème de l’écologie. Un premier opus destiné à sensibiliser les jeunes lecteurs et leurs parents au respect de la planète, ce que l’on ne peut que saluer, d’autant qu’ici l’autrice le fait très bien.

Abondamment illustrée avec beaucoup de talent par Mathilde George, l’histoire nous propose bon nombre d’astuces écologiques pour prendre soin de nos fleurs et de nos potagers, tout en évitant de recourir aux produits commercialisés par TOSANMO qui font tant de mal aux cultures, aux animaux et à la planète d’une manière générale.

Comme les petits ruisseaux font les grandes rivières, Anne-Marie Desplat-Duc, encourage les bonnes pratiques sans pour autant devenir moralisatrice et accuser les agriculteurs de tous les maux.

Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre sur des personnes mais bien d’encourager les mentalités à évoluer et de revenir aux remèdes de nos ancêtres qui se passaient très bien de produits chimiques qui n’existaient pas pour faire pousser leurs fruits et légumes ou prendre soin de leurs rosiers.

Le récit est bienveillant, plein d’espoir et montre que chacun peut, à son échelle, changer les choses et faire de bons gestes pour préserver la planète. Le vocabulaire est accessible aux enfants, le héros est sympathique et les enfants n’auront aucun mal à s’y identifier, la typographie est bien adaptée, pour moi c’est un sans faute.

Mieux, c’est un roman qui devrait être lu dans les écoles primaires qui pourraient tester les idées de Théo dans le cadre de leurs cours de sciences.

Un petit roman que je vous invite à découvrir et un grand merci à Scrinéo pour cette lecture épatante !

Read Full Post »

 Lu dans le cadre de Ma PAL de printemps (5/10)

A la cour de France, Marie-Aimée de Rohan est amie de la reine d’Espagne, Anne. Cette existence de plaisirs et de fêtes aurait pu la satisfaire, mais la duchesse de Chevreuse a un tempérament de feu ! Marie-Aimée ne se sent vivre que si elle anime des complots, si elle colporte des secrets et joue les espionnes… et elle ne va pas s’en priver ! Voici son histoire…

Marie Aimée de Rohan naît au château de Coupvray un beau jour de l’année 1600. Par son père Hercule de Rohan, duc de Montbazon, serviteur zélé du roi Henri IV, elle descend de l’une des plus vieilles familles de l’aristocratie bretonne et se rêve en reine de France lorsque Louis XIII accède au trône.

Làs pour elle, un roi de France se marie par raison d‘état et sa promise est finalement l’infante d’Espagne, Anne. C’est d’ailleurs une double noce qui va unir l’Espagne et la France puisque la sœur cadette de Louis, Elisabeth, épouse quant à elle l’héritier du trône d’Espagne.

Hercule de Rohan lui choisit pour époux le favori du roi, le duc de Luynes, de vingt ans son aîné. Ce mariage la propulse surintendante de la maison de la reine et assouvit ainsi ses désirs de pouvoir.

Mais cette union est de courte durée, le duc succombant à une fièvre pourpre, peu de temps après la naissance de leur fils et Marie Aimée se retrouve en exil. Peu importe, la duchesse ne pleure pas longtemps son mari et épouse quelques mois plus tard, sans même attendre le consentement de Louis XIII, le vieux duc de Chevreuse, Claude de Lorraine.

Son époux persuade le roi de mettre fin à son exil et la voilà de retour au Louvre, près de la reine. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, Anne est enfin grosse en cette année 1623 mais un soir alors qu’elle court dans une salle du Louvre avec Marie-Aimée, elle chute et perd l’enfant qu’elle portait.

La duchesse de Chevreuse est immédiatement exilée, un exil auquel succèderont de nombreux autres car Marie Aimée n’aime pas le cardinal de Richelieu, le tout-puissant premier ministre de Louis XIII, et commence à échafauder des complots pour se débarrasser de lui…

Anne-Marie Desplat-Duc, connue pour sa série Les colombes du roi soleil, s’attaque dans cette série Duchesses rebelles aux héroïnes de la Fronde. Le premier tome était consacré à la Grande Mademoiselle et dans ce second volume, Anne-Marie Desplat-Duc nous dresse le portrait de la duchesse de Chevreuse que je découvre à cette occasion.

Et cette Marie Aimée, quelle femme ! Une femme ambitieuse, éprise de réussite et d’honneur, orgueilleuse, intrigante, qui n’aura de cesse toute sa vie de comploter et de fuir en exil dès lors que ses intrigues seront découvertes par le cardinal de Richelieu d’abord puis par Mazarin ensuite.

Comme pour L’intrépide cousine du roi, sous la plume de l’auteure, c’est Marie Aimée de Rohan qui se raconte depuis son exil, dans La dangereuse amie de la reine, non pas dans son cher château de Dampirerre, mais à Saint Fargeau chez Anne Marie Louise d’Orléans.

Écrit dans le style du 17è siècle, avec le vocabulaire de l’époque, ce roman passionnant à lire, ravira les jeunes lectrices (et les autres) désireuses de s’immerger dans le siècle de Louis XIII essentiellement et notamment dans le sillage de la reine Anne d’Autriche puisque Marie Aimée réussit à devenir la confidente et la grande amie de la reine de France.

J’ai trouvé ce roman très bien documenté et il nous plonge avec une certaine délectation, dans cette cour sous Louis XIII et ses intrigues, ses complots mais aussi dans l’intimité maladroite et gauche du couple royal.

Un roman d’intrigues et d’aventures passionnant et mené tambour battant, porté par une héroïne, sinon attachante du moins très intéressante, qui met en lumière une période historique dominée par la figure du cardinal de Richelieu que l’on ne voit pas si souvent dans les romans, le règne de Louis XIII étant éclipsé par celui de son père Henri IV et surtout celui de son fils Louis XIV.

Un second tome très réussi porté par un joli travail éditorial de Flammarion jeunesse que je remercie pour cette belle lecture et qui nous propose une couverture rock’n’roll en diable avec du orange fluo, des en-tête de chapitre, des hauts et bas de pages à la manière des romans du 17è siècle, qui font de ce roman historique un bel objet livre.

Vous l’aurez compris, je vous recommande cette série et ce roman si vous aimez cette époque, vous ne serez pas déçues !

Read Full Post »

Quel destin que celui de cette jeune duchesse, cousine de Louis XIV !

Anne-Marie aurait pu profiter des fêtes de la cour, mais elle a un tempérament de feu et choisit la révolte ! Elle sera frondeuse avec d’autres demoiselles aussi bien nées qu’elle… ce qui ne l’empêche pas de rêver au prince qui fera battre son coeur.

Voici son histoire... heart_4duchesses-rebelles-tome-1-l-intrepide-cousine-du-roi-anne-marie-desplat-duc

Anne Marie Louise d’Orléans est née le 29 mai 1627 du mariage bien mal accordé entre Monsieur, Gaston d’Orléans, le frère cadet du roi Louis XIII et prétendant au trône de France, et de Marie de Bourbon-Montpensier, morte quelques jours après sa naissance.

Sa naissance ne réjouit pas pour autant son père, l’ambitieux Gaston, qui espérait un fils. Titrée duchesse de Montpensier, dauphine d’Auvergne, comtesse d’Eu et de Mortain et princesse de Joinville et de Dombes, la Grande Mademoiselle, a tout pour être heureuse, tout, sauf l’affection des siens.

Elle va bien trouver du réconfort auprès du couple royal en mal d’enfant mais tout va changer à la naissance du dauphin Louis en 1638 et elle va souffrir de l’éloignement progressif de du roi et de la reine, encouragés par le cardinal de Richelieu qui ne voit pas d’un bon oeil l’affection de Louis et Anne à son égard.

Richissime et orgueilleuse, son union doit être royale un point c’est tout, elle espère épouser son jeune cousin mais le cardinal ne veut pas de cette union et va lui en faire miroiter d’autres, qui toutes, vont tomber à l’eau…

Anne-Marie Desplat-Duc, connue pour sa série Les colombes du roi soleil, s’attaque dans cette toute nouvelle série Duchesses rebelles aux héroïnes de la Fronde et dans ce premier tome à la plus illustre d’entre elles : la Grande Mademoiselle, à la demande de ses lectrices qui souhaitaient lui voir conter le destin de femmes ayant existé.

Et pour un début, c’est une belle réussite car, sous la plume de l’auteure, c’est Anne Marie Louise d’Orléans qui se raconte depuis son exil volontaire à Saint Fargeau. La petite-fille d’Henri IV s’y ennuie ferme et décide d’écrire ses mémoires de son enfance aux les innombrables tractations avec les cours européennes pour lui trouver un époux digne de son rang, en passant par son implication dans la Fronde, qui lui voudra la colère de son royal cousin.

Écrit dans le style du 17è siècle, avec le vocabulaire de l’époque, ce roman passionnant à lire, ravira les jeunes lectrices (et les autres) désireuses de s’immerger dans le siècle de Louis XIV et d’en connaître les figures féminines, bien souvent oubliées des manuels scolaires.

Pour ma part, ce roman très bien documenté, m’a beaucoup éclairé sur le personnage fort qu’était cette femme de conviction et de poigne, courageuse et très féministe, qui voulait avoir son destin en main.

Attristée aussi de voir qu’elle sera finalement très malheureuse et en quête d’amour toute sa vie, sans jamais trouver le bonheur.

Un premier tome très réussi porté par un joli travail éditorial de Flammarion jeunesse que je remercie pour cette belle lecture et qui nous propose une couverture rock’n’roll en diable avec du rose fluo, des en-tête de chapitre, des hauts et bas de pages à la manière des romans du 17è siècle, qui font de ce roman historique un bel objet livre.

Vous l’aurez compris, je vous recommande ce roman si vous aimez cette époque, vous ne serez pas déçues !

Read Full Post »

La cour a suivi le roi à la guerre. Versailles vidé de ses habitants, Marie-Anne et Louis sont seuls. Ils profitent de leur liberté pour partir à la découverte du château et du parc. Mais à plusieurs reprises, Marie-Anne surprend d’étranges conversations. Un complot semble se nouer : le roi est en danger, la monarchie est menacée. La jeune princesse mène l’enquête…

marie-anne-fille-du-roi-tome-2-un-traitre-a-versaillesauteur-éditeur-pages

On se retrouve aujourd’hui pour le second tome de la série Marie-Anne fille du roi, Un traitre à Versailles. Nous avions laissé Mademoiselle de Blois, éplorée et désemparée par le départ de sa mère, Louise de la Vallière, qui faisait son entrée au Carmel dans Premier bal à Versailles, et nous la retrouvons bien esseulée après le départ du roi Louis XIV et de l’ensemble de la cour pour la guerre.

Il ne reste en effet plus que Marie-Anne et son jeune frère, Louis premier amiral de France à Versailles, laissés sous la bonne garde de Mesdames Coste et Desfossé, leurs gouvernantes. Le château vidé de ses occupants, il ne reste que quelques galopins en cuisine pour les restaurer.

Mais, alors que les deux enfants se promènent nuitamment dans le parc, Marie-Anne surprend une conversation secrète et découvre qu’un complot se trame contre le roi son père et le Dauphin afin d’instaurer la république en France. Ni une, ni deux, notre jeune héroïne décide de s’en mêler, aidée par Jean Charles du Cauzé de Nazelle, mousquetaire du roi.

Ce second tome permet aux jeunes lecteurs de faire davantage connaissance avec l’étiquette et avec Versailles qui, désert, est aux mains des différents maitres d’œuvres et ouvriers chargés de poursuivre les travaux en l’absence du monarque.

Comme dans le premier volume, Anne-Marie Desplat-Duc nous régale avec une histoire de qualité, pleine d’inventivité et d’intelligence, le tout dans un décor majestueux. Le suspens est au rendez-vous : réunions secrètes, conversations énigmatiques, amours impossibles, complots… tout en étant à la portée des jeunes lecteurs qui s’attacheront et s’identifieront volontiers à Marie-Anne et Louis, des petits héros bien sympathiques.

Des chapitres courts, un style fluide, une pointe d’humour et de dérision, une intrigue bien construite, du suspens… tous les ingrédients sont réunis pour satisfaire les lecteurs, petits et grands ! Une série intelligente à découvrir absolument. J’ai hâte pour ma part de lire le tome 3 qui j’espère sortira bientôt en poche.

Une grand merci à Brigitte et aux Éditions Flammarion Jeunesse pour cette découverte.

Lu dans le cadre du challenge Le règne de Louis XIV :

Read Full Post »

1674. Marie-Anne, élevée loin de la cour, apprend qu’elle est la fille du Roi Soleil. Prévenue des dangers d’une vie fastueuse, Marie-Anne s’apprête à découvrir Versailles et à faire son entrée dans la lumière. Soudain, tous les regards se tournent vers elle.

marie-anne-fille-du-roi-tome-1-premier-bal-a-versaillesauteur-éditeur-pages

Vous avez pu lire ces dernières semaines mes billets enthousiastes sur Eulalie de Potimaron d’Anne-Sophie Silvestre, des romans que je trouve très réussis pour les petites filles à partir de 9 ans. Aussi, lorsque Flammarion m’a proposé de recevoir les deux premiers tomes de Marie-Anne Desplat-Duc, je n’ai pas hésité une seconde. J’avais envie depuis longtemps de découvrir cette auteure, qui connaît un grand succès notamment pour sa série Les colombes du roi soleil.

Marie-Anne a 8 ans, elle est née en 1666 des amours de Louise de La Vallière et de Louis XIV. Lorsque commence le récit, la belle Louise n’est plus favorite, c’est Madame de Montespan qui règne en maitre sur le cœur du roi, mais le roi soleil désire avoir auprès de lui Marie-Anne et son petit frère Louis.

Les deux enfants qui jusqu’alors étaient élevés par Madame Colbert et qui devaient se contenter de rares visites de leur mère et du roi, arrivent donc à la cour, et c’est à cette occasion d‘ailleurs qu’ils sauront qu’ils sont les enfants du monarque, ce qu’on leur avait caché jusqu’alors.

Marie-Anne va être notre guide au sein de la cour et nous faire rencontrer par son entremise les personnages célèbres de l’époque comme Madame de Monstespan qui a remplacé sa mère dans le coeur du roi et qui est l’objet de sa détestation, le Dauphin, la reine Marie-Thérèse, le peintre Lebrun, etc.

Anne-Marie Desplat-Duc a choisi pour héroïne, contrairement à Anne-Sophie Silvestre, un personnage historique ayant réellement existé : Marie-Anne de Bourbon, fille naturelle de Louis XIV et de Louise de La Vallière, légitimée, que l’on appelait aussi Mademoiselle de Blois.

Si Eulalie et Marie-Anne ont en commun de vivre à la cour du roi Soleil, ce sont des héroïnes très différentes de par leur âge, 12 et 8 ans, par leur caractère, la première est effrontée, la seconde très sage et par leur condition, petite noble de Province d’un côté, fille naturelle du roi soleil de l’autre.

Le ton est également très différent, plein d’humour pour Eulalie qui est un vrai garçon manqué et qui n’hésite pas à croiser le fer, plus mesuré et policé pour Marie-Anne qui emploie un vocabulaire plus élaboré et qui exploite davantage les mots et le style du 17è siècle.

Deux séries très différentes mais qui se lisent avec beaucoup de plaisir et qu’au final j’aime tout autant.

Ce Premier bal à Versailles est un très joli roman, érudit et romantique, pour les petites filles à partir de 11 ans, qui leur permettra de se familiariser avec le siècle de Louis XIV, avec sa cour et son étiquette. Une belle découverte grâce à Brigitte et aux Éditions Flammarion Jeunesse que je remercie pour leur envoi.

Lu dans le cadre du challenge Le règne de Louis XIV :

Read Full Post »