Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Arnaud poitevin’

Paris, janvier 1910, la Seine connaît une crue exceptionnelle plongeant tous les quartiers sous plusieurs mètres d’eau et désorganisant totalement les services publics. Les boutiques sont saccagées et dans les rues qui ne sont plus éclairées, faute de gaz et d’électricité, les habitants sont agressés. Les malfrats en profitent, notamment l’un d’eux qui se fait appeler le Marsoin.Cambrioleur de haut vol, il pille les Musées, libère des prisonniers… en signant ses délits d’un M, soldant chacune de ses actions par une lettre adressée à la presse soulignant l’incapacité de Louis Lépine, Préfet de police et créateur du concours du même nom. C’en est trop, Pipolet est convoqué au Ministère de l’Intérieur, les Spectaculaires sont sollicités pour arrêter le Marsouin. Quelles nouvelles inventions aquatiques, Pipolet a-t-il prévu pour la fine équipe ? Se sortiront-ils de cette mission en eaux troubles ?

Paris, janvier 1910. La capitale, les parisiens et le zouave du pont de l’Alma ont les pieds dans l’eau suite à une crue exceptionnelle de la Seine. Profitant de la désorganisation des services de l’Etat et spécialement ceux de la police et de la pénitentiaire, un certain nombre de malfrats prennent le large.

Parmi eux, le mystérieux M, qui multiplie avec ses acolytes, vols et cambriolages en tous genres. C’en est trop pour le préfet Lépine qui est ridiculisé par les exploits de M et sa bande qui pointent du doigt son incapacité.

Il fait appeler le professeur Pipolet, recommandé par Sarah Bernhardt, amie personnelle du ministre de l’intérieur, et lui donne carte blanche pour capturer M et le mettre sous les verrous.

Le professeur met au point quelques inventions aquatiques pour permettre aux Spectaculaires de se mettre en chasse du mystérieux M…

Quel plaisir de retrouver l’une de me séries chouchoutes dans ce troisième opus hyper réussi et particulièrement désopilant. Après Le cabaret des ombres et La divine amante, voici donc Les spectaculaires prennent l’eau dans lequel nous retrouvons le professeur Pipolet et la fine équipe des Spectaculaires que sont Eustache, l’homme fort, Félix le lycantrope, Evariste l’homme volant et Pétronille, qui n’a besoin d’aucun artifice pour être spectaculaire comme le dit si bien la divine Sarah Bernhardt.

Cette troupe d’artistes de cabaret un peu ratés emmenée par l’inénarrable professeur Pipolet à la mémoire vacillante mais aux inventions farfelues, doit, dans ce troisième tome, mettre fin aux agissements du mystérieux M dont ils n’arrivent pas à retenir le nom : merlu, morue, mulet, murène… ?

Et comme toujours, Pétronille mise à part, ils ne se révèlent pas futés pour un sou et bataillent sec avec les inventions de Pipolet toujours aussi approximatives en diable, et qui sont censées leur permettre de combattre le malfrat sur son terrain de jeu : la Seine.

J’a trouvé ce troisième volume supérieur aux deux premiers qui étaient déjà très bons : très amusant, avec des péripéties et des rebondissements en pagaille pour nos héros et un dénouement spectaculaire, le suspens est une fois de plus mené jusqu’au bout, ce qui est un bon point pour les amateurs d’aventures et d’énigme.

Autre bon point pour moi la narration pleine d’humour qui se révèle très plaisante pour les adultes avec des dialogues savoureux et un vocabulaire argotique du début du 20è siècle qui nous plonge avec délectation dans une ambiance Belle Epoque très réussie.

Je trouve que le scénario de Régis Hautière est formidable, riche idée que de nous proposer une intrigue autour de la célèbre crue de 1910 qui permet au professeur d’étoffer sa gamme d’inventions plus ou moins ratées de façon exponentielle.

Quant aux dessins d’Arnaud Poitevin, je les trouve toujours très réussis et rythmés, ils servent parfaitement l’intrigue mitonnée par Régis Hautière et mettent en valeur les personnages. Toutes les scènes dans les rues inondées de la capitale sont très réussies et on tourne les pages avec bonheur jusqu’à la dernère case.

Les quatre Spectaculaires sont décidément sympathiques en diable et le professeur Pipolet, savant particulièrement barré aux inventions scabreuses, apporte une touche humoristique indéniable qui font de ce troisième volume, un formidable divertissement.

C’est frais, pétillant, avec une ambiance burlesque réussie et des rebondissements à la clé, je ne peux que vous recommander cette excellente série destinée aux 12 ans et plus, vous passerez un très bon moment.

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture amusante et pleine de peps.

Read Full Post »

Sarah Bernhardt est la reine du tout Paris, l’étoile des théâtres. Mais une ombre inquiétante plane : Sarah a reçu plusieurs lettres de menaces. Après divers  » accidents « , plus de doute possible, quelqu’un veut attenter à sa vie ! Elle prend la route accompagnée de sa troupe de fidèles, direction Belle-Ile. Et c’est à son fidèle ami Pipolet, accompagné de nos inénarrables Spectaculaires, qu’elle confie le soin de l’enquête et de sa sécurité. Mais les tentatives de meurtre se renouvellent et le malfrat ne les quitte pas d’une semelle. Il va falloir toute l’ingéniosité de la joyeuse troupe, équipée des nouveaux gadgets des Pipolet, pour le démasquer !

Paris, au temps de La Belle Epoque. Les Spectaculaires sont engagés pour protéger la grande actrice Sarah Bernhardt, menacée par un infâme personnage déguisé en mante religieuse.

Elle doit mettre fin à sa carrière de comédien ou elle mourra. Entourée de ses gardes du corps improvisés et du professeur Pipolet, l’impératrice du théâtre français doit fuir la capitale et se réfugier dans sa propriété de Belle-Île-en-Mer pour échapper à l’ignoble mante…

C’est dans une Bretagne sauvage et pittoresque, que nous entraîne la seconde aventure des Spectaculaires : La divine amante. J’avais découvert cette série au printemps à l’occasion de la lecture du premier opus, Le cabaret des ombres.

J’ai donc retrouvé avec grand plaisir le professeur Pipolet et la fine équipe des Spectaculaires que sont Eustache, l’homme fort, Félix le lycantrope, Evariste l’homme volant et Pétronille, qui n’a besoin d’aucun artifice pour être spectaculaire comme le dit si bien la divine Sarah Bernhardt.

Cette troupe d’artistes de cabaret un peu ratés emmenée par l’inénarrable professeur Pipolet à la mémoire vacillante mais aux inventions farfelues, se trouve en charge dans ce second tome de la protection de la grande actrice, menacée de mort.

Et comme toujours, Pétronille mise à part, ils ne se révèlent pas futés pour un sou et bataillent sec avec les inventions de Pipolet qui sont toujours approximatives en diable.

J’a trouvé ce second volume supérieur au premier, très amusant et avec un dénouement spectaculaire car je n’ai trouvé que dans les dernières pages la personne qui se cachait sous le déguisement de la mante, le suspens est donc mené jusqu’au bout, ce qui est un bon point pour les amateurs d’aventures et d’énigme.

Autre bon point pour moi la narration pleine d’humour qui se révèle très plaisante pour les adultes et les dialogues savoureux. Je trouve que le scénario de Régis Hautière présente fidèlement la Divine : son amour pour les animaux, son cercueil dans lequel elle dormait, l’aréopage qui la suivait dans chacun de ses déplacements, son exubérance, sa théâtralité… rien ne manque !

Cerise sur le gâteau : le décor breton ne pouvait que me plaire bien sûr, une histoire qui se déroule à Belle-Île-en-Mer, en passant par Auray et Quiberon qui sous tous près de chez moi, quel bonheur !!

Quant aux dessins d’Arnaud Poitevin, je les trouve toujours très réussis et rythmés, ils servent parfaitement l’intrigue mitonnée par Régis Hautière et mettent en valeur les personnages.

Les quatre Spectaculaires sont décidément sympathiques en diable et le professeur Pipolet, savant particulièrement barré aux inventions scabreuses, apporte une touche humoristique indéniable qui font de ce second volume, un très sympathique divertissement.

C’est frais, pétillant, avec une ambiance burlesque réussie et des rebondissements à la clé, je ne peux que vous recommander cette bande dessinée destinée aux 9 / 12 ans, vous passerez un très bon moment.

Un second opus somme toute très amusant qui donne envie de suivre cette série en cours de réalisation !

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture amusante et pleine de peps.

Read Full Post »

Professions : homme fort, télépathe, lanceur de couteaux et homme canon. Signe particulier : des talents ébouriffants pour le trucage et l’illusion. Mission : Sauver le monde ! Ou presque… Seul problème, la joyeuse bande des spectaculaires n’a aucun pouvoir extraordinaire, mais un risque clair de fermer leur cirque pour dettes. Alors quand le doux dingue professeur Pipolet leur propose de l’aider à sauver la planète, plus de doute, il est temps pour eux d’être inventifs. Et attention, ça va être explosif.

Paris, 1909. Les Spectaculaires sont une troupe de quatre artistes de cabaret un peu ratés qui vivotent dans leur cabaret des ombres. Les spectateurs se font rares et les recettes se réduisent à peau de chagrin. 

Évariste est l’homme volant de la troupe et assurément le clou du spectacle, son cousin Eustache est l’homme fort, Félix un féroce lycanthrope et Pétronille les mène à la baguette. Derrière chaque tour, un trucage et point de pouvoirs magiques : Évariste vole grâce à un fil, Eustache est un colosse en carton-pâte soulevant des enclumes poids plume et Félix porte un costume qui le fait ressembler à un loup-garou.

Leurs finances et leurs perspectives d’avenir sont bien peu reluisantes et la banque les menace de leur prendre leur seul bien, leur cabaret bien-aimé. C’est alors qu’ils sont approchés par l’un de leurs spectateurs d’un soir, le professeur Pipolet.

Cet inventeur loufoque, bluffé par leurs pouvoirs, leur propose de les engager afin de récupérer l’une des inventions qu’on lui a volé, une arme de destruction massive particulièrement dangereuse qui pourrait anéantir le monde !

Cette bande dessinée me faisait de l’oeil ainsi qu’à mon Sami-Chameau depuis sa parution, je n’ai donc pas hésité à l’acquérir lorsque je l’ai trouvé d’occasion dans un état impeccable et je dois dire que je ne regrette pas mon achat car cette première Aventure des spectaculaires Le cabaret des ombres s’est révélée très sympathique.

J’affectionne particulièrement comme vous le savez cette période de la Belle Époque et j’aime la retrouver dans mes lectures. Le récit se déroule ici à Paris en 1909 et le scénario de Régis Hautière nous plonge au coeur de ce Paris où le cinématographe fait de plus en plus d’adeptes au détriment des cirques et cabarets qui font grise mine.

Mais le scénariste ne se contente pas de rendre fidèlement cette époque, il fait aussi la part belle au steampunk, un genre que l’on ne retrouve pas fréquemment dans les lectures proposées aux 9 / 12 ans.

L’intrigue n’est pas des plus nouvelles mais le vernis steampunk lui donne un peu d’originalité et surtout elle est menée tambour battant par Régis Hautière qui ne laisse pas de temps mort à ses héros et à ses jeunes lecteurs, bien aidé par les dessins d’Arnaud Poitevin que je trouve très réussis.

Les quatre Spectaculaires sont sympathiques en diable et le professeur Pipolet, savant particulièrement barré aux inventions scabreuses, apporte une touche humoristique indéniable qui font de ce premier volume, un sympathique divertissement.

C’est frais, pétillant, avec une ambiance burlesque réussie et des rebondissements à la clé, et je ne peux que la recommander aux 9 / 12 ans et à ceux qui aiment le steampunk.

Un premier opus somme toute très amusant qui donne envie de suivre cette série en cours de réalisation !

Read Full Post »