Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘au soleil redouté michel bussi’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Professeur de géographie à l’université de Rouen, Michel Bussi est le 2e auteur français le plus lu en 2019 (Palmarès Le Figaro: GFK). Il est l’auteur aux Presses de la Cité de Nymphéas noirs, polar français le plus primé en 2011 (Prix Polar Michel Lebrun, Grand Prix Gustave Flaubert, Prix Polar méditerranéen, Prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, Prix Goutte de Sang d’encre de Vienne, 2011…), Un avion sans elle (Prix Maison de la Presse et Prix du Roman populaire, 2012), Ne lâche pas ma main (Prix du roman insulaire, 2013), N’oublier jamais (2014), Gravé dans le sable (2014), Maman a tort (2015), Le temps est assassin (2016), On la trouvait plutôt jolie (2017), T’en souviens-tu, mon Anaïs ? (Pocket, 2018), J’ai dû rêver trop fort (2019) et Tout ce qui est sur terre doit périr (Pocket, 2019), Au soleil redouté (2020).

Au cœur des Marquises, l’archipel le plus isolé du monde, où planent les âmes de Brel et de Gauguin, Clémence, Martine, Farène, Marie-Ambre et Eloïse sont cinq lectrices participant à un atelier d’écriture animé par un célèbre auteur de best-sellers, Pierre-Yves François, communément appelé PYF.

Le rêve de leur vie serait-il, pour chacune d’elles, à portée de main ? Au plus profond de la forêt tropicale, d’étranges statues veillent, l’ombre d’un tatoueur serial killer, rôde.

Et plein soleil dans les eaux bleues du Pacifique, la disparition de PYF transforme le séjour en jeu meurtrier car bientôt les participantes deviennent la proie d’un assassin.

Enfer ou paradis ? Hiva Oa devient le théâtre de tous les soupçons, de toutes les manipulations, où chacun peut mentir… et mourir.

Yann, flic déboussolé, et Maïma, adolescente futée de seize ans, trouveront-ils lequel des hôtes de la pension Au soleil redouté… est venu pour tuer ?

Au soleil redouté est ma huitième incursion dans l’univers de Michel Bussi, après Un avion sans elle, Maman a tort, Le temps est assassin, Sang famille, Ne lâche pas ma main, J’ai dû rêver trop fort et Nymphéas noirs.

Après le Jura, Le Havre, la Corse, Mornesey, l’île de La Réunion, Montréal, Los Angeles, Barcelone, Jakarta et Giverny, direction Les Marquises, une destination paradisiaque, pour cette nouvelle intrigue qui fait la part belle à une petite île de la Polynésie française, Hiva Oa, où sont enterrés Jacques Brel et Paul Gauguin.

Aller en Polynésie est l’un de mes rêves et avec cette lecture, j’ai été plongée dans l’atmosphère de ces îles, découvert leur folklore, appris aussi hélas le massacre dont ils ont été victimes et le rôle du colonisateur français qui a voulu exterminer la culture, les traditions et la langue polynésienne.

Michel Bussi nous propose avec ce titre un huis clos à ciel ouvert, orchestré de main de maître par cet auteur de talent. Un roman policier aussi bien documenté qu’efficace, comme toujours d’ailleurs car jusqu’à présent, ce romancier ne m’a jamais déçue et plutôt bluffée, je dois le dire.

L’intrigue pleine de rebondissements, de secrets et de mystères savamment distillés, est bien rythmée, très bien développée. En effet, impossible de s’ennuyer de la première à la dernière page, emportée par une histoire qui va à vive allure. J’ai vraiment été épatée par la qualité de cette enquête, bluffée par la virtuosité de l’auteur à nous mener par le bout du nez jusqu’au final inattendu.

Michel Bussi donne le ton dès le prologue et comme d’habitude, je me suis fait avoir dans les grandes largeurs : je n’ai rien vu venir ! J’ai pourtant bâti des scénarios au fil de ma lecture, passé au crible les événements, je me suis fait avoir comme une bleue et j’ai adoré ça !

Michel Bussi nous fait voyager tout au long du récit et il nous décrit avec tant de précision et de réalisme Hiva Oa, ses traditions (tiki, manna, perle, tatouage) qu’on pourrait s’y croire, c’est l’une des forces de cet auteur qui utilise à merveille son métier de professeur de géographie pour nous décrire les lieux qui servent de toiles de fond à ses intrigues, c’est l’une des choses qui me plaisent le plus chez lui.

J’ai aussi beaucoup aimé les personnages, notamment Yann, le capitaine de gendarmerie et Maïma, l’adolescente qui lui sert d’adjoint et le jeu de pistes que nous propose l’auteur, un peu à la façon d’une murder party.

Michel Bussi fait aussi de gros clins d’œil à la reine du crime, Agatha Christie, avec un bel hommage à l’un de ses chefs d’œuvre : Dix petits nègres dont il s’empare pour nous proposer un développement et une ambiance que n’aurait pas renié la romancière anglaise.

Une fois encore je n’ai pas été déçue par Michel Bussi et je vous recommande chaudement Au soleil redouté si vous souhaitez le découvrir.

Belette qui m’a accompagné dans cette lecture a adoré aussi, vous pouvez lire son avis ici.

Un grand merci aux éditions Presses de la cité pour cette lecture addictive !

Read Full Post »