Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘bande dessinée jeunesse’

1917, la guerre s’éternise. Le blocus naval mis en place par l’Angleterre, pour empêcher le ravitaillement des puissances centrales, provoque une pénurie alimentaire dans toutes les zones contrôlées par l’armée allemande. Dans cette Europe meurtrie, le périple des Lulus se poursuit. Malgré leur optimisme naturel, ils commencent à désespérer de revoir un jour l’abbé et les copains de l’orphelinat. Et, s’ils restent soudés dans l’adversité, des lézardes apparaissent dans leur belle amitié.

Nous avions laissé nos Lulus montant dans un train, hélas pour eux, au lieu de partir en Suisse, ils se sont retrouvés en plein pays ennemi, l’Allemagne ! Heureusement, ils parviennent à fausser compagnie aux casques à pointe et à voler des masques à gaz aux fritz qui les pourchassent.

Ils se retrouvent en territoire belge, jusque dans le village d’où est originaire Luce et où vivent encore ses grands-parents. Leur chemin croise la route d’un paysan qui cultive son champ à l’aide d’un éléphant, d’un photographe itinérant, qui en échange d’une photo qu’il fait semblant de prendre se fait récompenser d’un bon gueuleton…

Mois après mois, je poursuis la lecture des aventures des orphelins Lucien, Lucas, Luigi et Ludwig et de leur amie d’infortune, Luce. Après La maison des enfants trouvés, Hans et Le tas de briques, voici le 4e opus de la série toujours aussi réussi.

Une fois encore mon Sami-Chameau et moi avons été séduits par cette histoire qui nous montre une fois de plus ce qui se passe à l’arrière, côté civils, nos Lulus ne cessent de fuir les troupes allemandes.

Le scénario, comme toujours signé Régis Hautière, est de qualité. Il n’épargne pas nos Lulus : leur route, semée d’embûches, va leur réserver des frayeurs, des déconvenues mais aussi de belles surprises et des rencontres étonnantes. Leur amitié est souvent mise à mal mais ils restent soudés dans l’adversité tout en se demandant si cette maudite guerre prendre un jour fin.

Ce quatrième tome reste fidèle à l’esprit des précédents et nous plongent davantage dans la réalité du conflit même si les Lulus ont la chance de ne pas être à côté du front, ils vont vivre la peur au ventre d’être pris par l’ennemi et envoyés en Allemagne. Et nous allons trembler avec eux à chaque rebondissement et péripétie qu’ils vivent.

Nos Lulus grandissent de tomes en tomes, les plus jeunes ont quitté le monde de l’enfance pour l’adolescence et les deux aînés sont quasiment des adultes. La seule fille du groupe s’affirme de plus en plus, devient une vraie jeune fille et aussi la pomme de discorde car nos Lulus sont tous amoureux d’elle.

Les dessins de Hardoc s’accordent comme toujours parfaitement à l’histoire, les teintes se font plus sombres et il a un vrai talent pour représenter les différents protagonistes de l’histoire

Les dialogues entre les soldats allemands sont traduits en bas de page et c’est un vrai plus car ils rendent encore plus tangibles la réalité de la guerre pour leurs jeunes lecteurs.

C’est une série très pédagogique qui permet aux enfants de découvrir la grande guerre autrement, à travers le parcours d’autres enfants et qui sait leur donner le goût de l’Histoire.

Vous l’aurez compris un quatrième opus tout aussi réussi que les précédents, nous allons donc poursuivre cette série avec le dernier volume qui n’a pas encore rejoint ma PAL mais ça ne saurait tarder !

Read Full Post »

Arrivée de Russie, Vera veut à tout prix s’intégrer dans sa nouvelle vie à New York mais elle se rend compte très vite que ce n’est pas facile. Ses amies vivent dans des maisons luxueuses et leurs parents peuvent se permettrent beaucoup de choses comme de les envoyer dans les meilleures colonies de vacances du pays. Vera et sa mère n’ont pas les mêmes moyens et ne peuvent pas se permettre ces privilèges. Mais cette année, elle part dans une colonie de vacances russe où elle compte bien en profiter. Cependant, rien ne se passera comme Vera l’avait prévu.

Tout juste arrivée de Russie avec sa maman, son petit frère et sa petite sœur, Vera, dix ans, aimerait tellement que ses copines américaines la considèrent comme l’une des leurs.

Mais ses multiples tentatives pour y parvenir se soldent presque toutes par des échecs : elle n’a jamais les bonnes poupées, les bons gâteaux ou le logement pour contenter ces petites américaines qui vivent dans de grandes maisons, avec des parents qui gagnent bien leur vie.

Son rêve : que sa maman, qui suit une formation pour devenir comptable, puisse un jour l’envoyer dans une de ces luxueuses colonies de vacances, dans lesquelles s’épanouissent les jeunes américains.

Vera sait bien que sa mère, qui les élèvent seule, ne peut se permettre une telle dépense, pourtant elle accepte d’envoyer la jeune fille et son petit frère dans un camp russe.

Là voilà toute joyeuse à l’idée de passer deux semaines, persuadée qu’elle va s’y faire des amies…

Un été d’enfer ! est un récit inspiré par la propre histoire de Vera Brosgol qui signe ici le scénario comme les dessins de ce roman graphique que j’ai trouvé drôle et touchant.

Son expérience au cours de cet été dans un camp avec des scouts russes, une organisation persona non grata au temps du soviétisme, et les déboires que l’auteure a vécus, elle nous la retranscrit tout au long de ce roman aux teintes dominées par le vert, noir et le blanc.

J’ai trouvé cette petite fille très attachante, avec ses difficultés à se lier avec des petites filles de son âge, à trouver sa place aussi bien parmi les américaines que les russes, elle va en effet vivre un été d’enfer alors que son petit frère se fait des amis partout où il se trouve !

Cette colo, qu’elle pensait hyper cool, va se révéler pleine de désullusion pour notre jeune héroïne qui va accumuler la poisse, découvrir les Hollywood (les toilettes sèches en pleine nature), les animaux sauvages, les napadenya, l’hostilité de certaines filles mais aussi des garçons…

Pour autant, le récit qui est nous proposé ici est plein de tendresse, d’humour, les dessins volontiers rieurs et l’auteure espère bien que sa propre expérience permettra aux enfants dès 9 ans de dédramatiser la colonie de vacances.

Car si Vera est malmenée, elle va se révéler, faire preuve de pugnacité et acquérir une confiance en elle qui va lui permettre de terminer son séjour mieux qu’elle l’a commencé.

Une chouette lecture, avec de belles valeurs, que je recommande aux enfants bien sûr mais aussi aux adultes qui envoient leurs enfants ou colo ou non, car Vera est absolument délicieuse de naïveté, de gentillesse et de courage.

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

La seconde insurrection. J’imagine que tu n’en as jamais entendu parler ? Nous voulons tout changer. Nous voulons changer la vie, nous voulons changer les gens, ici et maintenant. J’aimerais que tu rejoignes notre cause…

Phoenice, anciennement San Francisco, n’est plus qu’un état à part entière divisé en deux zones depuis le tremblement de terre qui l’a partiellement détruite au 21ème siècle : les quadrants, quartiers où vit la majeure partie de la population, et le coeur, ville dans la ville, juchée sur une colline et protégée par un mur.

Les élus, classe dominante et éduquée, vivent à l’abri du mur et détiennent tous les pouvoirs y compris militaires. Les autres habitants sont répartis selon un système de castes : ouvriers, soldats, nourrisseurs et déclassés.

Jonas, 14 ans, vit avec une mère dépressive, un père révolutionnaire. Sa soeur aînée, Helix 15 ans, a réussir l’Ascension, concours d’entrée pour intégrer les « élus ». Un concours très difficile à réussir pour les non initiés.

A présent, intronisée, et passée de l’autre côté, elle est coupée de sa famille. Jonas, pour échapper à sa condition modeste n’a qu’une issue : réussir également le concours même si il doute de réussir et qu’il n’arrive pas à se résoudre à laisser sa mère…

Le visage des sans-noms est le premier tome de la série Eden écrite par Fabrice Colin et illustrée par la talentueuse Carole Maurel dont j’avais beaucoup aimé le travail qu’elle avait réalisé pour Collaboration horizontale et En attendant Bojangles, raison pour laquelle cette bande dessinée m’intéressait car comme vous le savez déjà, la science-fiction et la dystopie ne sont pas mes genres de prédilection, loin de là !

Ce premier volet plante efficacement le décor et l’ambiance dans lesquels nous allons évoluer et où nous suivons à la fois Jonas dans la ville du bas et Helix dans la ville du haut. Dans cette ville coupée en deux depuis le tremblement de terre, coexistent deux catégories de population : les élus et les autres.

Mais lorsque nous découvrons cet univers et les personnages qui l’habitent, on prend conscience de la difficulté d’appartenir à la caste des non-élus. Seule solution pour les pauvres de prendre l’ascenseur social : la sélection à quinze ans permettant de passer d’une caste à l’autre, du moins en théorie, car la réalité est toute autre.

On découvre également qu’une résistance s’est organisée, ce qui nous promet de chouettes évolutions pour la suite car Le visage des sans-noms est typiquement un tome d’introduction nous familiarisant avec les protagonistes et le sujet développé par l’auteur : une société où le déséquilibre entre un peuple et ses élites atteint son point de rupture. La révolution est en marche et il me tarde de découvrir ce qu’il va advenir de Jonas et de Helix dans le second volume.

Une formidable entrée en matière qui fera mouche auprès de la cible visée par Fabrice Colin et Carole Maurel (les pré ados et ados) qui pourront apprivoiser avec cette série le genre dystopique.

Une bonne idée de départ de Fabrice Colin qui nous propose un récit bien rythmé, bien servi par les illustrations réussies Carole Maurel qui croque avec talent ce monde futuriste de Phoenice mais qui met également l’accent sur les visages des acteurs de l’histoire, ce qui rend le tout très vivant.

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette découverte !

Read Full Post »

Paris, janvier 1910, la Seine connaît une crue exceptionnelle plongeant tous les quartiers sous plusieurs mètres d’eau et désorganisant totalement les services publics. Les boutiques sont saccagées et dans les rues qui ne sont plus éclairées, faute de gaz et d’électricité, les habitants sont agressés. Les malfrats en profitent, notamment l’un d’eux qui se fait appeler le Marsoin.Cambrioleur de haut vol, il pille les Musées, libère des prisonniers… en signant ses délits d’un M, soldant chacune de ses actions par une lettre adressée à la presse soulignant l’incapacité de Louis Lépine, Préfet de police et créateur du concours du même nom. C’en est trop, Pipolet est convoqué au Ministère de l’Intérieur, les Spectaculaires sont sollicités pour arrêter le Marsouin. Quelles nouvelles inventions aquatiques, Pipolet a-t-il prévu pour la fine équipe ? Se sortiront-ils de cette mission en eaux troubles ?

Paris, janvier 1910. La capitale, les parisiens et le zouave du pont de l’Alma ont les pieds dans l’eau suite à une crue exceptionnelle de la Seine. Profitant de la désorganisation des services de l’Etat et spécialement ceux de la police et de la pénitentiaire, un certain nombre de malfrats prennent le large.

Parmi eux, le mystérieux M, qui multiplie avec ses acolytes, vols et cambriolages en tous genres. C’en est trop pour le préfet Lépine qui est ridiculisé par les exploits de M et sa bande qui pointent du doigt son incapacité.

Il fait appeler le professeur Pipolet, recommandé par Sarah Bernhardt, amie personnelle du ministre de l’intérieur, et lui donne carte blanche pour capturer M et le mettre sous les verrous.

Le professeur met au point quelques inventions aquatiques pour permettre aux Spectaculaires de se mettre en chasse du mystérieux M…

Quel plaisir de retrouver l’une de me séries chouchoutes dans ce troisième opus hyper réussi et particulièrement désopilant. Après Le cabaret des ombres et La divine amante, voici donc Les spectaculaires prennent l’eau dans lequel nous retrouvons le professeur Pipolet et la fine équipe des Spectaculaires que sont Eustache, l’homme fort, Félix le lycantrope, Evariste l’homme volant et Pétronille, qui n’a besoin d’aucun artifice pour être spectaculaire comme le dit si bien la divine Sarah Bernhardt.

Cette troupe d’artistes de cabaret un peu ratés emmenée par l’inénarrable professeur Pipolet à la mémoire vacillante mais aux inventions farfelues, doit, dans ce troisième tome, mettre fin aux agissements du mystérieux M dont ils n’arrivent pas à retenir le nom : merlu, morue, mulet, murène… ?

Et comme toujours, Pétronille mise à part, ils ne se révèlent pas futés pour un sou et bataillent sec avec les inventions de Pipolet toujours aussi approximatives en diable, et qui sont censées leur permettre de combattre le malfrat sur son terrain de jeu : la Seine.

J’a trouvé ce troisième volume supérieur aux deux premiers qui étaient déjà très bons : très amusant, avec des péripéties et des rebondissements en pagaille pour nos héros et un dénouement spectaculaire, le suspens est une fois de plus mené jusqu’au bout, ce qui est un bon point pour les amateurs d’aventures et d’énigme.

Autre bon point pour moi la narration pleine d’humour qui se révèle très plaisante pour les adultes avec des dialogues savoureux et un vocabulaire argotique du début du 20è siècle qui nous plonge avec délectation dans une ambiance Belle Epoque très réussie.

Je trouve que le scénario de Régis Hautière est formidable, riche idée que de nous proposer une intrigue autour de la célèbre crue de 1910 qui permet au professeur d’étoffer sa gamme d’inventions plus ou moins ratées de façon exponentielle.

Quant aux dessins d’Arnaud Poitevin, je les trouve toujours très réussis et rythmés, ils servent parfaitement l’intrigue mitonnée par Régis Hautière et mettent en valeur les personnages. Toutes les scènes dans les rues inondées de la capitale sont très réussies et on tourne les pages avec bonheur jusqu’à la dernère case.

Les quatre Spectaculaires sont décidément sympathiques en diable et le professeur Pipolet, savant particulièrement barré aux inventions scabreuses, apporte une touche humoristique indéniable qui font de ce troisième volume, un formidable divertissement.

C’est frais, pétillant, avec une ambiance burlesque réussie et des rebondissements à la clé, je ne peux que vous recommander cette excellente série destinée aux 12 ans et plus, vous passerez un très bon moment.

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture amusante et pleine de peps.

Read Full Post »

A peine remis des émotions provoquées par les évènements d’Avalon, Aliénor et Lancelot se voient confier une mission par Morgane : aller chercher un mystérieux objet que la fée avait confié autrefois au roi des Korrigans. Mais pour pouvoir le récupérer, nos héros vont devoir relever de nombreux défis et survivre à une série d’épreuves, sous peine d’être à jamais prisonniers des geôles de pierre de ce royaume souterrain.

Alors que Merlin est enfin revenu à la vie et sur le point de donner ses leçons à Aliénor sur les champignons comme chaque lundi, la jeune fille, accompagnée de Lancelot du Lac, est missionnée par Morgane pour aller chercher un mystérieux objet chez les ennemis jurés des fées : les Korrigans.

Lancelot, qui croyait que son amie détestait la fée, s’étonne qu’elle veuille lui rendre ce service. Aliénor lui annonce alors qu’elle ne veut pas devenir une druidesse comme son père mais une fée.

Arrivés chez les Korrigans, le roi refuse de leur remettre l’objet de leur quête et les oblige à passer des épreuves pour récupérer le dit objet mais aussi pour s’échapper de leurs geôles de pierre…

Après avoir assisté à la mort, puis la résurrection, puis de nouveau à la mort de son père Merlin dans Merlin est mort vive Merlin !, avoir combattu un dragon avec le jeune Lancelot dans Trompe-la-mort, et découvert Excalibur dans Les portes d’Avalon, revoilà notre jeune héroïne aux prises avec les Korrigans dans Le chant des Korrigans.

Ce quatrième tome fait à nouveau la part belle à Aliénor et à son ami Lancelot du Lac, plus en forme que jamais ! J’aime beaucoup l’humour, le caractère irascible de Merlin et les joutes verbales qui l’opposent à Morgane, des saillies bienvenues même si ici on ne les voit que le temps de quelques planches.

Dans cette histoire, Séverine Gauthier nous fait explorer le territoire de Brocéliande et nous permet de faire la connaissance des Korrigans, des créatures légendaires issues du folklore breton comparables aux lutins.

Bienveillants ou malveillants selon les cas, les korrigans peuvent faire preuve d’une extrême générosité mais est capable d’horribles vengeances. L’autrice choisit ici de mettre en scène des korrigans particulièrement malveillants envers Morgane, et donc envers ses messagers Aliénor et Lancelot, et il faudra toute la sagacité de la jeune fille pour sortir nos héros de leurs ornières.

L’histoire s’assombrit de tomes en tomes mais se lit formidablement bien grâce à l’humour déployé par Séverine Gauthier par petites touches et surtout aux planches de Thomas Labourot, une fois de plus très réussies et qui servent bien l’aspect fantaisy du récit, elles sont aussi très agréables à regarder, ce qui ne gâte rien.

Les personnages restent intéressants : Aliénor est une héroïne attachante, Merlin est un vieux ronchon au grand cœur, Morgane n’est pas aussi méchante qu’elle voudrait le faire paraître et Lancelot, toujours prêt à aider son amie.

Comme pour les précédents opus, Séverine Gauthier et Thomas Labourot nous proposent à la fin du volume, L’écho de Brocéliande, avec un bestiaire, le guide de du tombeau du géant, un point sur la légende de Merlin…

Un quatrième tome qui m’a plu et qui nous fait avancer dans l’histoire d’Aliénor Mandragore, une série jeunesse décidément bien sympathique que je vous invite à découvrir si vous aimez la légende arthurienne et surtout le mythe de Merlin l’Enchanteur !

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour cette parenthèse enchantée !

Read Full Post »

Suite au divorce de ses parents et à la maladie de sa mère, Wataru est accueilli par ses grands-parents. Pour le jeune garçon tokyoïte, cette nouvelle vie à la campagne est un bouleversement. Il découvre sa nouvelle école, son nouvel environnement. La forêt en particulier l’impressionne et semble lui communiquer une force presque surnaturelle, venue du fonds des âges.

Wataru, un jeune tokyoïte d’une dizaine d’années, débarque chez ses grands-parents à la campagne. Ses parents ont divorcé il y a quelques mois sans qu’il en sache la raison et depuis, il vivait avec sa mère.

Mais celle-ci étant malade, il découvre la vie à la campagne et l’hostilité de ces camarades de classe qui le méprise pour la seule raison qu’il vient de la capitale.

Lorsqu’il devra faire ses preuves face au groupe d’enfants qui le mettent au défi, c’est de la forêt millénaire que lui viendra un courage intérieur qui lui était inconnu…

Dernière création de Jirô Taniguchi, cette bande dessinée en couleurs occupe une place à part dans l’œuvre du maître japonais. Pensée comme une œuvre d’inspiration européenne quant aux couleurs et au format, voulue en trois volumes, Jirô Taniguchi n’aura pu livrer que le début du premier d’entre eux, La forêt millénaire, avant de succomber à la maladie.

Il est donc difficile d’imaginer ce qu’aurait pu être la suite des aventures de Wataru avec juste le début de la trilogie qui tient en une quarantaine de pages. L’auteur a fait la part belle aux images, toutes en couleurs, magnifiées par le format à l’italienne avec de magnifiques panoramas, qui en fait un très bel objet livre.

L’histoire en elle-même, inachevée, est trop brève pour que je m’y attarde sous peine de vous spoiler, elle tient en effet en 42 pages, d’un rythme très lent, et très contemplatif.

Le reste de l’ouvrage est consacré au making of de l’œuvre, complété d’un entretien poussé avec l’éditeur japonais de Jirô Taniguchi et du matériel inédit provenant des carnets personnels de l’auteur.

Je pense que tous les amateurs de Jirô Taniguchi seront enthousiastes à l’idée de découvrir le projet sur lequel il travaillait d’arrache-pied avant de décéder, ceux qui comme moi, ne le connaissaient pas du tout, seront curieux de découvrir ses autres œuvres et notamment Les gardiens du Louvre, L’homme qui marche ou Le livre du vent.

C’est un bel ouvrage, mais l’histoire qui fait la part belle à l’importance de la nature dans la vie des hommes, est pour ainsi dire inexistante et je suis forcément restée sur ma faim…

Merci aux éditions Rue de Sèvres pour cette découverte, d’un point de vue graphique j’ai adoré !

Read Full Post »

Si les mythes nous parlent encore aujourd’hui, c’est qu’ils racontent à la fois la nature humaine et l’aventure de la vie. Ces histoires sont peuplées de personnages auxquels on peut s’identifier, de héros aussi forts et admirables que poltrons et méprisables, de terribles monstres qui révèlent nos peurs et nos faiblesses.

Avec Mythique panthéon, Jean-michel Billioud propose de nous raconter les récits légendaires des héros de l’Olympe. De la naissance de la mythologie grecque jusqu’aux grands épisodes narrés par Homère, de Cronos à Zeus, des Titans aux nymphes… l’auteur nous invite à une véritable initiation à la mythologie grecque.

Découpé en quatre parties, cet album brillamment illustré par Benoit Perroud revient sur Les dieux de l’Olympe, Les demi-dieux et les héros, Les grands mythes grecs et La guerre de Troie.

Idéal pour les collégiens qui étudient le monde grec antique et les récits d’Homère qui figurent aux programmes de français et d’histoire, Mythique panthéon permet aussi à leurs parents de (re)découvrir tous ces mythes qui nous parlent encore aujourd’hui : les douze travaux d’Hercule, Thésée et le minotaure, l’odyssée d’Ulysse, Méduse, Prométhée, Jason et les argonautes, le roi Midas, Orphée, etc.

Ces histoires sont peuplées de personnages auxquels on peut s’identifier, de héros aussi forts et admirables que poltrons et méprisables, de terribles monstres qui révèlent nos peurs et nos faiblesses. Des récits qui restent finalement très actuels de par leurs thématiques.


Cet ouvrage se révèle non seulement pédagogique mais aussi passionnant pour les enfants comme pour les adultes car l’auteur ne cherche pas seulement à raconter les histoires : il les explique aussi sous un angle historique, géographique et culturel, pour aider le lecteur à mieux comprendre le sens de chacune de ces légendes.

Le lecteur découvre également ce que signifiaient ces histoires pour les Grecs dont elles étaient, à l’époque, le quotidien, les mots de notre vocabulaire et expressions d’aujourd’hui qui découlent de ces épisodes : sortir de la cuisse de Jupiter, bonnet phrygien…

Le style de l’auteur est fluide et va droit au but, chacun de ses portraits est synthétique et donne la bonne dose d’informations afin de susciter l’intérêt des enfants sans avoir besoin de les noyer sous un flot de texte inutile.

Cerise sur le gâteau, Jean-Michel Billioud n’oublie pas d’insérer l’arbre généalogique des dieux et de leurs descendants afin qu’on s’y retrouve ainsi que leurs caractéristiques et leurs correspondances romaines.

En une centaine de pages, ce n’est pas moins de 58 histoires qui nous sont relatées, toutes d’une précision et d’une clarté limpide qui permet de réellement appréhender la mythologie grecque, ses mythes fondateurs, les dieux et héros qui font encore le bonheur des jeunes lecteurs d’aujourd’hui car cette thématique reste très bien représentée dans la littérature jeunesse.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé cet ouvrage, mes enfants l’ont dévoré aussi et je ne peux que vous recommander de plonger à votre tour dans la lecture de Mythique panthéon si vous avez envie de renouer avec les mythes grecs.

Une belle idée cadeau pour les 9 / 12 ans qui pourront à la fois enrichir leur savoir et se divertir avec cette lecture.

Un grand merci à Clémentine et aux éditions Saltimbanque pour cette lecture passionnante !

Read Full Post »

Older Posts »