Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘baudelaire biographie’

Brigitte Kernel a été productrice et animatrice d’émissions littéraires sur France Inter, de 1990 à 2015. Elle est l’auteure de quelque trente ouvrages, dont, aux éditions Flammarion, les romans : Fais-moi oublier, Agatha Christie, le chapitre disparu, Jours brûlants à Key West et Le Secret Hemingway.

Quand, en 1842, Charles Baudelaire rencontre Jeanne Duval, comédienne au théâtre de la Porte-Saint-Antoine qui peine à se faire un nom, le jeune homme âgé de vingt et un ans entame tout juste la rédaction des poèmes qui constitueront Les fleurs du Mal.

Si la relation passionnelle qui se noue lui inspire certains de ses plus beaux poèmes, elle est mal accueillie par ses contemporains. Jeanne est en effet une « mûlatresse ». La couleur de sa peau dérange autant que ses origines populaires, sa gouaille, son goût pour les faubourgs et les guinguettes.

S’ils sont jaloux, se disputent, se déchirent, se trompent, rompent et renouent, en viennent même aux mains, les amants demeurent indéfectiblement liés jusqu’à la mort du poète.

Baudelaire et Jeanne : L’amour fou est une biographie romanesque riche et très intéressante sur le poète et sa muse principale. Brigitte Kernel restitue ici les tumultes de cet amour en s’appuyant notamment sur la riche correspondance de Baudelaire avec ses amis, éditeurs et sa mère mais aussi des témoignages de leurs contemporains.

L’histoire de cette passion aussi dévorante que mythique qui unit le poète Charles Baudelaire et l’actrice Jeanne Duval est donc au coeur de ce récit. Comme beaucoup d’entre vous j’imagine, j’ai découvert le poète en classe de première, l’année de mon bac de français.

Depuis, j’ai beaucoup lu son oeuvre et me suis intéressée à sa vie en lisant quelques biographies. Si ses biographes se sont beaucoup intéressés à Caroline Aupick, sa mère, la véritable femme de sa vie avec qui il avait une relation fusionnelle et très compliquée, Jeanne Duval, dont on se sait quasiment rien, reste souvent à la marge.

J’ai donc particulièrement apprécié suivre la vie tumultueuse de ce couple tout au long de ce récit entrecoupé de correspondance et de poèmes. Le récit est certes romancé mais Brigitte Kernel a fait un gros travail de documentation, son style est fluide et les pages se tournent toutes seules.

Le couple marque les esprits et est au centre de bien des ragots et commérages, leur personnalité, leur style détonne et voir un homme blanc avec une femme de couleur, choque beaucoup à l’époque.

Leur amour est loin d’être un long fleuve tranquille : Jeanne s’enflamme, pique des colères, trompe Baudelaire avec des hommes comme avec des femmes, recherche des relations tarifées, comme toutes les actrices de cette époque. Charles le sait et l’accepte au grand dam de sa mère qui voue une haine implacable à Jeanne pour sa couleur de peau mais aussi parce qu’elle siphonne les économies de son fils.

Cette liaison, cet amour tiraillé, inspirera à Baudelaire les plus beaux de ses poèmes, notamment l’un de ses plus célèbres, La chevelure, mais bien d’autres encore dont certains, ont été condamnés par la cour en 1857, jugés trop licencieux, sur les sujets de l’amour libre et du lesbianisme.

Outre Jeanne et Charles, on croise de grands noms de la littérature ou des arts comme Victor Hugo, Théophile Gautier, Nadar, Gustave Flaubert… Il a aussi rencontré de grands peintres : Eugène Delacroix, qu’il admirait et qui lui fera un portrait, Gustave Courbet avec L’atelier du peintre où Charles et Jeanne sont présents même si Jeanne fut ensuite effacée. Jeanne, d’ailleurs, a elle aussi son portrait, avec La maîtresse de Baudelaire peint par Édouard Manet à la demande du poète.

Cerise sur le gâteau : l’autrice a eu la très bonne idée de mettre à la fin de l’ouvrage les poèmes entiers de Baudelaire dont elle parle dans le livre et qui sont généralement ceux inspirés par Jeanne Duval. Elle a mis aussi ceux qui ont été longtemps interdits. J’ai beaucoup aimé replonger dans les vers et les mots de ce poète.

En bref, un très bon livre que je conseille à tous vivement et je remercie Babelio et les éditions Ecriture pour leur confiance.

Read Full Post »