Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘bd Sherlock holmes’

1894. Après trois ans de guerre secrète contre les anciens associés de Moriarty, il est temps pour Sherlock Holmes de sortir de l’ombre et de retrouver Baker Street… Mais avant cela, il lui faut mettre échec et mat le dernier et le plus dangereux des lieutenants du défunt professeur : le Colonel Moran, tireur d’élite et tueur aux nerfs d’acier. La chasse est lancée mais qui est le chasseur et qui est le gibier ? Pendant que Holmes avance ses pions, Moran lâche ses chiens : une meute d’assassins, menée par le sinistre Deadeye… et c’est sur les francs-tireurs de Baker Street que le piège mortel va se refermer !

1894, un an après avoir damé le pion au superintendant Blackstone, Sherlock Holmes se fait toujours passer pour mort. Dans sa ligne de mire, le bras droit de l’homme du Yard, le colonel Moran qu’il rêve de prendre dans ses filets.

Pendant ce temps-là, Billy Fletcher, Charlie, Tom et le chat Watson le chat, rongent leur frein. Fidèles assistants et compagnons de clandestinité du grand détective, ils vont pourtant se retrouver en première ligne de cette fin de partie meurtrière lorsque leurs pas les mènent jusqu’à Bloody Percy junior qui va les filer et découvrir ainsi où se cache Holmes et le révéler à Moran…

On se retrouve aujourd’hui pour la suite de la série Les Quatre de Baker Street et volume après volume, cette série me passionne toujours autant. Après L’affaire du rideau bleu, le Dossier Raboukine, Le rossignol de Stepney, Les orphelins de Londres, La succession Moriarty et L’homme du Yard, place au dernier volume en date : L’affaire Moran.

Ce septième opus est aussi réussi que les précédents, tome après tome, mes billets se ressemblent décidément tant j’aime cette série et ses jeunes protagonistes hyper attachants que sont Billy l’intello, Charlie la garçon manqué qui accepte peu à peu sa féminité et Tom l’irlandais ombrageux que j’ai eu grand plaisir à retrouver une fois de plus, sans oublier le chat Watson of course.

Le trio est particulièrement à l’honneur dans ce nouvel opus qui marque la fin d’un cycle car on se demande comment les auteurs vont donner naissance à un 8e volume puisque celui-ci se conclut par la naissance des fameux francs-tireurs de Baker Street, la police auxiliaire de Holmes.

L’intrigue est la suite directe du sixième volume et toujours aussi bien construite, le scénario dument ficelé et la qualité des dessins toujours au rendez-vous, j’aime le trait élégant et la maitrise des couleurs de David Etien, une belle réussite une fois de plus, je me répète mais je n’ai pas grand chose à en dire de plus, sinon qu’il faut lire cette série si vous ne la connaissez pas.

Les plus jeunes apprécieront beaucoup les scènes d’action, notamment les scènes de course poursuite et de bagarres, nos jeunes héros ont l’adrénaline qui montent en flèche à plusieurs reprises et Charlie se pose bien des questions sur son avenir au sein de la bande.

Une série très réussie que je ne peux que vous recommander et qui j’espère continuera car j’aimerai beaucoup retrouver nos apprentis détectives si attachants !

 

Read Full Post »

Sherlock Holmes est de retour ! Le crime aussi…1893. Dissimulé dans l’East End londonien, Sherlock Holmes poursuit sa guerre secrète contre les anciens associés de Moriarty : le redoutable Colonel Moran et le superintendant Blackstone de Scotland Yard… Bien décidé à débusquer Holmes avant qu’il ne refasse surface, l’Homme du Yard va tout mettre en oeuvre pour remonter sa piste une piste qui est aussi celle de nos héros, indispensables auxiliaires de l’insaisissable détective. Traqués par la police, Billy, Charlie et Black Tom doivent prendre la tangente. Semée d’embûches et de dangers, leur cavale débouchera sur un terrible drame. Pour les Quatre de Baker Street, rien ne sera plus jamais comme avant…

heart_4auteur-éditeur-pagesles-quatre-de-baker-street-tome-6-l-homme-du-yard

1893, la femme du docteur Watson vient de mourir et notre détective consultant préféré, Sherlock Holmes, est de retour à Londres mais en incognito. Les sympathiques francs tireurs, Billy, Tom et Charlie, sont ses yeux et ses oreilles dans les rues de Londres.

Holmes veut coincer Blackstone, l’homme du Yard, qui n’est autre que l’ancien adjoint du professeur Moriarty mais l’homme semble insaisissable car ses appuis sont nombreux et il a des dossiers sur tous ceux qui comptent.

Blackstone veut lui aussi coincer Holmes et pour faire sortir le loup du bois, décide de s’en prendre aux quatre de Baker Street. Il lance donc la police de Scotland Yard à leurs trousses et pour faire taire les questions embarrassantes de ses subordonnés, prétexte que la Special Branch a découvert que les trois enfants aident les fenians.

Charlie, Tom et Billy n’ont d’autre choix que de se réfugier à Dead End, le repère des irlandais, là où la police se garde bien de mettre les pieds…

On se retrouve aujourd’hui pour la suite de la série Les Quatre de Baker Street et volume après volume, cette série me passionne toujours autant. Après L’affaire du rideau bleu, le Dossier Raboukine, Le rossignol de Stepney, Les orphelins de Londres et La succession Moriarty, place au dernier volume en date : L’homme du Yard.

Ce sixième tome est toujours aussi réussi, tome après tome, mes billets se ressemblent décidément tant j’aime cette série et ses jeunes protagonistes hyper attachants que sont Billy l’intello, Charlie la garçon manqué qui accepte peu à peu sa féminité et Tom l’irlandais ombrageux que j’ai eu grand plaisir à retrouver.

Contrairement au volume précédent, cette fois-ci, c’est le trio qui est à l’honneur et c’est lui que l’on suit au cœur du Londres victorien. Et contrairement aux tomes 1 à 4 qui peuvent se lire séparément, les volumes 5 et 6 se suivent et l’intrigue trouvera vraisemblablement sa conclusion dans le volume 7.

L’intrigue est toujours bien construite, le scénario dument ficelé et la qualité des dessins toujours au rendez-vous, une belle réussite une fois de plus, je me répète mais je n’ai pas grand chose à en dire de plus, sinon qu’il faut lire cette série si vous ne la connaissez pas.

Les plus jeunes apprécieront beaucoup les scènes d’action, notamment les scènes de course poursuite dans Dead End, même si certaines planches, plus violentes, ne sont peut-être pas à mettre entre les mains des plus sensibles.

Quant à nos jeunes apprentis détectives, ils sont toujours aussi attachants, drôles et débrouillards. On ne s’ennuie pas une seconde avec nos francs-tireurs et on redemande : à quand le tome 7 ?

Read Full Post »

1892, pour Billy le fin limier, Charlie le garçon manqué et Tom le monte-en-l air (sans oublier le chat Watson !), une nouvelle vie commence une vie sans leur mentor Sherlock Holmes, disparu tragiquement dans les chutes de Reichenbach avec son ennemi juré, le professeur Moriarty… Mais une rencontre des plus inattendues va bientôt précipiter nos héros dans une nouvelle aventure pleine d’action, de dangers et de rebondissements : une mystérieuse affaire d’enlèvement, impliquant les anciens lieutenants du diabolique Moriarty. Les apprentis-détectives parviendront-ils à déjouer les plans des héritiers du Napoléon du crime ? La partie est lancée… et les francs-tireurs de Sherlock Holmes sont sur le coup !

les-quatre-de-baker-street-tome-5-la-succession-moriartyauteur-editeur-pagesSherlock Holmes a disparu dans les chutes suisses du Reichenbach et en cette année 1892 débute le procès de la bande à Moriarty. La firme en profite pour salir la mémoire du grand détective et Billy, Charlie et Tom, nos francs-tireurs se sentent bien orphelins et inconsolables de la mort de leur patron Sherlock Holmes.

Alors qu’ils sillonnent Londres, ils se font prendre en filature parce qu’ils croient être un flic mais quelle n’est pas leur surprise de découvrir qu’il s’agit de Holmes grimé en inspecteur de la Special Branch ! Les retrouvailles seront de courte durée car le petit Arthur Trevelyan est enlevé lors d’une promenade au parc avec sa nurse et sera relâché à condition que son père, le magnat financier Oswald Trevelyan paie une forte rançon.

Pour Holmes, il ne fait aucun doute que la firme de Moriarty est à l’origine de cette tentative d’extorsion et il entend bien faire échouer les projets de Desmond Keene et de Blackstone, les bras-droits du professeur. Les francs-tireurs vont être mis à contribution pour mettre sur la touche les anciens complices de Moriarty.

On se retrouve aujourd’hui pour la suite et fin de la série Les Quatre de Baker Street ! Après L’affaire du rideau bleu, le Dossier Raboukine, Le rossignol de Stepney et Les orphelins de Londres, place au dernier volume : La succession Moriarty.

Ce cinquième tome est toujours aussi réussi, j’aime décidément beaucoup cette série et ses jeunes protagonistes que sont Billy l’intello, Charlie la jeune garçon manqué, Watson le chat et Tom l’irlandais ombrageux que j’ai eu grand plaisir à retrouver.

Une fois n’est pas coutume, Holmes est très présent dans ce volume, contrairement aux précédents où il ne constituait qu’une trame de fond et cette nouvelle aventure nous plonge au cœur du canon holmésien, ce qui est aussi une nouveauté.

L’intrigue est une fois de plus bien construite, le scénario dument ficelé et la qualité des dessins toujours au rendez-vous, une belle réussite une fois de plus.

Quant à nos jeunes apprentis détectives, ils sont toujours aussi attachants, drôles et débrouillards. On ne s’ennuie pas une seconde avec nos francs-tireurs et on redemande : à quand le tome 6 ?

heart_4

Lu dans le cadre du challenge British mysteries :

2168108069.2

Read Full Post »

Sherlock Holmes n’est plus ! C’est du moins ce qu’annoncent les journaux : lors d’une ultime confrontation avec le diabolique professeur Moriarty, le célèbre détective aurait trouvé la mort dans les Chutes de Reichenbach… Sous le choc de cette terrible nouvelle, nos francs-tireurs de Baker Street sont en plein désarroi et, après une dispute de trop, le trio vole en éclats : Billy, Black Tom et Charlie (accompagnée de son fidèle matou) vont suivre chacun un chemin séparé qui va les mener très vite dans de terribles ennuis. Et comme si cela ne suffisait pas, un de leurs ennemis les plus dangereux est sur leur piste !  Le Docteur Watson parviendra-t-il à les retrouver avant qu’il ne soit trop tard ? Privés de leur mentor, nos apprentis-détectives vont devoir braver seuls les pièges et les dangers des bas-fonds londoniens…

LES QUATRE BAKER STREET T04[VO].indd.pdfauteur-éditeur-pages

On se retrouve aujourd’hui pour la suite et fin de la série Les Quatre de Baker Street ! Après L’affaire du rideau bleu, le Dossier Raboukine et Le rossignol de Stepney, place au 4è et pour l’instant dernier volume : Les orphelins de Londres.

Nous avions laissés notre sympathique bande de francs-tireurs de Baker Street goûtant leur succès dans l’affaire du Minstrel, au 221B Baker Street, et nous les retrouvons orphelins, en cet hiver 1891, d’où le titre de l’album, car Holmes est donné pour mort après sa chute dans une cascade suisse, aux prises avec le Napoléon du crime, alias Moriarty.

Billy Fletcher, l’apprenti détective, est dévasté par l’annonce de la mort de son mentor, celui en qui il voyait un père. La bande d’apprentis détectives vole aussitôt en éclat et chacun va alors suivre sa propre voie. Fletcher retourne à sa planque, Charlie, prise en train de voler un pain, est emmenée en maison de correction et Black Tom retrouve sa famille irlandaise et recommence ses cambrioles avec ses cousins.

La vie pourrait s’écouler ainsi, sauf que Bloody Percy, qu’ils ont envoyé à la potence la fin du Rossignol de Stepney, parvient à s’évader quelques heures avant son exécution et qu’il a bien l’intention de mettre la main sur nos jeunes héros afin de les faire passer de vie à trépas !

Ce quatrième tome est toujours un réel plaisir de lecture et d’une excellente qualité graphique, cette série est vraiment remarquable et à mettre dans toutes les mains, que l’on soit holmésien ou non. Le scénario est également ici très abouti, il tient vraiment bien la route et on parvient à suivre parallèlement les trajectoires empruntées par Billy, Charlie et Tom, et on n’a qu’une envie : qu’ils se retrouvent au plus vite pour appréhender Bloody Percy. Les scènes de bagarre, de rebondissements et d’action sont toujours aussi réussies, il y a beaucoup de rythme dans cet opus comme dans toute la série d’ailleurs.

Billy, Charlie et Tom pourront aussi compter sur un allié de choix, lui aussi orphelin de son grand ami Holmes, le docteur Watson, qui s’inquiète beaucoup du devenir de ces enfants des rues si attachants. Quant à Holmes, il plane comme une ombre sur toute l’histoire comme sur la couverture.

On ne s’ennuie pas une seconde avec nos francs-tireurs et on redemande : à quand le tome 5 ?

heart_4

Lu dans le cadre des challenges Victorien 2013 et British mysteries :

challenge-victorien-2013    2168108069.2

Read Full Post »

Billy, Charlie et Black Tom (sans oublier le chat Watson!) se voient confier une nouvelle mission par leur employeur, le célèbre Sherlock Holmes : veiller discrètement sur Lord Neville Asprey, un jeune aristocrate naïf dont les escapades dans les bas-fonds londoniens inquiètent beaucoup sa richissime famille – et pour cause : le jeune lord est fou amoureux de la jolie Grace, alias le Rossignol de Stepney, chanteuse dans le cabaret paternel… mais ce qui devait être une mission de routine va bientôt tourner au cauchemar pour nos détectives en herbe, avec l’entrée en scène du terrifiant Bloody Percy, dandy meurtrier et bras droit d’un des patrons de la pègre locale.

LES QUATRE BAKER STREET T03[VO].indd.pdfauteur-éditeur-pagesAprès le très bon premier tome L’affaire du rideau bleu et le un tout petit peu moins bon Dossier Raboukine (je chipote), place à la troisième aventure des Quatre de Baker Street qui nous plonge dans les bas-fonds londoniens et dont les pas les mènent au célèbre et redoutable asile de Bedlam. Un lieu funeste et sinistre du Londres victorien, déjà croisé dans le très bon Douze minutes avant minuit de Christopher Edge.

La fine équipe nous donne rendez-vous en 1891 : Billy Fletcher, le fin limier, Charlie le garçon manqué, toujours flanquée du chat Watson, et Black Tom de Kilburn, l’irlandais au fichu caractère, sont au mieux de leur forme dans cette enquête palpitante, pleine de rebondissements et de bagarres.

Londres est sous la neige et notre quatuor est chargé par leur célèbre mentor Sherlock Holmes, de garder un oeil sur le jeune lord Neville Asprey, troisième du nom et âgé de 19 ans, amoureux de Grace Corbett, une jolie chanteuse de cabaret, surnommée le rossignol de Stepney. Nos apprentis détectives se retrouvent aussitôt aux prises avec le roi de pègre de l’East End, Sykes, un ex-policier reconverti en caïd.

Et ce qui devait être une simple mission de routine, se révèle très périlleuse pour nos jeunes amis et leurs protégés. Traqués par le terrifiant Bloody Percy jusque chez Watson, que l’on retrouve jeune marié goûtant au charme de la vie conjugale, nos héros vont devoir redoubler de courage et d’ingéniosité pour sauver leur peau, le tout en l’absence de Holmes, retenu par une autre affaire, une fois de plus !

Ce troisième épisode, toujours aussi beau graphiquement parlant, nous permet d’approfondir encore un peu plus la psychologie de nos jeunes héros qui gagnent ici en assurance. La personnalité de Tom, Charlie et Billy s’étoffe, bien servie par un scénario solide, enlevé et bien ficelé. Encore une fois, l’ambiance du Londres victorien est ici bien rendu : décors extérieurs et intérieurs, costumes, attitudes, tout est détaillé avec beaucoup de finesse. Les couleurs sont comme toujours très bien choisies, bravo à David Etien une fois de plus.

Ces gamins des rues se révèlent très intelligents, vifs, leurs réparties et leur sens de l’humour font mouche et leurs réflexions ne manquent pas d’un certain piquant et d’un à-propos de bon aloi. Une série décidément très réussie qu’il me tarde de mettre entre les mains des garçons. Vivement le tome 4 !

heart_4

Lu dans le cadre des challenges Victorien 2013 et British mysteries  :

challenge-victorien-2013    2168108069.2

Read Full Post »

Londres, 1890. Billy, l’apprenti détective, Charlie, la petite fille grimée en garçon, et Black Tom le monte-en-l’air sont trois gamins des rues unis par une solide amitié. Accompagnés du matou Watson, ils arpentent les bas-fonds de l’East End, menant enquêtes, filatures et autres missions de confiance pour le compte d’un certain… Sherlock Holmes. Ce nouvel opus voit nos héros se mêler d’une ténébreuse affaire impliquant des révolutionnaires russes exilés à Londres et la police secrète du Tsar… Nos protagonistes vont avoir fort à faire pour déjouer machinations, trahisons et mauvais coups…

les-quatre-de-baker-street-2-le-dossier-raboukineauteur-éditeur-pagesAprès le très bon premier tome L’affaire du rideau bleu, j’avais hâte de poursuivre la lecture des aventures des Quatre de Baker Street et c’est tout naturellement que je me suis tournée vers le second volume de la série, Le dossier Raboukine. Si j’ai trouvé cette seconde histoire un tout petit peu moins bonne que la précédente (mais en ce moment je trouve tout moins bien !), je remarque que les auteurs connaissent bien cette époque et son contexte politique et que les dessins et couleurs sont toujours aussi beaux.

Ce second récit qui se déroule en 1890 permet de nous familiariser avec la population de Londres et le contexte social de l’époque victorienne. L’intrigue est mieux ficelée et résolument plus politique ici que dans le précédent opus. Black Tom, Charlie et Billy, sans oublier Watson le chat, viennent en aide à Katia Ivanovna, dont le compagnon Anton est accusé d’avoir tué plusieurs prostituées à la manière de Jack L’éventreur. La jeune femme a fui la Russie et le régime impérial pour mieux préparer la révolution avec un groupe de russes communistes en exil à Londres. Ils sont poursuivis par l’okhrana, la police secrète du tsar, qui souhaite éliminer les anarchistes par tous les moyens. Une intrigue plus intéressante pour l’adulte que je suis mais qui parlera nettement moins au public visé : les enfants et les adolescents qui seront peut être un peu perdus dans cette histoire d’espionnage.

Comme dans L’affaire du rideau bleu, Holmes est absent de Londres, parti enquêter sur un violon à Vienne et nous le retrouverons à nouveau en fin de volume pour l’épilogue, avec l’apparition de Mycroft Holmes en cerise sur le gâteau. Nos trois jeunes amis vont s’empresser de jouer les détectives pour Katia, venue au 221B Baker Street pour y rencontrer le grand détective. Nos apprentis détectives vont-ils réussir à innocenter Anton et tenir l’okhana en échec ? Je ne vous le dirai pas bien sûr mais sachez que tout au long de la cinquantaine de pages, il va y avoir des rebondissements, des trahisons et du suspense, mais la fin, précipitée et un peu brouillonne, pêche un peu. Second bémol : les personnalités des Francs-tireurs ne sont pas suffisamment développées à mon goût mais seulement esquissées, nous sommes témoins de leur amitié et de leurs chamailleries mais leur vie quotidienne ne tient pas grand place dans ce volume.

Reste que cette série est vraiment très agréable à lire et à suivre et que je compte bien lire rapidement le tome 3, il me tarde d’ailleurs que les garçons s’intéressent à la bd car elle leur plaira sûrement, ils sont déjà fans de Sherlock Holmes !

heart_3

Lu dans le cadre des challenges Victorien 2013 et British mysteries  :

challenge-victorien-2013    2168108069.2

Read Full Post »

Trois détectives en herbe pour une enquête digne du maître de Baker Street !Billy, Charlie et Black Tom sont inséparables. Et pour cause : impossible de survivre seul dans l’East End londonien, peuplé de faux mendiants, de vrais ruffians et de franches canailles ! Heureusement, les trois amis peuvent compter sur la protection d’un certain Sherlock Holmes, pour lequel ils font parfois office d’espions des rues… Mais lorsque la fiancée de Black Tom est kidnappée sous leurs yeux, nos héros vont devoir mettre au plus vite à profit les leçons de leur mentor pour la retrouver saine et sauve… en s’adjoignant les services d’un quatrième larron pour le moins inattendu. Place aux Quatre de Baker Street, la plus jeune équipe de détectives de l’époque victorienne !

l-affaire-du-rideau-bleu-4-Baker-Streetauteur-éditeur-pagesJe ne sais pas si vous avez remarqué mais je me mets tout doucement à la BD, un genre que j’ai totalement laissé de côté pendant des années. Cette fois-ci je me suis tournée vers une bande-dessinée victorienne : Les quatre de Baker Street et je peux vous dire que j’ai tellement aimé qu’il me tarde désormais de lire les trois tomes suivants ! Ce premier tome des Quatre De Baker Street, sorti en 2008 mais que je viens seulement de découvrir (j’ai seulement 5 ans de retard !), est une superbe bd avec un scénario de Jean-Blaise Djian et Olivier Legrand, et des dessins et couleurs absolument sublimes de David Etien, des graphismes particulièrement aboutis et très cinématographiques, que je tiens à souligner car cet aspect m’a beaucoup séduite.

Ce premier récit qui se déroule en 1889, sert surtout à nous présenter l’équipe des quatre de Baker Street : Black Tom, Charlie et Billy, auxquels se joint un chat prénommé Watson ! Trois jeunes adolescents sans familles, qui vivent dans le Londres Victorien, et qui doivent se débrouiller par eux-mêmes pour survivre dans la capitale anglaise. Repérés par le grand Sherlock Holmes, les trois amis se sont spécialisés dans l’espionnage et la surveillance pour le compte du détective de Baker Street. Dans cette histoire initiale, les trois compagnons partent à la recherche de Betty, la jeune fiancée de Black Tom, enlevée par des malfrats sous leurs yeux dans le quartier de Whitechapel. Cette petite oie blanche ferait une proie parfaite pour les hommes en quête de vraies jeunes filles et elle se retrouve emmenée jusqu’au Rideau Bleu, une maison close très sélect du coeur de Londres.

Les trois amis décident de demander de l’aide à Sherlock Holmes mais malheureusement pour eux, le détective et Watson sont sur une affaire qui les a menés dans le Surrey, ils devront donc se débrouiller par eux-mêmes pour retrouver la piste de Betty et la sortir des griffes de ses ravisseurs. S’ensuit alors une course poursuite échevelée dans les rues de l’East End, au milieu des pubs mal famés, des tripots et autres maisons closes. Nos jeunes amis vont-ils réussir à retrouver la disparue à partir des quelques leçons apprises auprès du plus grand détective de tous les temps ?

Lorsque l’on aime les ambiances anglaises victoriennes et Sherlock Holmes, on ne peut pas passer à côté de cette bande dessinée ni y être insensible, tant on retrouve tous les éléments qui nous intéressent avec justesse et précision. Le scénario, simple mais efficace, convient bien aux enfants qui comprendront sans peine l’intrigue et découvriront cette Angleterre victorienne populaire avec des scènes de rues très vivantes et réalistes, et toute l’atmosphère de sir Arthur Conan Doyle. J’ai passé pour ma part un excellent moment à la lecture de L’affaire du rideau bleu. Vivement le tome 2 !

heart_4

Lu dans le cadre des challenges Victorien 2013, British mysteries et A tous prix (prix Jeunesse Marly 2009) :

challenge-victorien-2013    2168108069.2    logo-challenge-c3a0-tous-prix

Read Full Post »