Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘bernard minier’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Un coup de fil surgi du passé, un e-mail énigmatique, qui signe peut-être le retour du plus retors des serial-killers, précipitent le commandant Martin Servaz dans une enquête dangereuse, la plus personnelle de sa vie. Un professeur de civilisation antique assassiné, un éleveur de chiens dévoré par ses animaux… Pourquoi la mort s’acharne-t-elle sur Marsac, petite ville universitaire du Sud-Ouest, et son cercle d’étudiants réunissant l’élite de la région ? Confronté à un univers terrifiant de perversité, Servaz va rouvrir d’anciennes et terribles blessures et faire l’apprentissage de la peur, pour lui-même comme pour les siens.

L’orage gronde sur Marsac. Oliver Winshaw écrit un poème lorsqu’il aperçoit dans son champ de vision, la collection de poupées de sa voisine dans l’eau de la piscine, et près d’elles, un jeune homme assis.

Jugeant la situation anormale, il prévient les forces de l’ordre. Les gendarmes, une fois sur place, découvrent la propriétaire de la maison, Claire Diemar, ligottée et décédée dans sa baignoire et Hugo, qui attend près de la piscine, hébété.

Au même moment, Servaz reçoit l’appel de Marianne, la mère de Hugo, son amour de jeunesse dont il était sans nouvelle depuis vingt ans. Persuadée de l’innocence de son fils, elle le supplie de venir à Marsac.

Les circonstances sont contre le jeune homme, surtout lorsqu’il révèle qu’il était non seulement l’élève de Claire mais aussi son amant…

Le cercle m’a permis de retrouver Servaz et son équipe que j’avais découverts il y a quelques mois déjà dans Glacé. Cette seconde enquête est toute aussi bien développée que la première dans laquelle on va suivre essentiellement Martin Servaz, bien aidé par son adjoint Espérandieu et par la gendarme irène Ziegler.

Le commandant, bien qu’obnubilé par Julian Hirtmann, échappé de l’Institut Wargnier, viendra à bout de ce mystère ayant ses racines dans le passé. La petite ville de Marsac a, en effet, été le théâtre d’un drame bien des années auparavant et il faudra toute leur sagacité aux enquêteurs pour faire le lien entre le cercle et leur affaire.

Pour le bien de l‘enquête, Servaz va être amené à renouer avec deux personnes importantes de son passé : Marianne, qu’il aimait passionnément et qui lui avait brisé le cœur et son ex meilleur ami Francis Van Acker, devenu le professeur de littérature de sa fille Margot.

Contrairement à Glacé, l’intrigue ne repose pas sur deux temporalités mais pour résoudre les crimes commis, les enquêteurs devront néanmoins, comme je le disais plus haut, se replonger dans le passé du collège de Marsac afin de retrouver les membres du cercle qui donne son titre au second opus de Bernard Minier.

Si j’ai beaucoup aimé le volet policier que j’ai trouvé très addictif, je déplore néanmoins les nombreuses descriptions et digressions dont nous abreuve l’auteur et dont on aurait pu se passer, je trouve dans l’ensemble que ce récit a pas mal de longueurs, ce que je n’aime guère comme vous le savez. Une histoire un peu plus resserrée d’une centaine pages aurait été encore plus efficace à mon avis.

Heureusement, l’histoire est prenante, crédible et les nombreux rebondissements permettent de passer un très bon moment ce qui n’est pas un mince exploit lorsque l’on propose un polar de 800 pages !

L’intrigue est bien ficelée, le suspens maintenu, la galerie de personnages intéressante et surtout on en sait davantage sur le passé de notre héros et les raisons qui l’ont poussé à abandonner ses études de lettres au profit de la police.

Et, cerise sur le gâteau, le dénouement m’a totalement surprise, ce qui n’est pas si courant il faut bien le dire. Bernard Minier m’a mené par le bout du nez et j’ai adoré ça !

Vous l’aurez compris Le cercle fut un excellent moment de lecture avec tous les ingrédients qui font les bons thrillers et je serai curieuse de retrouver Servaz dans sa troisième enquête.

Je vous invite maintenant à découvrir les avis de mes partners in crime Belette et Stelfique dont les avis sont tout aussi positifs que le mien !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise.
Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée.
Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Un matin d’hiver glacé dans les Pyrénées. Alors qu’ils prennent le téléphérique pour rejoindre leur lieu de travail, les ouvriers de la centrale hydroélectrique découvrent le cadavre d’un cheval accroché à la falaise.

L’animal, un jeune pur-sang appartenant à Eric Lombard, l’une des plus riches fortunes de France, par ailleurs propriétaire de la centrale vieillissante, est retrouvé sans tête et écorché.

La procureur, Catherine d’Humières, est appelée sur place et les ordres de la hiérarchie sont formels : cette enquête est prioritaire, Lombard a le bras long. La proc appelle Martin Servaz, commandant à Toulouse pour lui confier la direction de l’enquête conjointement avec la gendarmerie.

Si cet acte terrible fait froid dans le dos, police et gendarmerie pensent qu’ils ont mieux à faire qu’enquêter sur l’affaire mais la présence d’un asile psychiatrique renfermant de dangereux psychopathes, les contraint à prendre cet acte au sérieux.

D’autant que quelques jours plus tard, le meurtre d’un homme a lieu. Le pharmacien Grimm a été retrouvé pendu et Hirtmann, le plus dangereux patient de l’asile confie à Servaz qu’il devrait s’intéresser aux suicidés qui ont eu lieu dans la vallée une vingtaine d’années auparavant…

Voilà un thriller qui croupissait dans ma PAL depuis sa sortie en poche en 2012 et qui faisait donc partie de ma PAL d’origine, je suis plus que ravie de l’avoir enfin sorti et lu en compagnie de Belette et Stelfique que je remercie au passage.

Glacé est un pavé mais comme il est bien construit et plutôt palpitant, il se révèle être un redoutable page turner dont je suis venue à bout en cinq jours. Ce thriller est le premier roman de Bernard Minier et il met en scène un enquêteur, Martin Servaz, que j’ai trouvé très attachant.

Ce héros tout juste quadra et divorcé n’est pas tombé dans la bouteille, il n’est pas violent ni plombé par un passé trop lourd pour lui, ouf, ça change de ces flics héros récurrents qui cachent de lourds secrets.

L’intrigue est bien développée, on suit essentiellement Servaz dans son enquête, bien aidé par la gendarme Ziegler et par Espérandieu, l’adjoint du commandant, qui viendra à bout de ce mystère ayant, bien souvent, ses racines dans le passé. J’aime tout particulièrement lorsque les auteurs proposent des intrigues reposant sur deux temporalités, comme c’est le cas ici d’autant plus que l’auteur s’en tire fort bien, avec des faits crédibles.

Il y a cependant beaucoup de descriptions et de digressions dont on aurait plus se passer, notamment vers la fin, lorsque l’on veut absolument savoir si on a bien trouvé le mobile et le nom du ou des coupable(s), ces passages-là deviennent exaspérants. Une histoire un peu plus resserrée d’une centaine pages en moins aurait été encore plus efficace à mon avis.

Cependant, comme je le disais plus haut, l’histoire est prenante, crédible et les nombreux rebondissements permettent de passer un très bon moment sans le moindre ennui à l’horizon, ce qui n’est pas un mince exploit lorsque l’on propose un polar de près de 750 pages !

L’intrigue est bien ficelé, le suspens maintenu, l’atmosphère et les faits sont effectivement glaçants et même si je n’ai pas été emballée par les passages se déroulant dans l’asile psychiatriques et que j’ai trouvé la fin un peu trop expéditive, Glacé fut dans l’ensemble un excellent moment de lecture avec tous les ingrédients qui font les bons thrillers et je serai curieuse de retrouver Minier et Servaz dans une autre enquête.

Je vous invite maintenant à découvrir les avis de Belette et Stelfique dont les avis sont tout aussi positifs que le mien !

Read Full Post »