Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Broadway Limited tome 1 : Un dîner avec Cary Grant’

Normalement, Jocelyn n aurait pas dû obtenir une chambre à la Pension Giboulée. Mrs Merle, la propriétaire, est formelle : cette respectable pension new-yorkaise n accepte aucun garçon, même avec un joli nom français comme Jocelyn Brouillard. Pourtant, grâce à son talent de pianiste, grâce, aussi, à un petit mensonge et à un ingrédient miraculeux qu’il transporte sans le savoir dans sa malle, Jocelyn obtient l’autorisation de loger au sous-sol. Nous sommes en 1948, cela fait quelques heures à peine qu’il est à New York, il a le sentiment d avoir débarqué dans une maison de fous. Et il doit garder la tête froide, car ici il n y a que des filles. Elles sont danseuses, apprenties comédiennes, toutes manquent d argent et passent leur temps à courir les auditions. Chic a mangé tellement de soupe Campbel’ s à la tomate pour une publicité que la couleur rouge suffit à lui donner la nausée. Dido, malgré son jeune âge, a des problèmes avec le FBI. Manhattan est en proie à l’inquiétude depuis qu’elle a cinq ans. Toutes ces jeunes filles ont un secret, que même leurs meilleures amies ignorent. Surtout Hadley, la plus mystérieuse de toutes, qui ne danse plus alors qu’elle a autrefois dansé avec Fred Astaire, et vend chaque soir des allumettes au Social Platinium. Hadley, pour qui tout a basculé, par une nuit de neige dans un train. Un train nommé Broadway Limited.

broadway-limited-tome-un-un-diner-avec-cary-grant-malika-ferdjoukhauteur-editeur-pagesNew-York 1948, Jocelyn Brouillard âgé de 17 ans, arrive tout droit de Paris (Paree !!) à la pension Giboulée tenue par Mrs Merle et sa soeur Artemisia.

Giboulée est une pension exclusivement féminine mais les américaines ont confondu Jocelyn et Jocelyne et avait cru que Jo était en fait une jeune fille ! Cruelle erreur et refus catégorique des deux soeurs de l’héberger jusqu’au moment où le jeune homme sort de sa malle un bocal de soupe d’asperges, le régal d’Artemisia qui accepte qu’il passe la nuit à la pension.

Le lendemain matin, apprenant que Jo est un pianiste très doué, Mrs Merle décide d’aménager le sous-sol et en échange de concerts le dimanche et de parties de poker, le voilà pensionnaire de Giboulée, à condition bien sûr qu’il n’aille pas dans les chambres de ces demoiselles qui aussitôt l’adoptent.

Là, il va faire la connaissance d’un aéropage de jeunes filles évoluant dans le milieu de la danse et du théâtre. Il y a Hadley, une danseuse ayant fait une apparition dans un film avec Fred Astaire, reconvertie en Cigarette Girl et vivant avec Ogden qu’elle fait passer pour son neveu alors qu’il est en réalité son fils. Manhattan, danseuse également, à la recherche de son père, acteur et tombeur de ses dames qui a fait mourir sa mère de chagrin. Page, une ingénue, amoureuse d’un critique dramatique de vingt ans son aîné. Chic, une actrice qui, faute de rôles, enchaîne les publicités. Et surtout Theodora, dite Dido, la voisine, dont tombe amoureux Jo.

Malika Ferdjoukh avait démontré qu’elle connaissait fort bien le cinéma et cette période d’après-guerre dans La bobine d’Alfred qui avait déjà pour héros un adolescent parisien débarquant à Los Angeles. Cette fois-ci, ce n’est pas le temple du cinéma américain qui sert de toile de fond à son roman, mais Broadway, la Mecque des comédies musicales.

L’auteure nous invite à travers ce roman d’apprentissage à une plongée dans le New-York de l’après-guerre. L’ambiance est alors à la fête et les protagonistes n’ont qu’une envie, s’amuser et profiter de la vie à chaque seconde. La joyeuse bande imaginée par Malika Ferdjoukh nous embarque dans cette ambiance festive faite de théâtre, de cinéma, de musique, de show-business, de danse…

Pendant près de 600 pages, on ne s’ennuie pas un seul instant et je ne regrette qu’une chose, devoir attendre la parution du tome 2, tant elle nous laisse sur les dents !

Les personnages sont tous très attachants, drôles, charismatiques, d’une grande fraîcheur et l’on prend plaisir à les voir mordre la vie à pleines dents. Je les ai tous aimés même si j’ai une petite préférence pour Jo et surtout pour Hadley, j’ai très envie que les choses s’arrangent pour elle dans le deuxième opus.

L’auteure réussit à présenter tour à tour chaque personnage, à leur donner une épaisseur et à croiser leurs histoires sans nous lasser une seconde, moi je dis bravo !

Le texte est également rempli d’humour et de références, on sent que Malika Ferdjoukh est férue des films, musiques, pièces de théâtre de cette époque, elle nous permet même de rencontrer Grace Kelly et Clark Gable, dommage que Cary Grant ne fasse pas partie du casting, c’est l’un de mes acteurs préférés !

Vous l’aurez compris j’ai tout aimé dans ce roman et je n’ai plus qu’une chose à vous dire : lisez-le !!

Un grand merci à Babelio et aux Editions L’école des Loisirs pour ce coup de cœur, j’en redemande !

heart_5Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Read Full Post »