Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘cabaret biarritz josé c valès’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Né en 1965 à Zamora, José C Vales a étudié la littérature espagnole à l’université de Salamanque, puis s’est rendu à Madrid où il s’est spécialisé dans la philosophie et l’esthétique de la littérature romantique. Il est également écrivain et traducteur. Véritable best-seller en Espagne, Cabaret Biarritz a reçu le prix Nadal (équivalent du Goncourt français) en 2015.

1938. Georges Miet, un jeune écrivain fougueux, se lance dans l’écriture d’un roman sur un drame survenu à Biarritz près de quinze ans auparavant.

Eté, 1925, le corps d’Aitzane Palefroi, une jeune libraire, a été retrouvé dans le port. Ce suicide précédé de trois noyades avait plongé la cité balnéaire dans un profond émoi. Il en est sûr, ce roman sera son chef-d’oeuvre.

Georges commence alors son enquête dans l’élégante station balnéaire. Il interroge tous les acteurs de la frétillante cité de cet été 1925 : employés de maison, grands bourgeois, gendarmes, journalistes, photographes et danseuses, nous faisant pénétrer dans l’alcôve sombre d’une bourgeoise de province, mais aussi dans les cabarets, les bordels de luxe et les restaurants les plus chics…

Cabaret Biarritz et sa très belle couverture estivale ne pouvait que rejoindre ma pal de vacances, et c’est sur la plage que j’ai découvert cette comédie policière signée José C. Valès.

Cette satire sociale brillante nous plonge au coeur des années folles et c’est surtout cette atmosphère qui m’a plu. Cela aurait du être un coup de coeur mais ce ne fut malheureusement pas le cas.

La faute à des digressions à n’en plus finir, à la multiplicité des personnages et à la construction même du récit. L’auteur a du talent c’est indéniable mais je suis restée sur ma faim.

Plus qu’un roman policier, c’est davantage une satire de la société privilégiée des années folles qui s’abreuvait de champagnes et de fêtes, dépensait sa fortune au casino et s’étourdissait dans les paradis artificiels. Ce contexte-là m’a plu.

L’histoire en elle-même, beaucoup moins. Impossible aussi de s’attacher aux personnages car ce roman polyphonique donne la parole à 29 voix en 33 chapitres, par le biais d’interviews.

Cette succession de monologues a fini par me lasser : trop longs et bavards, noyant le lecteur sous un flot d’informations parfois bien inutiles pour aboutir au dénouement !

Bien sûr, tout finit par se rejoindre et chaque personnage est important afin de bien appréhender tous les décès du roman, cinq en tout, mais que ce fut long et ennuyeux pour moi.

Une atmosphère géniale mais une lecture laborieuse pour moi hélas !

Read Full Post »