Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘cadavre exquis’

Zoé a un boulot pas drôle : elle est hôtesse d’accueil dans les salons – de l’automobile ou du fromage – et doit faire bonne figure, debout toute la journée avec des chaussures qui font mal aux pieds. Le jour où elle rencontre Thomas Rocher, écrivain à succès, la vie semble enfin lui sourire. Mais pourquoi Thomas ne sort-il jamais de son grand appartement parisien ? L’amour peut-il vivre en huis clos ? Et quel est dans cette histoire le rôle d’Agathe, la belle, froide et machiavélique éditrice de l’écrivain ?

cadavre-exquis-penelope-bagieuauteur-éditeur-pages

J’ai déjà eu l’occasion de vous le dire, je ne suis pas très férue de bandes dessinées. D’aussi loin que je m’en souvienne, c’est un genre qui m’a rarement intéressée. Bien sûr, j’ai eu l’occasion de lire en passant quelques Tintin, Astérix ou Mafalda, prêtés par des proches, mais sans déborder d’enthousiasme je le crains. Et c’est la blogosphère qui a fini par éveiller mon intérêt avec les blogs de Pénélope Bagieu, Diglee, Margaux Motin ou Nathalie Jomard, entre autres. La plupart d’entre elles rencontrent désormais un tel succès, amplement mérité soit dit en passant, qu’elles laissent leur blog à l’abandon ou presque. Alors si je veux à nouveau les lire, je dois désormais me jeter sur leur bd et leurs romans graphiques, et c’est ainsi que je me suis retrouvée avec le seul disponible : Cadavre exquis de Pénélope Bagieu, qui est le premier roman graphique de la dessinatrice, après les bandes dessinées Ma vie est tout à fait fascinante et la série Joséphine.

L’héroïne s’appelle Zoé et elle a 22 ans, une vie de couple misérable avec un raté carrément beauf, et, cerise sur le gâteau, un job alimentaire qu’elle n’aime pas : hôtesse d’accueil sur des salons en tous genres (comme le salon de l’auto, du fromage, de l’agriculture, etc). Zoé passe son temps à se lamenter sur son sort, elle est franchement cruche et pleurnicharde, mais elle a assez de lucidité pour faire le bilan de sa vie et décider de se reprendre en main. Alors qu’elle déjeune d’un sandwich sur un banc, elle aperçoit un homme qui l’observe caché derrière de grands rideaux au 4è étage d’un immeuble cossu. Elle sonne à l’interphone afin d’utiliser ses toilettes et va s’intéresser au reclus qui la prend pour une journaliste en planque. Thomas Rocher est un écrivain à l’égo énorme, auteur de best-sellers qui se vendent comme des petits pains mais il ne sort jamais de chez lui, vous comprendrez pourquoi à la lecture mais là je ne vous en dis pas plus.

J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver la plume de Pénélope Bagieu et son humour. Les personnages sont bien sentis, que ce soit Zoé, la nunuche de service, Thomas, l’écrivain égocentrique qui a besoin de sa dose de louanges et ne supporte pas les critiques ou Agathe, l’éditrice de Thomas et son ex-femme. Le postulat de départ ne m’a par contre pas semblé crédible du tout : aller sonner chez un inconnu pour emprunter ses toilettes, tout en laissant la porte grande ouverte pour discuter avec lui, je ne vois qui le ferait, mais bon passons. La chute, en revanche, est excellente et vraiment surprenante.

Pénélope Bagieu nous livre ici une vraie histoire avec un scénario intéressant même s’il est très léger et succombe parfois aux clichés et lieux communs. Il ne me laissera sans doute pas un souvenir inoubliable mais c’est un bon divertissement, pétillant et frais, que demander de plus ?

heart_3

Lu dans le cadre du challenge La plume au féminin édition 2013  :

Read Full Post »