Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘charlotte bousquet’

Charlotte Bousquet a écrit une quarantaine d’ouvrages pour adultes et adolescents. Autrice éclectique, récompensée par de nombreux prix, elle est à l’aise dans tous les genres : anticipation (Le dernier ours), fiction contemporaine ou historique (Là où tombent les anges), fantasy ou bandes-dessinées (Mots Rumeurs, mots cutter). Ses récits, engagés, parfois âpres, laissent rarement indifférent.

1991, France. En triant les affaires de sa sœur disparue cinq ans plus tôt dans des circonstances tragiques, Luzia retrouve son vieux médaillon ainsi que son journal intime. À sa lecture, elle s’interroge : et si son suicide était lié à ce bijou et à la mort de leur tante vingt ans auparavant à Évora ?

Quand elle commence à être assaillie de cauchemars et d’hallucinations, la jeune femme se lance sur les traces de la vérité. Une quête qui la plongera dans le passé de sa famille, dans un Portugal déchiré par la dictature de Salazar…

Des oeillets pour Antigone signe mes retrouvailles avec Charlotte Bousquet que j’avais découvert avec Là où tombent les anges que j’avais adoré et trouvé très émouvant.

Et en refermant ce roman qui aborde beaucoup de thématiques, j’ai écrasé quelques larmes tant l’histoire m’a bouleversée. L’autrice nous plonge dans trois époques (1971, 1986 et 1991), à travers le destin de trois femmes (Alma, Sabine et Luz) qui ont toutes en commun la volonté d’être libres.

L’histoire est classique mais prenante, avec des flash-backs bien menés dans les différentes époques, et teintée d’une petite touche de fantastique à travers un médaillon que les trois héroïnes vont porter tour à tour. J’ai beaucoup aimé ce roman qui m’a replongé dans mon adolescence avec les nombreux clins d’oeil à la culture des années 80, notamment le groupe Queen que j’adore, et j’ai été très sensible aux thématiques, difficiles, abordées par Charlotte Bousquet.

Tout d’abord la dictature de Salazar qui a régné sans partage sur le Portugal pendant plus de quarante ans. Je ne connais pas l’histoire de ce pays et j’ai découvert un régime politique qui n’avait, hélas pour les portugais, rien à envier à Franco, Pinochet et compagnie et le combat de ses opposants qui va aboutir à la révolution des oeillets, menant le pays sur la voie démocratique.

Cette partie qui a pour cadre l’année 1971 est portée par Alma, une jeune fille très belle et charismatique, cavalière hors-pair qui va perdre la vie tragiquement, je ne vous spoile pas, on l’apprend dès le départ.

On découvre les évènements de l’année 1986, qui vont mener au suicide de Sabine, jeune lycéenne de 16 ans et soeur ainée de l’héroïne à travers son journal intime.

Puis l’année 1991, c’est au tour de Luz de se raconter, de découvrir ce qui a mené sa soeur au suicide ainsi que les circonstances exactes de la mort d’Alma. Avec ce personnage, l’autrice aborde l’homoséxualité et les années SIDA, qui ont fait un tel ravage dans la communauté gay.

Charlotte Bousquet construit habilement son récit, nous promenant d’héroïne en héroïne et d’époque en époque, de surprise en surprise aussi, de façon très fluide. J’ai été happée dès les premières pages, touchée par ces trois jeunes femmes éprises de liberté.

Les différentes thématiques (suicide, homosexualité, rapports conflictuels, liberté, vengeance, trahison…) sont bien traitées, le style de l’autrice est vraiment bon et elle met beaucoup d’émotion dans ses mots, dans son récit, son dénouement que j’en suis restée K.O debout.

Un très bon roman historique, très prenant et intéressant, avec une petite pointe de fantastique, vraiment tout m’a plu et je vous recommande vivement cette lecture.

Un grand merci à Scinéo pour cette lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Lu dans le cadre des challenges Première guerre mondiale et 1 pavé par mois :

challenge-premiere-guerre-mondiale     challenge-un-pave-par-mois

Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêve, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l’épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l’exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Heureusement Lili la délurée et la douce Clémence sont là pour la soutenir. Quand la première guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front. C’est l’occasion pour Solange de s’affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s’organisent peu à peu sans les hommes…

heart_4auteur-editeur-pagesla-ou-tombent-les-anges-charlotte-bousquet

Auvers sur Oise c’est l’enfer, Paris c’est le paradis ! Solange a dix-sept ans à peine lorsqu’un matin elle quitte Auvers sur Oise, direction la capitale. Elle laisse sans regret ce village et surtout son père, un homme tyrannique et buveur qui la frappe quotidiennement et c’est justement après une rouste de trop que la jeune fille décide de prendre son destin en main et toutes les économies de son géniteur.

Arrivée à Paris, elle part à la recherche de sa meilleure amie Lili, installée depuis quelques mois déjà dans la ville lumière. Chanteuse dans des caf’ con’ de Montmartre et d’ailleurs, sous la férule de Dranem, un chansonnier célèbre, elle va héberger Solange le temps qu’elle se trouve un emploi.

Solange ne rêve pas de gloire ni de scène, elle devient donc cousette dans un atelier où les filles sont mal payées et corvéables à merci. Là, elle fera la connaissance de Clémence et Marthe qui vont devenir ses amies et avec qui elle courra les bals et les cinémas.

La jeune femme ne rêve pas du grand amour mais son estomac va papillonner lorsqu’elle va croiser la route d’Aurélien qui lui offrira un scarabée d’or. Leur histoire va hélas tourner court et Solange va épouser Robert, un homme qu’elle n’aime pas mais qui va lui permettre d’accéder à la bourgeoisie.

Robert sait bien que son amour est à sens unique mais il compte sur Solange pour s’occuper de sa vieille tante Emma et surtout lui donner un fils. Le deal semble équitable mais Robert se montre jaloux et possessif, soupçonneux pour un rien, et ne tarde pas à donner des coups.

Les mois passent et l’enfant tant attendu ne vient pas jusqu’au jour où l’heureux évènement s’annonce enfin mais Solange fait une fausse couche et l’ire de Robert sera terrible.

L’enfer conjugal de Solange semble alors sans fin lorsque la guerre est déclarée en août 1914 et Robert mobilisé…

Charlotte Bousquet nous propose ici un roman sur la première guerre mondiale et le destin des femmes absolument bouleversant. Elle décrit avec réalisme les conditions de vie des femmes avant et pendant la première guerre mondiale, un thème passionnant et très bien exploité.

De l’été 1912 à l’hiver 1920, on va suivre le parcours de Solange, le personnage principal, et celui de ses amies. Des femmes très différentes par leurs caractères, leur émancipation (ou non) et leurs parcours et qui permettent à l’auteure d’aborder toutes les facettes de la condition féminine (bourgeoise, ouvrière, fermière, domestique…).

Charlotte Bousquet aborde aussi les violences faites aux femmes, que ce soit à leur domicile et le fait de leur père ou leur mari, et dans leur travail. Elle met également en lumière la dure vie des femmes à l’arrière alors que les hommes sont au front.

On oublie trop que ces travailleuses en usine risquaient leur vie et que plus d’une en est morte, est devenue estropiée ou défigurée. Et, cerise sur le gâteau, les hommes les accusaient souvent de mener une vie facile et insouciante loin d’eux, voire de les tromper !

Là où tombent les anges est un roman tellement réaliste qu’il en est poignant. L’auteure insère dans chaque chapitre des extraits de journaux de l’époque, d’extraits du journal intime de Solange et les correspondances des différents protagonistes, ce qui accentue encore davantage l’impression de réalisme et de violence.

Le roman vous happe et ne vous lâche plus, il fut difficile pour moi de reposer ce livre tant je tremblais et j’espérais pour nos quatre héroïnes, en un mot : une belle réussite !

Un bémol toutefois, j’ai eu un peu de mal avec le style abrupt et sec de Charlotte Bousquet et l’entremêlement des correspondances en plein milieu du récit, il m’a fallu plusieurs chapitres pour m’y faire.

Il n’empêche que si vous vous intéressez à la première guerre mondiale ou aux conditions de vie des femmes de 1910 à 1920, c’est LE livre à lire absolument tant il est riche et offre un panorama complet.

Read Full Post »

Elle était dans ma classe. Quatrième D. D comme déconné, délire, débile, dévergondé, début, douleur, douceur aussi. Il y avait tout ça, chez nous. Des pimbêches qui riaient trop fort, des timides, des bébés sages, des filles toutes fières de se comporter en femmes et des garçons qui ne savaient plus comment fonctionnaient leurs mains ni leurs pieds. Il y avait 3 aussi les Jade et les Benjamin, les bons copains toujours là en cas de coup de blues à la récré, toujours prêts à refaire le monde et jouer aux cancres au lieu d’aller en perm. Mais il n’y avait qu’une Layla.

rouge-tagada-bousquet-rubiniauteur-éditeur-pagesUne fois de plus c’est chez ma copinaute Claire que j’ai repéré ce roman graphique pour adolescents, elle n’a décidément pas son pareil pour dénicher des titres jeunesse formidables et Rouge Tagada ne fait pas exception.

Cette courte bande dessinée très colorée, comme l’est la couverture, aborde la délicate question des premiers émois amoureux.

L’héroïne, Alex, est inséparable de ses amis Jade et Benjamin, jusqu’au jour de la rentrée des classes en 4ème. Ce jour-là, elle ne voit que Layla, une jolie brune, nouvelle élève au collège.

Alex a très envie que Layla devienne son amie et mais ne sait pas comment l’aborder et c’est grâce à une représentation de La nuit des rois de Shakespeare qu’elles vont se découvrir une passion commune pour le théâtre et que leur amitié va naitre.

Une amitié exclusive entre les deux jeunes filles s’instaure alors mais si Layla voit Alex comme sa BFF, les sentiments d’Alex sont plus intenses, puisque l’adolescente est en fait amoureuse de la belle Layla.

Au delà du thème même du premier amour, des premiers émois adolescents, Charlotte Bousquet nous propose une histoire toute en finesse, délicatesse et pudeur, autour de l’amour non partagé et de l’homosexualité féminine.

Les illustrations de Stéphanie Rubini, actuelles et hautes en couleur, accompagnent formidablement bien le texte.

Une belle réussite que je vous encourage à découvrir à votre tour.

heart_4

Read Full Post »