Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘clémentine Beauvais’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Juillet 2017 : un an que « Brexit means Brexit » ! Ce qui n’empêche pas la rêveuse Marguerite Fiorel, 17 ans, jeune soprano française, de venir à Londres par l’Eurostar, pour chanter dans Les Noces de Figaro ! À ses côtés, son cher professeur, Pierre Kamenev. Leur chemin croise celui d’un flamboyant lord anglais, Cosmo Carraway, et de l’électrique Justine Dodgson, créatrice d’une start-up secrète, BREXIT ROMANCE. Son but ? Organiser des mariages blancs entre Français et Anglais… pour leur faire obtenir le passeport européen. Mais pas facile d’arranger ce genre d’alliances sans se faire des noeuds au cerveau et au coeur !

Juillet 2017. Marguerite Fiorel, une jeune soprano de 17 ans originaire de Grenoble, est dans un train pour Londres avec son professeur Pierre Kamenev. En face d’eux, Cannelle, une lyonnaise consultante pour Google, leur raconte qu’elle se rend dans la capitale anglaise pour y épouser Matt.

Leur mariage blanc permettra à Matt de contrer le Brexit en ayant un passeport français et permettra à Cannelle d’ouvrir un restaurant à Londres. Cette idée folle vient en fait de Justine Dogson, créatrice de Brexit romance, une start-up proposant aux jeunes européens de s’unir pour obtenir le passeport européen.

Alors qu’elle s’apprête à chanter dans Les noces de Figaro, Marguerite tombe sous le charme de Cosmo Carraway, fils du dirigeant du parti d’extrême droite anglais, ami de Marine Le Pen, qui cherche lui aussi à se caser grâce à Justine…

J’avais beaucoup aimé Les petites reines, lu il y a plus de deux ans maintenant et je me réjouissais de retrouver la plume de Clémentine Beauvais à l’occasion de son tout nouveau roman Brexit Romance. Paru à la rentrée, il a fait l’objet d’avis très enthousiastes sur la blogosphère et je m’apprêtais à passer un excellent moment avec Marguerite, Pierre, Justine et les autres.

Malheureusement pour moi, il n’en fut rien, et voici ma première grosse déception de l’année 2019. Cette lecture fut un véritable pensum tant je me suis ennuyée, au point que je l’ai terminé en diagonale afin d’en connaître le dénouement plutôt convenu je dois le dire !

Si j’ai trouvé le point de départ intéressant, les dialogues parfois savoureux et la plume de Clémentine Beauvais toujours aussi alerte, rien ne m’a hélas convaincu dans ce récit bien trop long à mon goût.

Je n’ai pas aimé l’intrigue que j’ai trouvé totalement décousue, délayée et tirée à l’extrême, les chapitres sont longs et il ne se passe rien ou presque. Beaucoup de longueurs, de critiques des hommes, des français tous racistes ou sexistes, une grossophobie certaine. Les personnages, Marguerite et Pierre mis à part, se révèlent inconsistants et superficiels, obsédés par leur nombril et leur petite personne, je ne les ai pas aimés.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas du tout accroché à Brexit romance, un roman que je vais m’empresser d’oublier aussitôt ! Et vous, vous l’avez aimé ?

Read Full Post »

On les a élues «Boudins de l’année» sur Facebook. Mais Mireille Laplanche et ses «boudinettes». Hakima et Astrid, n’ont pas l’intention de se lamenter sur leur sort ! Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris… … pour s’incruster à l’Elysée ! Place aux Petites Reines ! ! ! heart_4auteur-editeur-pagesles-petites-reines-clementine-beauvais

A chaque fin d’année scolaire, Malo organise sur Facebook l’élection des boudins de l’année écoulée du collège Marie Darrieussecq de Bourg-en-Bresse. Et pour la troisième année consécutive Mireille, 15 ans et demi, est sur le podium mais pour la première fois, elle n’est pas sur la plus haute marche mais seulement Boudin de bronze (3ème donc !).

Au lieu de se réjouir d’être enfin détrônée, elle est au contraire dépitée et se met en quête des boudins d’argent et d’or afin de faire leur connaissance. La seconde au classement, Astrid, nouvelle arrivée, est effondrée. Quant à la première, Hakima, elle n’est au courant de rien.

Tout en parlant de tout et de rien, elles découvrent, qu’outre les boudins, elles d’autres points communs et décident ensemble d’un projet fou : taper l’incruste à la garden-party de l’Elysée du 14 juillet.

Cette perspective totalement dingo va alarmer leurs parents qui les laissent tout de même aller jusqu’au bout de leur idée : rallier Paris de Bourg-en-Bresse, le tout à vélo et en vendant des boudins dans les villes situées sur leur périple…

J’avais beaucoup entendu parler de ce roman joyeusement barré lors de sa sortie l’an dernier. Les avis des copines étaient unanimes et c’est d’ailleurs justement l’une d’entre elles, Claire, qui me l’a offert il y a un an tout pile.

J’ai donc profité de mes vacances pour lire ce roman quasiment d’une traite et découvert enfin la plume de Clémentine Beauvais qui vient de sortir un tout nouveau roman qui me fait très envie Songe à la douceur.

Les petites reines est un roman joyeusement barré comme je vous le disais plus haut, bourré d’humour et d’acidité, emmené par un trio d’héroïnes attachant, surtout Mireille, la narratrice, qui manie l’ironie comme personne.

Clémentine Beauvais nous propose un drôle de road-movie à vélo et un sujet fort : l’acceptation de soi à une période de la vie pas vraiment facile, l’adolescence. On a beau dire que la beauté intérieure est celle qui compte vraiment, pour celles (et ceux) affublées d’un physique tout sauf avantageux, le quotidien au collège ou au lycée est vraiment difficile.

Mon adolescence est loin derrière moi et pourtant ce livre m’a embarqué comme savent si bien le faire ceux de Marie-Aude Murail, Clémentine Beauvais a beaucoup de talent, ça ne fait aucun doute, et à travers ce roman, elle aborde d’autres sujets forts comme le handicap avec l’un des pesrsonnages principaux du roman, le Soleil, le frère aîné de Hakima, qui a perdu ses jambes à la guerre, la paternité avec Mireille dont son père biologique ne connaît pas l’existence, le harcèlement scolaire…

Un roman jubilatoire et plein d’espoir destiné aux adolescents mais qui peut, vous l’avez compris, être lu par les adultes et notamment les parents d’adolescents ou pré-adolescents comme moi qui trouveront cette lecture enrichissante. Un très bon moment de lecture en ce qui me concerne, je vous le conseille vivement !

Read Full Post »