Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘comédie policière’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Journaliste pour ActuParis ! Sixtine n’en revient pas ; elle a enfin décroché le job de ses rêves. La jolie brune est aux anges. Tant pis s’il lui faut abandonner sa passion des tenues bariolées pour entrer dans sa nouvelle vie. Et peu importe si, au journal, on lui confie les sujets dont personne ne veut.
Sans se départir de son sourire, ni d’un manteau jaune poussin, la pétillante rédactrice se lance dans son premier reportage. Mais comment couvrir le très rasoir congrès de « Mathématiques appliquées à la relativité et à la cosmologie » et le rendre moins désespérément ennuyeux? Sixtine a une idée : suivre un jeune chercheur, qui a l’avantage d’être sacrément sexy pour un mathématicien, et ses collègues un brin loufoques. Mais bientôt, Elvis Ellroy, le King de l’astrophysique, est assassiné. Or ce dernier s’apprêtait à faire des révélations qui auraient bouleversé notre perception de l’univers…

Sixtine Perceval est sur un petit nuage. A 25 ans, elle vient de décrocher le job de ses rêves : un poste de journaliste chez ActuParis, l’hebdomadaire le plus en vue de la capitale.

Malgré un patron incapable de se souvenir de son nom et qui débute les réunions de rédaction par un coup de revolver, un trio de collègues prêts à tout pour ne pas se faire voler la vedette, et un premier sujet loin d’être passionnant (elle est chargée de couvrir un congrès de mathématiques appliquées à la relativité et à la cosmologie), il en faut plus pour décourager la jeune femme.

Lors de la conférence d’inauguration, Elvis Ellroy, véritable star dans son domaine, fait une annonce fracassante : il a trouvé la clé des singularités, découverte qui, bien qu’obscure pour Sixtine, pourrait révolutionner le monde de la physique et notre conception actuelle de l’espace-temps.

Mais la curiosité de la jeune femme grandit lorsque qu’Ellroy est retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel le matin même où il devait expliquer sa théorie. Cerise sur le gâteau : son cerveau a été aspiré !!

Pour Sixtine, c’est l’occasion rêvée d’écrire l’article qui lancera sa carrière. Aidée de son photographe Melchior et du so sexy mathématicien Bastien, elle part en quête de la vérité…

J’avais découvert cet été la plume fraîche et pétillante de Roxane Dambre à l’occasion de Un karma (presque) parfait et j’ai eu la surprise de recevoir sans même l’avoir demandé le premier tome de sa toute nouvelle série, Signé Sixtine, Derrière les étoiles.

L’autrice nous propose ici de suivre le quotidien de Sixtine, une jeune journaliste embauchée par un grand hebdomadaire parisien. Grâce à elle, nous découvrons les réunions de rédaction et les mécanismes de fabrication du journal. C’est un univers que j’aime bien, j’ai donc été ravie de la suivre dans les coulisses !

Mais ce qui m’a beaucoup plu c’est le volet vulgarisation scientifique du roman, Roxane Dambre met à la portée de tous la cosmologie et franchement ce n’était pas gagné en ce qui me concerne, mon niveau en sciences est à proche de zéro et mon intérêt pour cette matière pendant mes études, quasi inexistant. Il n’empêche que j’ai trouvé cela passionnant !

Je ne dirai pas que je suis incollable ou passionnée par les trous noirs, les planètes, le système solaire et les singularités, loin s’en faut, mais j’ai aimé apprendre des choses pendant ma lecture, tout en me divertissant car les chercheurs en cosmologie sont très drôles et leurs joutes verbales, vraiment jubilatoires.

Outre l’enquête menée par Sixtine pour découvrir l’assassin du king of cosmologie et l’humour de l’autrice, la richesse du roman vient de ses personnages : Sixtine, pétillante, intelligente, audacieuse, avec un goût des couleurs très personnel, reste cependant une héroïne normale à laquelle on peut s’identifier.

Les autres personnages sont également très attachants : Bastien, le jeune chercheur et sa bande de scientifiques gentiment barrés, Melchior, le jeune photographe stagiaire, Maminou, la grand-mère de Sixtine atteinte d’Alzheimer, Raphaël et les employés de sa pizzeria ou le commissaire chargé de l’enquête. Ils sont tous bien dessinés, avec une personnalité propre.

Un seul reproche toutefois : c’est bien trop court ! Je serai volontiers restée avec Sixtine, Melchior et tous les autres pendant quelques chapitres supplémentaires tant je me suis amusée et diverti pendant 400 pages.

Vous l’aurez compris, j’ai passé un très bon moment avec ce roman feel-good distrayant mais pas que et je ne peux que vous recommander de découvrir à votre tour, les aventures de Sixtine ! Pour ma part, je la retrouverai avec plaisir dès janvier à l’occasion du deuxième tome à paraître.

Un grand merci aux éditions Calmann Levy pour cette lecture pétillante, j’ai adoré !

Read Full Post »

Olympe a 38 ans, un emploi de photographe culinaire qui ne lui plaît qu’à moitié, une fille de 12 ans bien plus mature qu’elle, une famille déjantée, des copines délurées et un ex-mari, Bertrand, qui l’appelle chaton. Lorsqu’elle perd son job elle supplie son meilleur ami Hugo, qui tient une agence de détectives spécialisée dans les arnaques aux assurances, de l’embaucher. Faisant valoir son expérience de photographe, elle réussit à intégrer l’équipe de détectives à une condition : elle ne devra s’occuper que des affaires les plus simples. Bien entendu, Olympe n’est pas assez sage pour respecter les consignes. L’appel des commissions versées à chaque résolution d’affaire est trop fort pour qu’elle garde ses fesses confortablement posées sur le siège de sa voiture…
Mais que va-t-il se passer quand les cadavres commencent à s’accumuler et que l’on cherche à l’éliminer à son tour ?

Olympe Posteur est une parisienne de 38 ans, photographe culinaire de son état. Divorcée, elle est la mère de Aglaé, une ado de 12 ans, nettement plus mature qu’elle.

Alors qu’elle rejoint son boss Paul-Henri Foulque au Plazza Athénée pour un shooting photo, son chemin croise la route d’un homme sur le point de se jeter du pont Alexandre III.

N’écoutant que son bon cœur, elle empêche l’homme singulièrement dépressif de sauter mais se retrouve dans la scène, le tout sous les caméras d’une chaine d’info en continu.

Son patron, furieux qu’elle ne soit pas au rendez-vous, la licencie sur le champ. Sans job, elle supplie son meilleur ami Hugo de l’embaucher en tant qu’enquêtrice au sein de son agence de détectives spécialisée dans les arnaques à l’assurance.

Dès lors, le quotidien d’Olympe, ne sera plus du tout sous contrôle…

Tout n’est pas sous contrôle du tout est une comédie policière signée Sophie Henrionnet. Autant vous le dire d’emblée, j’ai préféré dans ce genre Les aventures improbables de Julie Dumont que j’avais trouvées vraiment hilarantes.

On va donc suivre pendant près de 400 pages la sympathique Olympe dans son quotidien de maman mais aussi dans ses filatures et ses enquêtes. Et si, au départ, ce job est purement alimentaire, elle va vite se prendre au jeu et se révéler plutôt futée et courageuse, même si elle est aussi un véritable paratonnerre à poisses !

Gaffeuse en diable, elle va tout de même mener sa barque comme une grande, se faire accepter des autres enquêteurs, en prenant pas mal de risques au passage.

C’est un récit pétillant, bourré d’humour, enlevé et sans temps mort, qui se lit tout seul et qui remplit formidablement bien son job de roman de détente.

Côté personnages, ils sont plutôt sympathiques et attachants, Olympe et Aglaé en tête qui forment un duo mère / fille assez extra, la grand-mère surnommée Barbara Cartland et le voisin policier au charme ravageur.

On pourrait néanmoins reprocher à l’auteure une intrigue cousue de fil blanc, une surenchère dans les aventures d’Olympe parfois tirées par les cheveux qui m’a fait lever les yeux au ciel, un humour un peu facile et pas mal de clichés.

Il n’en reste pas moins que si vous cherchez une lecture de vacances divertissante, Tout n’est pas sous contrôle du tout est fait pour vous !

Read Full Post »