Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘cuba’

Née à La Rochelle en 1976, Mayalen Goust est diplômée de l’École d’arts appliqués de Poitiers et a travaillé dans une agence de publicité. Si elle est surtout connue pour ses illustrations d’albums aux éditions du Père Castor, son univers unique est facilement identifiable dans toutes ses œuvres. Depuis 2011, elle s’est lancée dans l’adaptation BD des Colombes du Roi-Soleil, série à succès de romans historiques pour la jeunesse. Elle vit aujourd’hui à Rennes.

Dans les rues de La Havane, entre 1959 et 2011, les vies se croisent et se recroisent. Aujourd’hui celle d’Amanda, jeune ballerine en devenir. Hier, celle de Manuela, mère célibataire, qui n’aura fait qu’effleurer son rêve de danseuse classique.

Et enfin celle d’Alicia Alonso, dont on suit l’ascension vers la gloire jusqu’à devenir prima ballerina assoluta au parcours exceptionnel.

Dans un Cuba castriste où règnent la débrouille et l’entraide, tout autant que la dénonciation et le marché noir, l’histoire de la démocratisation de la danse classique rime singulièrement avec l’avènement du régime révolutionnaire.

Pour Amanda, la compétition est rude pour être parmi les meilleures tandis que pour Alicia, les choix ne sont plus seulement artistiques mais politiques, lorsqu’on voudra faire d’elle un instrument de l’idéologie castriste.

Eileen Hofer nous permet de découvrir avec Alicia Prima Ballerina Absoluta, la danseuse cubaine Alicia Alonso. Avant de commencer ce roman graphique, j’ignorai tout de cette danseuse de légende et j’ai découvert une personnalité hors du commun au destin exceptionnel.

Portrait de l’intrigante danseuse étoile Alicia Alonzo et de Cuba post-révolution où la dictature a fait du ballet national, son meilleur instrument de propagande, l’autrice et la dessinatrice nous plonge au coeur de la vie de cette icone cubaine fêtée dans tout le pays telle une sainte.

Celle qui reste à jamais l’interprète de Giselle a suscité quantité de vocations dans son pays et a joué un rôle plus controversé, celui d’ambassadrice du pouvoir castriste.

Après la révolution de 1959 qui a porté Fidel Castro au pouvoir, elle a fondé sa propre compagnie qui devient Ballet national de Cuba et créé le style dit « école cubaine » reconnaissable entre tous.

Loin d’être une hagiographie, Eileen Hofer nous dresse un portrait honnête de cette danseuse et de la réalité du régime castriste de 1959, de son rôle dans la propagande, de ses liens avec le leader cubain.

En parallèle, nous suivons Amanda, une jeune danseuse promise à un bel avenir et qui rêve de devenir la prochaine prima ballerina absoluta. Et avec elle, nous découvrons le régime actuel cubain fait de marché noir, peur des dénonciations et de débrouillardise pour joindre les deux bouts.

C’est ce que j’ai vraiment apprécié dans ce roman graphique, découvrir Cuba, l’importance de la danse dans ce pays et bien sûr le destin d’Alicia Alonso.

Ce roman graphique est un bel hommage à Alicia Alonso et plus généralement à la danse. Un récit porté par la finesse du dessin et la grâce des couleurs de Mayalen Goust.

La talentueuse illustratrice bretonne apporte, comme toujours, une vraie valeur ajoutée au scénario avec de sublimes dessins de ballets, de scènes de la vie quotidienne…

Une belle réussite que je vous recommande ! Je remercie les éditions Rue de Sèvres pour cette belle découverte.

Read Full Post »