Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘en voiture simone’

Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et… trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu.
Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter… et savourez !

Bienvenue à Dinan, dans la tribu des Le Guennec. Il y a Jacques, le patriarche, chef de chantier accro à son boulot et à Michel Sardou, despotique et égocentrique. Martine, la mère, libraire, en rébellion après 40 ans de mariage.

Leurs fils : Matthieu éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants. Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps. Alexandre, rêveur mou du genou. Et surtout… trois belles-filles délicieusement insupportables !

Stéphanie, mère poule angoissée. Laura, végétarienne angoissante. Et Jeanne, la nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu.

Sans oublier la matriarche Antoinette, la mère de Jacques, nonagénaire, d’une sagesse exemplaire et que tout son clan adore.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes mais seulement voilà Jacques, à force de lancer des piques à ses belles-filles, va pousser le bouchon un peu trop loin et se retrouver exclu de la traditionnelle galette des rois et des vacances au ski de février. Martine menace même de le quitter ! Jacques doit à tout prix rentrer dans les faveurs de ses brus si il veut garder sa femme…

Après Mémé dans les orties qui m’avait moyennement convaincue et Minute, papillon ! que j’avais beaucoup aimé, j’étais curieuse de découvrir En voiture, Simone !, coup de coeur de bon nombre de lectrices, et comme j’aime les lectures feel-good, je me suis lancée avec plaisir à la découverte de ce texte. Et ce fut un vrai plaisir de lecture car c’est un roman qui se lit très bien, avec de courts chapitres et des évènements qui s’enchaînent sans temps mort.

Aurélie Valognes met une nouvelle fois la famille à l’honneur dans ce récit, c’est son sujet de prédilection, en abordant cette fois-ci le délicat exercice d’entrer dans une famille et de s’y intégrer, un exercice jamais facile.

L’histoire est légère, bien troussée, pleine de bons sentiments et parfois un peu facile mais elle est aussi par certains aspects plutôt originale et on ne s’ennuie pas une seconde en compagnie des Le Guellec.

Les personnages sont bien croqués et cette famille bretonne ressemble à la nôtre comme deux gouttes d’eau : certains sont vraiment sympas, d’autres nettement moins, certains sont attachants, d’autres tapent sérieusement sur les nerfs !

J’ai beaucoup aimé le duo belle-mère / belle-fille Antoinette et Martine et j’ai trouvé le patriarche tyrannique très drôle. La jeune génération des trentenaires m’a nettement moins touchée, je les ai trouvés dans l’ensemble plutôt agaçants qu’autre chose.

Aurélie Valognes confirme avec ce titre qu’elle sait faire des romans divertissants, sympathiques en diable mais qui ne resteront pas forcément dans les mémoires. Pour moi, ces récits sont amusants mais manquent de profondeur et surtout ils vont trop vite, tout s’enchaîne sans temps mort et parfois ça manque de crédibilité.

Vous l’aurez compris En voiture, Simone ! remplit sa fonction de roman distrayant avec lequel on passe un bon moment, la lecture estivale sans prise de tête par excellence mais n’en attendez pas trop, vous seriez forcément déçu(e)s.

Read Full Post »