Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘eric-emmanuel schmitt’

Oscar a dix ans et il vit à l’hôpital. Même si personne n’ose le lui dire, il sait qu’il va mourir. La dame rose, qui le visite et  » qui croit au ciel « , lui propose, pour qu’il se sente moins seul, d’écrire à Dieu. A travers cette correspondance originale, le récit aborde, du point de vue de l’enfance, des questions philosophiques et existentielles : la maladie, la souffrance, le passage de la vie à la mort, la rencontre avec l’autre et avec le mystère…

Oscar a 10 ans, il est atteint d’une leucémie et il va bientôt mourir, il le sait, il l’a compris tout seul : le traitement proposé par le docteur Düsseldorf n’a pas marché. Il est coincé à l’hôpital avec pour seule visite celle de ses parents chaque dimanche.

Mais Oscar, enfant unique, en veut à ses parents, il les traite de lâches, de cons, parce qu’ils n’ont pas eu le courage de lui annoncer sa fin prochain et parce que depuis qu’il est malade, ils ne sont plus comme avant.

Heureusement, il va rencontrer Mamie-Rose, une ex catcheuse, qui au faite de sa gloire était surnommée L’Etrangleuse du Languedoc. Maimie-Rose est visiteuse d’hôpital et elle va obtenir de lui rendre visite pendant les douze jours à venir.

Alors parce que Oscar se pose beaucoup de questions, elle lui propose d’écrire à Dieu et de coucher sur papier toutes ses interrogations, ses craintes, ses espoirs. La vieille dame va ainsi faire souffler sur les derniers jours du garçon beaucoup de tendresse et de joie et lui permettre de vivre sa première et sa dernière histoire d’amour avec Peggie Blue…

Oscar et la dame rose d’Eric-Emmanuel Schmitt fait partie de ces classiques contemporains auxquels je m’attaque rarement. Il a fallu que mon Empereur de fils doive le lire dans le cadre de son programme de 4è pour que je me décide à le lire à mon tour et quelle lecture pleine d’émotions ce fut !

Dans ce court roman par lettres, Eric-Emmanuel Schmitt nous parle de choses graves (la mort, la maladie, la solitude…) avec légèreté et même avec une bonne dose d’humour car si la fin est triste et poignante, le reste du roman ne tombe jamais dans le pathos !

Quel sacré bonhomme ce petit Oscar, on aimerait tous avoir sa sagesse et sa drôlerie au seuil de la mort. L’auteur ne donne pas de réponses aux interrogations de son jeune héros mais il nous donne à philosopher sur la vie et sur la mort.

Comme il le dit en fin d’ouvrage, la vie n’est pas donnée mais seulement prêtée, à nous d’en faire bon usage tout au long de notre existence. Ce crédo me convient très bien et si nous l’appliquions tous, nous serions, à mon humble avis, bien plus heureux !

Je vous avoue que ce roman me faisait peur, aborder le cancer par le biais d’un enfant qui s’est courageusement battu contre la maladie mais qui ne va finalement pas y échapper, c’est extrêmement difficile à lire. Mon cœur de maman se serre, je l’avoue, en pensant qu’il pourrait arriver la même chose à l’un de mes enfants.

Mais l’auteur, même si le sujet est scabreux car il pourrait vite tomber dans le larmoiement à l’excès, évite tous les pièges et nous propose un roman tout en pudeur et en retenue qui met en lumière le courage des enfants malades qui affrontent la maladie, la souffrance et la mort de façon remarquable.

Oscar est très touchant et attachant dans sa manière d’aborder les derniers jours qui lui restent à vivre quant à Mamie-Rose, elle n’est pas en reste car elle nous régale de saillies drolatiques qui nous permettent d’osciller tout au long de notre lecture entre rires et larmes.

Un très beau texte que mon fils et moi avons beaucoup aimé et que nous vous recommandons vivement !

Read Full Post »