Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Éruption de la montagne Pelée en 1902’

« Le diable a bu du rhum. On a souillé les églises, déterré les cadavres. Saint-Pierre doit se repentir. Tandis que je crache de la boue et du feu, que je ravage les champs, les bêtes et les hommes, ils battent des mains comme des enfants à Carnaval. Ils oublient de redevenir des animaux sages, de faire confiance à leur instinct. Fuyez ! Je suis la montagne Pelée, dans trois heures, je vais raser la ville. Trente mille morts en quatre-vingt-dix secondes. »

8 mai 1902, 5 heures du matin au jardin botanique de Saint-Pierre. Alors que la Montagne Pelée fait des siennes, Othello est sur le point de perdre la vie en duel. Face à lui Georgien d’Outreville, un tueur professionnel engagé par le tuteur de Louise, la femme qui l’aime, afin qu’il se débarrasse de son rival.

Louise attend de l’autre côté du mur, dans une calèche, avec son tuteur et un prêtre censé les marier, une fois Othello tué. Louise n’a aucune intention de consentir à cette union et a prévu de se donner la mort avec le pistolet de poche contenu dans son sac qu’elle serre contre elle.

Louis Mouttet, le gouverneur de Saint-Pierre, depuis quelques mois en poste, a reçu l’ordre de ne pas évacuer la ville, malgré les menaces du volcan qui depuis quelques jours gronde sous leurs pieds. Le professeur Landes a tout fait pour convaincre les autorités, sans résultat.

Marius Hurard, patron du journal Les colonies, est dans son bureau. Depuis que la montagne s’est réveillée, les tirages du journal s’envolent. A 7h52, ils mourront tous ou presque…

Quatre-vingt-dix secondes signe mes retrouvailles avec la verve de Daniel Picouly dont j’avais adoré L’enfant léopard pour lequel il avait reçu le Prix Renaudot, largement mérité.

Dans son nouveau roman, l’auteur donne la parole à la montagne Pelée, héroïne d’une épopée terrifiante, qui va donner la mort à près de trente mille personnes le 8 mai 1902 en seulement quatre-vingt-dix secondes, détruisant au passage la ville de Saint Pierre.

L’histoire totalement véridique de la catastrophe nous est contée par la Montagne Pelée en personne. Pour elle, Saint-Pierre est devenue une ville vénale, une catin, une Sodome tropicale, le berceau de toutes les dérives et paillardises de l’homme : les curés envoient leurs soutanes par dessus tête, les bordels font recette…

Le volcan s’énerve, les avertit par de réguliers grondements, de la fumée, de la lave, il a déjà fait des dizaines de morts chez les bêtes comme chez les hommes aux alentours de Saint Pierre mais personne ne comprend ses avertissements.

Alors, du haut de ses 1 351 mètres, la montagne Pelée décide de punir par sa colère ces humains arrogants et ambitieux. Seuls, quelques-uns, qu’elle a dument choisi, pourront survivre et témoigner qu’ils ont vécu le jour du Jugement dernier, comme Cyparis, au cachot au moment où la nuée ardente va s’abattre sur la ville.

Avec ce roman, Daniel Picouly s’attaque à un fait historique pour lequel je ne savais rien, de ce point de vue là c’était très intéressant d’autant plus que la catastrophe nous est racontée de façon très originale puisque c’est le volcan lui-même qui prend la plume.

Au-delà de la catastrophe en elle-même, l’auteur plante le décor de son récit, nous décrit la société martiniquaise de cette époque avec le pouvoir toujours aux mains des blancs, les noirs qui continuent de suer sang et eau pour un salaire de misère mais qui sont désormais libres de le faire puisque plus sous le joug de l’esclavage. Rares sont ceux qui ont pu s’élever comme Marius Hurard, patron du journal Les colonies, l’un des protagonistes du roman.

Entre les deux, les métisses, ne sont pas bien lotis. A l’instar d’Othello, il leur est difficile de faire des études et ils ne peuvent espérer contracter un mariage avec une personne venue de Métropole comme Louise.

Sur le papier ce sujet m’intéressait beaucoup : le fait historique, un narrateur volcan la satire sociale, l’ignorance sociale, la vie dans les colonies… et après un début de lecture enthousiaste, je vous avoue que je me suis un peu lassée. Comme on connaît l’issue du roman et que l’on suit essentiellement les pensées de la montagne, j’ai été assez frustrée. J’aurai aimé que les personnages humains, qui ne font que traverser le récit, soient plus présents.

Reste que ce roman se lit très bien notamment grâce au talent de Daniel Picouly et à sa plume enlevée et que j’ai appris beaucoup de choses,ce qui n’est déjà pas si mal.

Merci à Babelio et aux éditions Albin Michel pour cette lecture !

Read Full Post »