Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘étiquette & espionnage le pensionnat de melle Géraldine’

Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Mlle Géraldine pour le perfectionnement des jeunes dames de qualité.

Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr.

Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante.

etiquette-et-espionnage-le-pensionnat-de-mlle-geraldine-gail-garrigerauteur-éditeur-pagesC’est avec une certaine impatience que j’ai ouvert Etiquette & espionnage, mon tout premier roman steampunk et dont je salue la magnifique couverture, pile dans l’ambiance du roman !

Nous sommes en Angleterre au début du 19è siècle. Sophronia Temminnick née dans une nombreuse fratrie, elle la 4è fille de la famille qui compte aussi plusieurs fils, et c’est un vrai garçon manqué. Elle est passionnée par les machines et leurs mécanismes et ne s’intéresse évidemment pas à ce qui passionne les jeunes filles de son époque, à savoir courir les bals, avoir de belles robes et trouver un bon parti pour l’épouser.

Sa mère, débordée par sa progéniture, décide de l’envoyer au pensionnat de Mademoiselle Géraldine afin qu’elle apprenne à devenir une véritable jeune fille, prête à marier. Ce que Madame Temminnick et Sophrona ignorent c’est que ce pensionnat est en fait un institut où les jeunes filles apprennent l’art d’espionner, de déjouer les complots et si besoin, de tuer. Diantre !!

Sophronia rejoint donc la vénérable institution escortée de Melle Géraldine, de Dimity qui va devenir sa meilleure amie et de Pillover, le jeune frère de Dimity. En chemin, la petite troupe est attaquée par une escouade de bandits de haut vol, à la recherche d’un mystérieux prototype. De quoi s’agit-il ? Qui l’a en sa possession ? Sophronia va devoir mettre en pratique ses leçons pour le découvrir.

L’univers steampunk et victorien, peuplé de loups garous, de vampires, de valets robotisés, de méchanimal… que je ne connaissais pourtant pas du tout, m’a d’emblée intéressée. Les nombreuses péripéties qui émaillent le récit aussi. Les personnages sont sympathiques mais manquent terriblement de profondeur et mon vif intérêt s’est émoussé une cinquante de pages avant la fin.

Étiquette & Espionnage est certes le premier tome d’une série jeunesse, il en pose les bases, développe bien le concept de l’école d’espionne à travers les leçons reçues par les élèves mais il finit par devenir un peu trop indigeste à mon goût.

Je m’attendais à une histoire pleine d’humour et de dérision, il n’en est finalement rien. L’histoire patiemment tissée pendant 300 pages se résout très brusquement et facilement et m’a laissé par conséquence un peu sur ma faim.

Reste que ce roman est un sympathique divertissement qui plaira surtout au jeune public, ce qui est l’essentiel et que j’ai tout de même lu avec un certain plaisir. Merci à Babelio et à Orbit pour cette lecture rafraichissante.

heart_3

Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Fanny

Read Full Post »