Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘fabien clavel’

Paris, 1872. On retrouve dans une ruelle sombre le cadavre atrocement mutilé d’une prostituée, premier d’une longue série de meurtres aux résonances ésotériques. Enquêteur atypique, à l’âme abimée par son passé et au corps d’obèse, l’inspecteur Ragon n’a pour seule arme contre ces crimes que sa sagacité et sa gargantuesque culture littéraire.

Paris 1872, une prostituée est retrouvée dans une ruelle, nue, les lèvres cousues. Première victime d’une série de meurtres que devra résoudre l’agent Ragon, nouvellement policier, après avoir été soldat pendant la guerre de 1870.

Lettré et particulièrement féru de littérature, Ragon a semble-t-il bien des points communs avec l’assassin qui se joue de lui et concocte des énigmes à seule fin d’être semble-t-il capturé par le policier obèse, qui enfle à chaque nouvelle enquête…

Voilà un livre qui m’intriguait et qui n’aura pas eu le temps de croupir dans ma PAL grâce à ma copinaute Belette qui a accepté de le lire avec moi, un grand merci à elle car ce fut, comme toujours, un chouette moment d’échanges autour de ce roman atypique.

Feuillets de cuivre est un fix-up de nouvelles qui emprunte à la fois aux feuilletons littéraires du 19è et aux séries policières d’aujourd’hui, qui se déroulent entre 1872 et 1912 s’inscrivant dans le même univers, à savoir un Paris aux connotations steampunk, toutes reliées entre elles et centrées sur le même personnage, l’imposant Ragon, qui enfle au fur et à mesure des enquêtes qu’il mène.

Fabien Clavel que je découvre ici, nous propose plusieurs enquêtes au cœur d’un Paris uchronique où la magie, l’éther, les hélices, les machines à remonter dans le temps et autres démons existent pour de vrai.

Son inspecteur, qui est un lecteur compulsif, trouve dans les livres les résolutions de tous ces crimes, qui semblent n’avoir été commis que dans un but : lui donner du fil à retordre.

Divisé entre deux parties et dix carnets d’enquêtes, ce roman est assez atypique comme je le disais plus haut. Atypique dans sa construction, dans les sujets qu’il aborde et éminemment littéraire.

Il a beau être à mille lieux de mes lectures habituelles, je l’ai littéralement dévoré tant l’écriture de l’auteur et les thèmes qu’il aborde sont passionnants même si parfois j’étais un peu perdue dans la seconde partie je dois bien l’avouer.

Chaque carnet représente une enquête et la résolution de cette enquête, toujours sur le même canevas. Et si les thématiques peuvent apparaître redondantes car elles traitent toutes d’enquêtes, de cadavres, de complots et d’assassinats en tous genre, et elles trouvent toutes leurs résolutions dans les romans du XIXè siècle. Il n’en est pourtant rien car cette répétitivité ne lasse pas.

Ragon est un inspecteur singulier puisqu’il résout les crimes sur lesquels il enquête en se plongeant dans les livres, même les plus inattendus. Dans Feuillets de Cuivre, il y a un amour manifeste de la littérature et de nombreuses références parsèment le récit : Zola, les frères Goncourt, Jules Verne, Hugo, Maupassant….

Fabien Clavel est un bibliomane averti et il a aussi un grand talent de conteur, et de ce point de vue là, Feuillets de cuivre a été un pur régal, d’autant qu’il créé pour nous un univers à la fois uchronique et steampunk, qui m’a beaucoup plu.

Maintenant je dois bien avouer que certains carnets m’ont apparu un peu abscons voire embrouillés dans la seconde partie, nettement plus fantastique, ce qui ne veut pas dire que cette seconde partie est moins bonne mais certainement moins faite pour moi qui ne suis pas habituée à ce genre.

Ceci mis à part, Feuillets de cuivre fut une très bonne lecture, mêlant le policier, le fantastique, le steampunk, le tout à la manière des romans feuilletons du 19è, je lirai à nouveau Fabien Clavel c’est sûr.

Vous pouvez retrouver l’avis éclairé de Belette ici.

Read Full Post »