Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘fais-le pour maman François-xavier’

« Un récit passionnant où émotions et sentiments de chacun vont entraîner le lecteur au-delà des apparences  »

Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa sœur adolescente, Valérie, et leur mère. Cette dernière arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, occupant un job ingrat qui lui prend tout son temps et toute son énergie.

Une dispute de trop avec sa fille, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère : elle accuse son petit garçon d’avoir blessé sa sœur. Elle sera condamnée à cinq de prison.

Des années plus tard, alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue, Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires… Mais de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients annoncent le retour funeste des voix du passé…

Fais-le pour maman avait éveillé mon attention dès sa parution et lorsque je l’avais trouvé en boite à livres, je n’avais pas hésité à l’ajouter à ma PAL. Grâce à ma copinaute Belette, je l’ai enfin lu et si elle a beaucoup apprécié sa lecture (son avis ici), pour ma part je ressors grandement déçue.

Si l’histoire se lit vite et bien grâce à la plume fluide et dynamique de François-Xavier Dillard, elle ne m’a passionnée, pire, je n’y ai pas cru ! J’ai trouvé ce thriller psychologique très fouillis et invraisemblable.

Tour à tour, l’histoire nous est contée par Sébastien, qui est l’homme le plus droit et honnête du monde, qui a su se reconstruire formidablement bien après tous les traumatismes qu’il a subi : indifférence de sa mère qui l’accuse d’avoir voulu tuer sa sœur, passage en famille d’accueil, etc.

Sa fille Léa âgée de 12 ans intervient aussi régulièrement dans l’intrigue, elle s’exprime et a le recul d’un adulte, ce qui est totalement invraisemblable pour moi.

Et enfin, certains chapitres en italique reviennent sur l’enfance de Sébastien et le drame qui est arrivé à Valérie.

Au-delà du personnage de Léa, j’ai trouvé bon nombre d’incohérences dans ce roman : qu’un simple médecin généraliste donne des cours à l’université, suive ses patients à l’hôpital en se conduisant comme un praticien hospitalier, anime des groupes de parole, fait des tonnes de visites à domicile (dans les quartiers en difficulté, là où les pompiers se font caillasser) et qui en plus à les moyens de payer le séjour permanent de Valérie dans un établissement en Suisse : ce n’est pas crédible du tout du tout.

D’autres incohérences encore plus flagrantes m’ont sauté aux yeux mais je ne peux vous les dévoiler sous peine de vous spoiler, ce qui serait dommage si vous avez l’intention de le lire !

Enfin la psychologie des personnages n’est pas très bien travaillée, certains personnages devraient être davantage développés au détriment de certains qui le sont sans apporter grand chose à l’intrigue.

Heureusement la plume de l’auteur est agréable à suivre, les chapitres sont courts et bien rythmés, les pages se tournent toutes seules et la montée en tension est plutôt bien maîtrisée, sauf que le final est pour moi totalement raté, dans une surenchère de violence qui là aussi n’apporte rien au récit.

En conclusion, ce n’est vraiment pas le thriller du siècle, et c’est bien dommage car l’idée de départ était prometteuse mais rapidement les incohérences, la superficialité des personnages, les invraisemblances desservent l’histoire et ce manque de crédibilité au fil des pages donne une impression de travail bâclé.

Read Full Post »