Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘fantômes’

Mr Tan est scénariste de bande dessinée, il a entre autres créé le personnage de Mortelle Adèle et la série Shaker Monster. Sous son vrai nom, Antoine Dole, il a écrit des mangas et de nombreux romans pour ados et jeunes adultes. Yomgui Dumont a travaillé dans le dessin animé et le jeu vidéo avant de devenir auteur de bande dessinée et illustrateur pour la jeunesse. Il a notamment publié La Brigade des cauchemars (Jungle) avec Franck Thilliez, qui a remporté le prix des collèges au festival d’Angoulême 2019.

Ce n’est pas un matin comme les autres au 109 rue des Soupirs : Elliot a disparu ! Ses parents ne sont même pas là pour s’en apercevoir mais sa famille adoptive de fantômes, elle, est « morte » d’inquiétude.

Eva, Walter, Angus et Amédée, après bien des chamailleries, décident de partir à sa recherche. Sauf que… ça fait des siècles qu’ils n’ont pas mis le nez dehors ! Et ce n’est que le début de leurs ennuis car ils vont découvrir qu’ils ne sont pas les seuls fantômes de Belle-en joie…

Le mois d’octobre est, il faut bien l’admettre, la période idéale pour lire des titres autour des fantômes et des spectres, c’est pour cette raison que j’ai jeté mon dévolu sur Fantômes d’extérieur, le troisième tome de la série 109 rue des Soupirs que j’avais découvert en 2019 avec Fantômes à domicile puis Fantômes sur le grill.

Cette bande dessinée à destination des 8 / 10 ans est écrite par Mr Tan à qui on doit la série mordante et désopilante Mortelle Adèle et illustrée par Yomgui Dumont qui vient du jeu vidéo et qui a illustré La brigade des cauchemars avec Franck Thilliez.

Si vous vous attendez à une histoire très développée, passez votre chemin, car c’est un récit écrit pour les enfants, assez court et ramassé, faisant la part belle aux actions, et ce troisième opus met en valeur les fantômes.

Il ne faut pas y chercher de vraisemblance ou de réalité mais pour ma part, je l’ai trouvé bien amusante et sympathique, notamment grâce à ces personnages qui valent le détour et l’ambiance gothique bien rendue.

Le petit Elliot et les fantômes sont drôles et attachants, certains sont couards, d’autres courageux et l’histoire va à cent à l’heure, aucun temps mort, un bon point pour les enfants.

Bien que l’ambiance soit gothique et par moment un peu angoissante pour les plus jeunes, le récit est surtout axé sur l’humour, l’entraide et l’amitié, ce qui empêche les enfants d’avoir peur.

Autres atouts : son format plus court qu’une bande dessinée classique permet aux enfants une meilleure prise en main, la couverture à rabats est cartonnée, donc moins rigide qu’un album et les couleurs toutes dans des tonalités de blanc, de bleu et de noir sont très bien exploitées.

Mais ce qui m’a surtout plu ici c’est le graphisme de Yomgui Dumont, j’aime beaucoup sa façon de dessiner et l’ambiance qu’il imprime au récit à la fois gothique et surnaturelle est très réussie.

Un troisième tome bien chouette qui m’a divertie et qui a beaucoup plu à mes garçons, je conseille donc cette bande dessinée délicieusement gothique aux enfants et à leurs parents.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge

Grâce à son talent de conteur, Dickens a su concilier condamnation de la misère et de l’exploitation industrielle et description de petits tableaux de la vie quotidienne. Ses personnages hauts en couleur, ses évocations animées et symboliques des paysages urbains ou campagnards ont fait de lui un écrivain dont la popularité reste immense et une figure centrale de la littérature européenne du XIXe siècle.

A lire au crépuscule regroupe quatre histoires de fantômes signées Charles Dickens : A lire au crépuscule, La chambre de la mariée, Esprits frappeurs authentiques et Le procès pour meurtre.

Ce court recueil à la qualité inégale m’a permis de renouer avec l’auteur victorien que j’avais délaissé depuis ma lecture désastreuse d’Oliver Twist, un roman que je n’ai pas du tout aimé et qui a failli me plonger dans une panne de lecture !

Ces histoires de fantômes m’ont semblé une bonne idée pour retenter Dickens et ce fut le cas. J’ai beaucoup aimé La chambre de la mariée et Le procès pour meurtre qui sont les histoires les plus longues et développées, où je trouve que l’auteur victorien allie mystère, surnaturel, gothique et fantastique avec une certaine habileté.

Pour autant, n’espérez pas trembler ou avoir des sueurs froides en lisant ces récits, ils terrifiaient peut-être les contemporains de Dickens, il en est autrement pour nous, d’autant qu’il est difficile d’instiller une atmosphère angoissante en aussi peu de pages.

Dickens a écrit d’autres histoires de fantômes que je tenterai sans doute l’automne prochain. D’ici là, je compte me plonger dans ces contes de Noël, qui seront, je l’espère du même acabit qu’Un chant de Noël, que j’adore !

Si vous êtes un(e) inconditionnel(le) de Dickens et que vous avez deux heures à lui consacrer, tentez ce recueil, et si ce n’est pas le cas, vous ne perdez honnêtement pas grand chose.

Read Full Post »