Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘femme révolution française’

Marie-José Tulard, haut fonctionnaire, puis avocate, a enseigné l’histoire des institutions à l’Université et publié plusieurs ouvrages juridiques. Jean Tulard, membre de l’Institut, professeur émérite à la Sorbonne, est spécialiste de l’histoire de la Révolution et de l’Empire, période à laquelle il a consacré de nombreux livres. Ensemble, ils ont aussi écrit Napoléon et quarante millions de sujets.

Séduire au risque d’en mourir : tel fut le sort de plusieurs héroïnes de ce livre dont le rôle politique sous la Révolution s’acheva sur l’échafaud. Ainsi d’Olympe de Gouges ou de Mme Roland…

On l’a oublié ou négligé : de grandes figures féminines tentèrent d’infléchir le cours de la Révolution dans un sens ou dans un autre. La plupart s’efforcèrent d’influencer des hommes politiques du temps – de là leur nom d' » égéries  » – faute de pouvoir se faire entendre à la tribune et participer aux grandes décisions. Une revendication que les révolutionnaires ne cessèrent d’étouffer.

Et pourtant, n’étaient-ce pas les femmes qui avaient ramené le roi de Versailles à Paris ou contribué à la chute de la monarchie ?

Voici l’histoire de la Révolution vue sous un autre jour, expliquant, entre autres, le renoncement du duc d’Orléans à la régence après la fuite du roi ou la chute inattendue de Robespierre le 9 Thermidor. Dans les coulisses de la scène politique, ne fallait-il pas chercher l’égérie ?

Vous connaissez mon goût pour l’Histoire et pour les portraits de femmes, aussi Les égéries de la Révolution de Jean & Marie-José Tulard, ne pouvait qu’éveiller mon attention !

Jean Tulard, grand spécialiste de Napoléon, et son épouse, Marie-José, nous brossent le portrait de femmes, pour certaines passées à la postérité, qui ont joué un rôle lors de ces années 1789 à 1799, qu’elles soient révolutionnaires ou monarchistes convaincues.

L’ouvrage est découpé en quatre parties : aux origines de la Révolution, l’échec d’une monarchie constitutionnelle, la Terreur, les égéries du Directoire et enrichi d’une chronologie détaillée et d’une abondante bibliographie.

Jean et Marie-José Tulard nous invitent à découvrir mesdames Necker, de Condorcet, de Lamballe, de Polignac, de Genlis, Roland, de Gouges, Charlotte Corday, Théroigne de Méricourt, pour les plus connues mais ce sont en tout pas moins de trente-quatre femmes qui sont ici passées au crible.

Parisiennes ou provinciales, de noble ou de basse extraction, bleues ou blanches, les auteurs nous proposent des trajectoires différentes des prémisses de la Révolution au Directoire.

Plusieurs d’entre elles finiront sur l’échafaud, affrontant la mort avec grand courage en plein cœur de la Terreur. L’ouvrage est dans l’ensemble très intéressant car les auteurs prennent le temps d’approfondir chaque portrait, le tout de façon très clair.

Le style est fluide, la chronologie compréhensible et si parfois l’égérie sert à présenter l’homme qui l’accompagne, on ne peut que saluer le travail de ces deux historiens qui abordent de façon limpide cette période troublée de notre histoire et notamment les différents camps en présence : royalistes, girondins, montagnards… ce qui n’était pas une mince affaire !

Avec ce livre, les auteurs veulent aussi redonner une place aux femmes qui n’ont pas vu leurs conditions s’améliorer lors de la Révolution, peu d’entre elles pouvait prendre la plume, participer aux clubs et aux débats d’idées.

Les révolutionnaires étaient-ils misogynes ? C’est ce qu’on lit sous la plume de Jean et Marie-José Tulard, je ne connais pas assez cette époque pour confirmer ou non leurs dires mais je salue la volonté de mettre en lumière des femmes qui restent souvent dans l’ombre de l’Histoire.

Un livre qui se lit bien et qui intéressera celles et ceux qui veulent découvrir ces destins de femmes.

Read Full Post »

Reine des merveilleuses, du théâtre ou de la galanterie, maîtresse d’un prince, avocate par passion, femme sacrifiée, aventurière prête à aller en prison par amour… toutes les belles inconnues réunies par Juliette Benzoni ont vécu la période de la Révolution française entre drames et passions. L’auteur propose vingt portraits de femmes au destin hors du commun parmi lesquelles Mme Tallien, l’amie de Joséphine, Mme de Genlis,  » gouverneur  » d’un roi, Mme Roland et ses amoureux, lady Eliott, la belle Pamela, Gabrielle et Louise, les deux amours de Danton, la passionnée Sophie de Monnier, Emilie Chalgrin et le peintre David…

ces-belles-inconnues-de-la-revolution-juliette-benzoniauteur-editeur-pagesVous connaissez mon goût pour l’Histoire et pour les portraits de femme, aussi lorsque j’ai vu Ces belles inconnues de la Révolution de Juliette Benzoni à la médiathèque, je suis aussitôt repartie avec.

Je sais que l’auteure est abonnée aux romances historiques et aux gros tirages, c’est ce qui m’a fait un peu hésité je l’avoue mais dans l’ensemble j’ai bien aimé ce livre même si j’ai des reproches à lui faire.

Juliette Benzoni est une passionnée d’Histoire et elle la met ici à la portée de tous et de toutes. De la vulgarisation plutôt bien faite, intéressante même si j’ai trouvé le livre dans l’ensemble pas très bien écrit et plusieurs coquilles piquent un peu les yeux, ce n’est pas très sérieux tout de même.

En vingt chapitres et autant de portraits, la romancière nous fait découvrir des femmes aux destinées étonnantes, j’en connaissais certaines mais plusieurs m’étaient en effet inconnues.

Parisiennes ou provinciales, de noble ou de basse extraction, bleues ou blanches, Juliette Benzoni nous propose des trajectoires différentes en plein coeur de la Terreur même si beaucoup d’entre elles subissent leur destin plus qu’elles n’agissent.

Juliette Benzoni nous brosse le portrait de femmes amoureuses, prises dans la tourmente, des inconnues comme l’indique si bien le titre de l’ouvrage puisqu’il ne sera question d’aucune femme célèbre si l’on excepte Joséphine de Beauharnais, Madame de Genlis ou Madame Roland !

Le livre dans est l’ensemble plutôt intéressant comme je le disais un peu plus haut, certaines histoires sont même assez fascinantes mais je regrette tout de même certaines platitudes et redondances qui nuisent un peu à la lecture.

Dommage aussi que l’auteure se soit cantonnée à nous narrer des femmes aux prises de l’histoire certes mais surtout aux prises de leurs histoires d’amour, certaines à mon avis valaient mieux.

Des inconnues parfois amoureuses de figures célèbres de la Révolution comme Robespierre, David ou Danton qui nous plongent avec un certain effroi au coeur de cette période tourmentée et sanglante que fut la bien-nommée Terreur.

Un livre qui se lit bien et qui intéressera celle qui veulent découvrir quelques-unes des histoires tragiques de cette époque.

heart_3

Read Full Post »