Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘golem le tueur de londres’

Londres, 1880. Huit ans avant que Jack l’Eventreur sévisse à Whitechapel, la peur avait un autre nom… Alors que les corps de deux prostituées ont été dé couverts dans le quartier voisin de Limehouse, la rumeur se répand qu’un Golem, figure mythique de la tradition hébraïque, erre dans les rues de la ville en quête de nouvelles victimes.
Ce qui n’empêche pas une troupe de théâtre de continuer à se produire dans les cabarets. Parmi les comédiens, Elizabeth et Dan Leno, adepte du travestissement.
Lors d’un spectacle, John Cree, bourgeois érudit et écrivain insatisfait, tombe sous le charme d’Elizabeth, qu’il épouse. Quelque temps plus tard, on retrouve le corps sans vie de John. Son journal intime révèle qu’il serait le mystérieux Golem. Mais sa femme semble, elle aussi, dissimuler bien des secrets…

Londres, 1880, quartier de Limehouse. Deux prostituées sont sauvagement assassinées et mutilées, puis, c’est au tour d’un érudit juif de connaître le même sort.

La rumeur se répand que l’auteur de ces meurtres est un golem et qu’il erre dans la ville à la recherche de nouvelles victimes, ce qui n’empêche pas les londoniens de sortir la nuit.

Le journaliste et dramaturge raté John Cree est bientôt retrouvé sans vie, vraisemblablement empoisonné. Sa femme Elizabeth, ancienne artiste de cabaret et adepte du travestissement est arrêtée pour son meurtre mais on retrouve le journal intime du défunt et à sa lecture, il semblerait qu’il soit le mystérieux Golem…

Vous savez combien j’aime les polars historiques qui ont pour cadre la capitale anglaise au temps du règne de Victoria, ce titre avait donc rejoint ma wish list dès sa parution en janvier et lorsque Belette m’a proposé de le lire avec elle, j’ai volontiers accepté et l’ai acheté à cette occasion.

Malheureusement pour moi, je suis totalement passée à côté de Golem, le tueur de Londres. L’auteur, si il connaît indéniablement bien cette époque et retransmet avec justesse cette atmosphère particulière, cela n’a pas suffi à éveillé mon intérêt.

Autant vous le dire d’emblée, avec ce roman de Peter Ackroyd, j’ai été prise dans le fog et je n’en suis jamais sortie. Je n’ai rien compris à l’intrigue, je n’ai pas aimé les personnages, et encore moins la narration pour le moins alambiquée que l’auteur a choisi.

Le récit se déroule à plusieurs voix et c’est un aspect que j’aime beaucoup en général sauf que là, ça n’a pas du tout marché avec moi : on passe du journal intime de John Cree aux interrogatoires d’Elizabeth lors de son procès, puis le récit d’Elizabeth, qui nous retrace son existence de sa prime jeunesse jusqu’à ce qu’elle devienne artiste aux côtés de Dan Leno, qui a réellement existé. Et ainsi de suite : on revient au journal, aux interrogatoires, à la narration d’Elizabeth…

Les meurtres à proprement parler tiennent en quelques pages, l’intrigue policière passe clairement au second, voire au troisième plan, quant à l’inspecteur Kildare censé mener l’enquête, il est relégué au simple rang de figurant.

L’auteur intègre son récit plusieurs personnalités ayant existé, j’ai déjà cité Dan Leno, l’un des grands artistes comiques de cette époque, mais on croise également Karl Marx, Thomas de Quincy, abondamment cité pour son célèbre De l’Assassinat considéré comme un des Beaux-Arts.

L’auteur a pioché dans différents genres pour écrire son intrigue (polar, fantastique, historique) et malgré une quatrième de couverture alléchante, je n’ai absolument pas été convaincue par ce titre, au point que je l’ai abandonné arrivée aux 2/3 du récit.

Je ne m’étendrai donc pas plus longtemps sur cette lecture ratée de mon point de vue mais je vous invite à aller lire l’avis de Belette, diamétralement opposé au mien, peut-être vous donnera-t-elle envie de lire Golem, le tueur de Londres !

Read Full Post »