Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘H. H. Holmes’

Écrivain américain, Robert Bloch (1917-1994) a publié plus de 30 romans et des centaines de nouvelles, dans les genres policier, fantasy, science-fiction et horreur. Son roman le plus célèbre est Psychose, qui a inspiré le célèbre film éponyme d’Alfred Hitchcock.

Chicago, 1893. Une foule immense afflue des quatre coins des Etats-Unis pour admirer l’Exposition Universelle. Ses architectes, qui voulaient créer une cité de rêve, la surnommèrent la Ville Blanche.

Profitant des travaux liés à cette grandiose installation, G. Gordon Gregg, docteur en pharmacie, a fait construire une demeure imposante, sorte de château gothique destiné à héberger les visiteurs de passage.

A y regarder de plus près, c’est une toute autre affaire. Chambres sans fenêtres, escaliers dérobés, trappes secrètes… Gregg est un homme magnétique, et lorsque plusieurs femmes qu’il a séduites disparaissent, on imagine une arnaque à l’assurance.

Mais Crystal, jeune journaliste exaltée et intrépide, soupçonne de son côté un dessein plus diabolique et décide de se jeter dans la gueule du loup…

Avec Le boucher de Chicago, Robert Bloch nous propose un polar historique inspiré du premier tueur en série américain, Herman W. Mudgett, passé à la postérité sous le pseudonyme de H.H Holmes.

Comme les serial killers et moi, ça fait deux, je ne connaissais pas du tout cet odieux personnage, contrairement à ma copinaute Belette qui avait l’air de connaître le sujet sur le bout des doigts !

Cette histoire fait véritablement froid dans le dos : les épais murs en pierre de cette bâtisse lugubre abritent un labyrinthe de passages secrets et de pièces cachées, d’un crématorium et d’une table de dissection, de pièges et de chausse-trappes. Après sa condamnation, Mudgett a avoué 27 meurtres et, bien que seuls neuf aient été confirmés, il est estimé qu’il en aurait en réalité commis deux cents.

Ses victimes féminines sont jeunes et belles, les autres sont les clients de son hôtel. Ses méthodes rapides, scientifiques et sans douleur. Ses crimes parfaits et impunis. Jusqu’au jour où une journaliste commence à avoir des doutes sur ce citoyen, en apparence bien sous tous rapports…

Peu de descriptions, beaucoup de dialogues, ce petit thriller se lit très facilement et rapidement même si on reste un peu sur sa faim tant le dénouement arrive de façon abrupte.

Pour ma part, je l’ai lu comme un roman purement fictionnel mais si le personnage de Mudgett vous intéresse réellement ce n’est pas ce livre que je vous conseillerai car il est inspiré par le tueur en série mais ne retrace aucunement les faits réels.

C’est en effet sur cette base historique que Robert Bloch a choisi d’imaginer sa fiction en mettant en scène un enquêteur et sa fiancée apprentie journaliste enquêtant sur les traces de cet ignoble personnage.

Une partie romancée que j’ai appréciée car elle nous plonge à la fois dans l’ambiance festive de l’exposition universelle et dans celle, nettement plus lugubre du château, aux côtés d’un tueur impitoyable et sans affect.

Un bon polar historique avec du suspens et des rebondissements qui fait bien le job. Belette est bien du même avis !

Read Full Post »