Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘hervé le corre’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Auteur confirmé, Hervé le Corre signe avec ce cinquième roman un livre très original, tant par son intrigue que par son style.

Paris, 1870. Une série de meurtres sauvages semble obéir à une logique implacable et mystérieuse qui stupéfie la Sûreté, fort dépourvue face à ces crimes d’un genre nouveau.

Le meurtrier, lui, se veut artiste : il fait de la poésie concrète, il rend hommage a celui qu’il considère comme le plus grand écrivain du XIXe siècle, Isidore Ducasse, comte de Lautréamont, dont il prétend promouvoir le génie méconnu.

Les chants de Maldoror sont son bréviaire, il y trouve l’inspiration pour perpétuer ses crimes tous plus violents et sordides les uns que les autres.

Dans le labyrinthe d’une ville grouillante de vie et de misère, entre l’espoir de lendemains meilleurs et la violence d’un régime à bout de souffle, Etienne Marlot un ouvrier révolutionnaire, l’inspecteur François Latémendia de la Sûreté, Sylvie et Garance, deux femmes que la vie n’a pas épargnées, vont croiser la trajectoire démente de l’assassin.

Nul ne sortira indemne de cette redoutable rencontre…

Avec L’homme aux lèvres de saphir, Hervé Le Corre nous propose un roman noir foisonnant et original de par son intrigue et son contexte historique. Peu de romans ont pour toile de fond la Commune et ses prémisses, raisons pour lesquels ce roman a rejoint ma PAL et je n’ai pas été déçue : son atmosphère particulière est très bien rendue ici.

Au-delà de l’intrigue policière proprement dite qui nous réserve peu de mystères puisque l’identité du tueur en série nous est révélée dès les premiers chapitres, l’auteur nous propose ici un roman naturaliste digne des auteurs du XIXè siècle.

Brillamment écrit, ce récit nous immerge au coeur du Second Empire, au moment où celui-ci vacille. Sur les traces du tueur, on sillonne les rues sombres de la capitale, les quartiers ouvriers, les bordels et les troquets.

Roman choral où tour à tour le tueur, l’ouvrier, l’inspecteur, la fille de joie prennent la parole, un procédé que j’aime beaucoup et, qui est très bien maitrisé ici, permet à son auteur d’aborder plusieurs thématiques comme le quotidien de la police, la médecine légale, la misère des ouvriers et leurs revendications, les filles de joie, les troubles sociaux…

Les différents protagonistes du récit sont bien dessinés et se révèlent attachants, j’ai eu plaisir à suivre Etienne, François, Sylvie et Garance dans leur combat contre ce tueur redoutable et particulièrement sanguinaire.

Hervé Le Corre s’est formidablement bien documenté et connaît bien l’époque qu’il décrit : on assiste aux meetings ouvriers, aux combats sur les barricades, aux discours de Louise Michel… et c’est véritablement passionnant !

Autre point positif : prendre pour point de départ de l’intrigue policière et pour modus operandi du tueur Les chants de Maldoror est réellement original et cette idée a bien été exploitée.

Si j’ai beaucoup aimé ce roman, deux petites choses sont venues gâter ma lecture : connaître l’identité du tueur dès le départ, j’adore enquêter aux côtés du héros et ici je n’ai pas pu le faire. Et je déplore également quelques longueurs.

Malgré ces petits bémols, j’ai beaucoup apprécié ma lecture et je lirai à nouveau cet auteur, c’est sûr. Belette est de cet avis aussi, vous pouvez lire son avis ici.

Read Full Post »