Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Ingrid chabbert’

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur « Mr. Bojangles » de Nina Simone.
Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c est la mère, feu follet imprévisible et extravagant.
C’est elle qui a adopté Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L’amour fou n a jamais si bien porté son nom…

Un couple et leur fils nagent dans le bonheur, entre Paris et l’Espagne. Une vie oisive et loin de toute contrainte, en compagnie de Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique adopté par la mère. Georges et son épouse vivent dans un perpétuel tourbillon, dansant jusqu’à l’épuisement sur le disque de Mr Bojangles de la grande chanteuse noire américaine Nina Simone.

Fantasque, imprévisible et extravagante, Cette épouse et mère de famille est bipolaire et schizophrène. Une maladie terrible dont l’issue peut présager du pire, que son mari et son fils tentent de lui faire oublier en voyageant, en dansant, en riant et en s’aimant follement jusqu’à ce que la mort les séparent.

Les adaptations graphiques de romans sont très à la mode en ce moment et depuis mon coup de cœur pour Collaboration Horizontale, j’avais très envie de retrouver Carole Maurel. C’est chose faite grâce à En attendant Bojangles d’après le roman éponyme de Olivier Bourdeaut qui connaît un grand succès depuis près de deux ans si ma mémoire est bonne.

Je dois dire en préambule que le roman ne me tentait pas c’est d’ailleurs pour cette raison que je ne l’ai pas lu mais je suis ravie d’avoir découvert ces personnages et ce fol amour grâce au scénario signé Ingrid Chabbert, que j’imagine très fidèle au récit originel.

J’ai été séduite par cette histoire d’amour fou qui unit ce couple même si cela m’a fait mal au cœur de voir leur enfant mis sur la touche, obligé de vivre une vie d’adultes avant l’heure, devenant plus responsable que ses parents, qui vivent une existence de bohème, sans se préoccuper de la réalité de la vie.

Dotés d’une grande fortune, ils mènent une vie oisive, l’épouse de Georges ne pouvant supporter de rester loin de lui. Dans leur sillage, leur fils est pris dans cet amour exclusif et le tourbillon explosif imposé par sa mère qui ne vit que pour la danse, la musique et la fête.

Au diable l’école, les factures à payer et tout ce qui fait le quotidien des mortels, elle ne veut qu’une vie de plaisirs. J’ai beaucoup aimé cette façon d’être, très éloignée de la mienne et j’ai été sous le charme de ses personnages si attachants, beaux, émouvants et hors du commun.

Les personnages sont bien dessinés grâce au talent de Carole Maurel : beaux, tendres, ronds et fins, on ne peut qu’éprouver de l’empathie pour eux. On passe des rires aux larmes, de la gaieté à la tristesse et dans les moments plus tristes, le dessin s’aligne sur ces sentiments sombres avec une grande justesse.

Je ne peux que vous recommander En attendant Bojangles, que vous ayez lu ou non le roman d’Olivier Bourdeaut, vous ne pourrez qu’être sous le charme de cette histoire racontée par Ingrid Chabbert et mise en dessins par Carole Maurel avec leur talent habituel.

Read Full Post »

Lulu est une petite fille qui a une seule et grande passion : les dragons ! Elle aime plus que tout les histoires de dragons, les peluches en forme de dragons, les imprimés dragons et surtout… dessiner des dragons.
Un jour, un orage éclate alors que Lulu est en train de réaliser son plus beau dessin. L’encre et les couleurs coulent au sol : quel gâchis !
La nuit même quelque chose toque à la fenêtre de Lulu. Elle manque de tomber à la renverse : le dragon de son dessin a pris vie, grandeur nature !

Lulu est une petite fille rousse, un brin garçon manqué, qui aime par dessus tout les dragons ! Elle est fascinée par ces créatures mythiques et collectionne tout ce qui a en rapport avec eux.

Et bien sûr, elle adore les dessiner et leur fait la peau très colorée. Une après-midi, alors qu’elle dessine dans le jardin, elle doit rentrer précipitamment à la maison à cause de l’orage. Son beau dragon a tout dégouliné sous l’effet de la pluie et Lulu se couche fort marrie.

Mais en pleine nuit, son dragon a pris vie et toque à la porte. Il se prénomme Zygo et lui propose de lui faire découvrir son île…

Voilà une bande dessinée qui a irrémédiablement attiré mon attention avec cette belle couverture toute colorée. Destinée aux 7 / 9 ans, cette bd se révèle très mignonne et plutôt originale, puisque pour une fois, ce n’est pas un garçon qui aime les dragons mais une fille, ça change des codes habituels !

Cette histoire d’amitié est toute simple mais confère suffisamment de magie pour satisfaire les enfants et ceux qui le sont restés. Au-delà de la thématique de l’amitié, Ingrid Chabbert offre à ses lecteurs, des aventures qui plairont aussi bien aux garçons qu’aux filles, ce qui est bien vu !

Les dessins tout en rondeurs et en couleurs de Cédrick Le Bihan charment les yeux et les très jeunes lecteurs n’auront pas de mal à lire cette histoire qui comporte peu de mots dans une typographie facile à déchiffrer.

Cet album est donc bien conçu pour le lectorat auquel il est destiné, à l’instar de la série Astrid Bromure de Fabrice Parme qui a tout de même ma préférence pour son côté piquant et son multiple niveau de lecture.

En résumé, une bande dessinée amusante qui devraient plaire aux jeunes lecteurs, surtout à celles et ceux qui ont des étoiles plein les yeux lorsqu’ils pensent aux dragons bien sûr !

Read Full Post »