Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘jacky durand’

Jacky Durand est journaliste au service Société de Libération la semaine et chroniqueur gourmand le week-end. Depuis des années il sillonne la France des terroirs pour ses savoureuses chroniques culinaires dans Libération (« Tu mitonnes ») et tous les samedi matin sur France Culture (« Les mitonneries de Jacky »).

Henri est le Chef dévoué du Relais fleuri, un bistrot traditionnel non loin de Dijon qu’il a acheté après avoir fait la guerre d’Algérie.

Le lieu ne paie pas de mine : le troquet ressemble à beaucoup d’autres avec ses tables en bois, ses nappes à carreaux en papier et ses employés qui n’ont pas fait l’école hôtelière.

Et pourtant, les clients sont nombreux au rendez-vous. Il faut dire que le chef et son inséprable commis Lucien, les régalent de leurs plats généreux.

Tout est fait maison : du pâté aux gâteaux, en passant par le boeuf bourguignon, Henri et Lucien sont derrière les fourneaux de 7h à 23h tous les jours que Dieu fait, à l’exception du dimanche.

Sous les yeux subjugués de son fils Julien, il élabore des recettes que sa femme Hélène, professeure de lettres dans un lycée de Dijon, consigne dans un cahier. Mais un jour, celle-ci quitte la maison sans explication.

Henri décrète alors que jamais Julien ne deviendra cuisinier. En cachette, le jeune homme poursuit son rêve et dans sa quête, il lui faudra démêler les secrets de famille et comprendre pourquoi Henri a laissé partir sa femme sans un mot…

Vous connaissez mon goût pour les romans gourmands : Les recettes de la vie de Jacky Durand ne pouvait qu’attérir dans ma PAL un jour au l’autre et aussitôt acheté, aussitôt lu ! Et comme j’ai bien fait car j’ai été très touchée par ce récit plein de saveurs et d’amour.

Avec ce roman intimiste, Jacky Durand nous offre le magnifique portrait d’un homme pour qui la cuisine est plus qu’un métier : le plaisir quotidien du partage et l’art de traverser les épreuves.

Une tendre déclaration d’amour filial, une histoire de transmission et de secrets, où, à chaque page, l’écriture sensuelle de l’auteur nous met l’eau à la bouche.

Je ressors vraiment charmée et touchée de ce roman populaire, un terme loin d’être péjoratif mais au contraire dans la meilleure acception du terme : généreux et authentique. Et arrivé au point final, on en redemande tant tout sonne formidablement juste !

L’auteur, par ailleurs chroniqueur culinaire, connaît bien la gastronomie de terroir, celle des régions avec des cuisiniers qui font une cuisine copieuse, connaissent les produits et les bons producteurs. Des artisans de la gastronomie avec l’amour de leur métier, sans chercher à briller au guide Michelin ou au Gault & Millaud. Il leur rend ici un bien bel hommage.

Au-delà de l’ode à la gastronomie, de la transmission de l’amour de la cuisine, il y a les relations père/fils. Julien, le narrateur, s’adresse tout au long du récit à son défunt père en le tutoyant. On ressent beaucoup d’amour et d’admiration d’un père envers son fils mais aussi des reproches, des révoltes de l’enfance et de l’adolescence face à ce père tout dévoué à son métier, qui consacre bien peu de temps à sa femme et de son fils.

Le style de Jacky Durand est fluide et épuré, les pages se tournent toutes seules et je n’ai qu’un reproche à formuler à ce roman : il est trop court, sinon quel régal !

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce très joli roman que je vous conseille !

Read Full Post »