Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘javier marias’

Chaque matin, dans le café où elle prend son petit déjeuner, l’éditrice madrilène María Dolz observe un couple qui, par sa complicité et sa gaieté, irradie d’un tel bonheur qu’elle attend avec impatience, jour après jour, le moment d’assister en secret à ce spectacle rare et réconfortant. Or, l’été passe et, à la rentrée suivante, le couple n’est plus là. María apprend alors qu’un malheur est arrivé. Le mari, Miguel Desvern, riche héritier d’une compagnie de production cinématographique, a été sauvagement assassiné dans la rue par un déséquilibré. Très émue, elle décide de sortir de son anonymat et d’entrer en contact avec sa femme, Luisa, qui est devenue un être fragile, comme anesthésié par la tragédie. Dans l’entourage de Luisa, María rencontre Javier Díaz-Varela, le meilleur ami de Miguel, et elle comprend vite que les liens que cet homme tisse avec la jeune veuve ne sont pas sans ambiguïté. Bien au contraire : cette relation jette une ombre troublante sur le passé du couple, sur la disparition de Miguel, sur l’avenir de Luisa et même sur celui de María.

comme-les-amours-javier-mariasauteur-éditeur-pages

On se retrouve aujourd’hui avec le second roman de la sélection d’avril : Comme les amours de l’espagnol Javias Marias, et si la quatrième de couverture se révélait séduisante à mes yeux, comme la couverture rétro d’ailleurs, c’est la grosse déception ! Je vous ferai grâce du troisième roman, Une sainte d’Emilie de Turckheim qui est à mes yeux un navet qui mérite un zéro pointé, je vous en reparlerai dans mon bilan mensuel.

María Dolz est éditrice. Elle vit seul, n’a pas d’homme dans sa vie et tous les matins, elle prend son petit-déjeuner dans la même cafétéria. Là, elle contemple chaque jour ce que peut être la félicité conjugale à travers un couple qui a les mêmes habitudes qu’elle. Elle les épie, se délectant de leur bonheur, et ce petit rituel suffit à éclairer sa journée jusqu’au jour où le couple n’est plus au rendez-vous. Elle apprend alors que l’homme, Miguel Desvern, un industriel riche et très en vue,  a été assassiné par un déséquilibré.

Quelques semaines plus tard, Luisa, sa veuve, revient à la cafétéria et Maria décide de se présenter à elle. La jeune femme encore sous le choc, trouve en elle une oreille attentive pour raconter sa douleur. Chez elle, Maria fait connaissance de Javier Diaz-Varela, le meilleur ami du défunt avec qui elle entame une relation intime mais sans espoir car il ne lui cache pas que son cœur est déjà pris par Luisa depuis des années et qu’il compte bien saisir la chance qui lui est offerte pour l’épouser, une fois son deuil achevé.

L’histoire démarre bien mais tourne vite court. L’auteur se contente pendant près de 400 pages de nous emmener dans des réflexions sur la vie et surtout  la mort qui s’étirent à l’infini. Des réflexions parfois intéressantes mais aussi souvent redondantes malheureusement !

Javier Marias dissèque minutieusement et très lentement la psychologie de ses personnages, leurs parts de mystères, leurs zones d’ombre, leurs sentiments autour de la mort, du deuil, etc et l’histoire, passé le postulat de départ, ne bouge plus d’un iota ou presque. Un roman psychologique que j’ai trouvé d’un ennui mortel et où il ne se passe rien. Dommage car le style très littéraire de l’auteur ne manque pas d’intérêt.

heart_2

Lu dans le cadre du Grand prix ELLE des lectrices 2014  :

logo-grand-prix-lectrices-ELLE

Read Full Post »