Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘jm erre’

J.M. Erre vit à Montpellier et enseigne le français dans un lycée à Sète. Prenez soin du chien est son premier roman.

Max Corneloup, auteur de romans-feuilletons pour la presse et la radio, vient d’aménager au 5, rue de la Doulce-Belette. Pile en face de chez lui, au 6 de la rue Doulce-Belette, Eugène Fluche, artiste peintre sur coquilles d’œuf, collé à sa fenêtre, l’observe à longueur de journée.

Exaspéré, Max se met à espionner les moindres gestes d’Eugène et consigne le tout dans son journal intime. Pour entretenir ce climat de méfiance, il y a les concierges Mesdames Ladoux et Polenta, et les locataires : Madame Brichon, un cinéaste fou, Monsieur Zamora, un auteur de romans érotiques, Lazare Montagnac, un chien, Hector, Madame Poussin la femme de ménage, et d’autres personnages pas piqués des hannetons…

La méfiance règne et quand un cadavre est découvert, c’est une véritable psychose qui s’empare de Max et Eugène d’autant que le commissaire Taneuse, un drôle de zigue, est dépêché sur les lieux et semble les soupçonner.

Mais qui se cache derrière cette affaire ? Et surtout, à qui profite le crime ?

Il y a quelques années, j’avais découvert J.M. Erre avec Le mystère Sherlock qui m’avait beaucoup plu, je m’étais donc procuré Prenez soin du chien dans la foulée où il est donc resté près de quatre ans dans ma pile à lire avant que je ne l’en sorte.

Autant que je vous prévienne d’emblée : ce roman est un livre singulier de par sa structure, ses personnages et les genres qu’il brasse car il commence comme un contemporain avec deux hommes qui s’épient mutuellement, pour verser dans le polar.

Dans ce roman, tous les ingrédients sont là pour faire passer au lecteur un bon moment de lecture : une intrigue qui tient bien en haleine même si j’ai trouvé assez facilement qui tirait les ficelles, une histoire bien développée, des personnages hauts en couleur qui auraient toute leur place dans un asile psychiatrique et des situations cocasses.

Comme c’est un roman choral, tout au long des dix chapitres qui rythment le récit, on suit l’intrigue de plusieurs points de vue à travers des journaux intimes, des lettres, des articles, des petites annonces et des dialogues souvent désopilants.

Le style de Jean-Marcel Erre est brillant et drôle, et ce titre, qui m’a divertie par son humour et sa légèreté, m’a confirmée que je devais continuer à poursuivre ma découverte de cet auteur.

Toutefois, je dois bien admettre que je l’ai nettement moins apprécié que Le mystère Sherlock car si le roman démarre fort, qu’il se lit vite et bien, j’ai trouvé qu’il s’enlisait par moment, qu’il devenait trop délirant pour me plaire tout à fait et je n’étais pas mécontente d’arriver au point final même si dans l’ensemble j’ai apprécié ma lecture.

Si vous aimez les personnages totalement barrés et les comédies policières, Prenez soin du chien devrait vous plaire !

Read Full Post »

Meiringen, Suisse. Les pompiers dégagent l’accès à l’hôtel Baker Street. Cet établissement, charmant et isolé, a été coupé du monde pendant trois jours à cause d’une avalanche. Personne n’imagine que, derrière la porte close, se trouve un véritable tombeau. Alignés dans la chambre froide reposent les cadavres de dix universitaires. Tous sont venus là, invités par l’éminent professeur Bobo, pour un colloque sur Sherlock Holmes. Un colloque un peu spécial puisque, à son issue, le professeur Bobo devait désigner le titulaire de la toute première chaire d’holmésologie de la Sorbonne. Le genre de poste pour lequel on serait prêt à tuer…heart_4auteur-editeur-pagesle-mystere-sherlock-j-m-erre

Dix holmésiens, c’est-à-dire dix mordus absolus de Holmes, sont réunis pour un colloque à Meiringen en Suisse, tout près des fameuses chutes du Reichenbach où Holmes et Moriarty avaient combattu une centaine d’années auparavant.

Un colloque où cours duquel, le professeur Bobo, chantre de l’holmésologie, prendra sa retraite et devra désigner celui ou celle parmi eux qui sera titulaire de la première chaire d’holmésologie au monde qui va être instituée à la Sorbonne.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si l’Hôtel de Baker Street ne se retrouvait pas coupé du monde suite à une tempête de neige et une avalanche qui empêchent ses hôtes de sortir et de communiquer avec l’extérieur, électricité et téléphone étant hors d’usage.

Et si, nos dix fondus du grand Sherlock, ne commençaient pas à perdre prématurément la vie les uns après les autres, comme dans Dix petits nègres d’Agatha Christie ! Serait-ce l’un d’entre eux ou une vaste conspiration orchestrée par les admirateurs honnis d’Hercule Poirot ?

Le mystère Sherlock est mon premier JM Erre mais certainement pas le dernier ! Maintes fois recommandé, ce titre vaut vraiment la peine d’être lu tant il est totalement farfelu, déjanté, rocambolesque, en un mot : barré en diable.

Les aventures de ces dix congretistes, dont une journaliste, coincés sur place à cause d’une avalanche et prêts à toutes les bassesses pour obtenir les faveurs du professeur Bobo totalement à la ramasse et accro aux post-it et surtout prêts à s’entretuer pour décrocher un emploi universitaire très convoité, est à mourir de rire.

Comme je vous le disais c’est mon premier titre de cet auteur et c’est la référence à Dix petits nègres, chef d’œuvre d’Agatha Christie, qui m’avait donné envie de l’ajouter à ma PAL et comme vous vous en doutez, je ne le regrette pas du tout, bien au contraire.

Dans ce roman, tous les ingrédients sont là pour faire passer au lecteur un bon moment de lecture : une intrigue qui nous tient en haleine jusqu’au bout, un hommage à Agatha Christie et à Arthur Conan Doyle réussi, une fin bien pensée et, surtout, des personnages hilarants qui sont tous aussi barrés les uns que les autres, avec mention spéciale pour Dolores et Eva. Et enfin, le style Erre, brillant et drôle, qui m’a conquise dès les premières lignes.

A la fois comédie hilarante et polar, Le mystère Sherlock tient toutes ses promesses et je ne peux que vous le recommander si vous aimez à la fois rire et cogiter, vous ne serez pas déçus !

Read Full Post »