Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘jojo moyes’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois et du Pumpkin Automne Challenge :

challenge-un-pave-par-mois

Jojo Moyes vit en Angleterre, dans l’Essex. Après une carrière de dix ans dans le journalisme, elle décide de se consacrer à l’écriture. Ses romans, traduits dans le monde entier, ont été salués unanimement par la critique et lui ont déjà valu de nombreuses récompenses littéraires. Avant toi a créé l’événement et marqué un tournant dans sa carrière d’écrivain. Ce best-seller a rencontré un succès retentissant qui lui a valu d’être adapté au grand écran.

Saint-Péronne, 1916. Sophie Lefèvre doit prendre soin de sa famille depuis que son mari Edouard est parti pour le front. Revenue dans la ville de son enfance, elle vit dans l’auberge familiale en compagnie de sa soeur, de ses neveux et de son jeune frère.

Quand la ville tombe entre les mains de l’armée allemande, au milieu de la Première Guerre mondiale, Sophie est contrainte de faire le service tous les soirs à l’hôtel réquisitionné par Friedrich Hencken, le nouveau commandant, et ses hommes.

À l’instant où l’officier découvre le portrait qu’Édouard a fait de sa femme, cette image l’obsède. Une dangereuse obsession qui menace la réputation, la famille et la vie de Sophie, et va la conduire à prendre une terrible décision.

Un siècle plus tard, à Londres, Liv Halston reçoit ce portrait en cadeau de la part de son mari en cadeau de mariage. Depuis sa disparition il y a quatre ans, elle a mis sa vie entre parenthèses, incapable d’avancer.

C’est alors qu’elle rencontre Paul, enquêteur pour un organisme, chargé de retrouver les tableaux volés aux juifs pendant la seconde guerre mondiale. Alors que leur romance s’épanouit, il se rend compte qu’elle possède un tableau réclamé par ses clients, les Lefèvre…

Les yeux de Sophie signe mes retrouvailles avec Jojo Moyes qui m’avait bien fait pleurer avec Avant toi. Vous connaissez mon intérêt pour les secrets de famille et la première guerre mondiale, ce roman ne pouvait qu’attérir dans ma pal, et une fois n’est pas coutume, il n’y est pas resté plus de quelques semaines.

Roman à double temporalité et à deux voix, on y suit tour à tour Sophie dans son petit village du nord de la France pendant la Grande Guerre et quasiment un siècle plus tard, Liv, empêtrée dans son deuil et dans des problèmes économiques. Les deux héroïnes sont bien dessinées et attachantes, et je les ai suivi avec beaucoup d’intérêt de la première à la dernière page.

Le récit pendant la guerre est poignant, on y suit le quotidien de cette femme séparée de son mari dont elle a difficilement des nouvelles. Elle souffre de son absence mais aussi du froid, de la faim et de l’occupation allemande. Jojo Moyes s’est très bien documentée et cette partie du récit m’a littéralement passionnée d’autant que l’on pressent qu’un drame couve et toutes les péripéties qui arrivent à Sophie ont fait battre mon coeur à la chamade.

Outre les difficultés subies par les civils à l’arrière du conflit, et notamment son héroïne, l’autrice rappelle aussi qu’à cette époque il y avait de la résistance et notamment des espionnes obligées de nouer des liens avec l’occupant pour mieux servir les intérêts français et j’ai trouvé cela aussi très intéressant.

De nos jours, Liv se retrouve engluée dans un procès pour vol de tableau. Confrontée à la violence verbale, à la haine chaque jour au tribunal, elle devra rendre le tableau dont la cote s’est envolée aux descendants du peintre si elle est condamnée. Cette seconde partie est également très intéressante même si elle m’a un peu moins plu que la première, Sophie étant à mes yeux plus charismatique que Liv.

Un récit addictif, mené de main de maître par Jojo Moyes qui se révèle bouleversant avec des scènes réellement dramatiques comme elle sait si bien le faire. Si vous aimez les secrets de famille, les romans à double temporalité, je ne peux que vous le conseiller. Pour ma part, je vais continuer à explorer la bibliographie de cette romancière anglaise, n’hésitez à me recommander des titres, je suis preneuse !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Londres, 2007. Will Traynor rejoint le poste de taxi le plus proche sous la pluie battante, trop mauvais temps pour enfourcher sa moto. Alors qu’il s’apprête à entrer dans un cab, il ne voit pas le conducteur de deux roues qui fonce droit sur lui.

Stortfold, 2009. Louisa Clark, 26 ans, vient de perdre son travail de vendeuse au Petit pain beurré. Sans qualification et en quête d’un salaire vital pour sa famille dont la situation financière est plus que précère, elle accepte l’emploi d’aide soignante de Will Traynor, tétraplégique depuis deux ans déjà.

Les premiers jours à l’annexe sont difficiles, Will a l’air de la détester et de la mépriser mais au fil des semaines passées, Lou va apprendre à connaître le jeune homme et le masque de dureté va progressivement céder la place à un jeune homme exceptionnel. Les barrières sociales tombent entre eux, entre la jeune fille prolétaire et l’homme d’affaires. Elle qui n’a jamais quitté son trou paumé de l’Angleterre, va commencer à voir plus grand, sous l’impulsion de Will qui ne va pas hésiter à la secouer un peu avec pour seul objectif qu’elle ait un avenir digne de ce nom.

Seulement alors qu’elle arrive progressivement à abattre ses défenses, elle n’a plus qu’une idée en tête : faire renoncer Will à son projet de suicide médicalisé en Suisse. Pour cela, elle n’a que quelques mois et une date butoir, le 13 août…

J’ai mis deux ans avant de me décider à acheter Avant toi de Jojo Moyes tant ce livre avait fait l’unanimité, j’avais peur d’être déçue, et par son sujet, le suicide assisté, qui me faisait craindre une lecture sous perfusion de mouchoirs.

Finalement acheté en avril, il n’aura pas croupi longtemps dans ma PAL, extirpé par la main innocente de mon Sami-Chameau de fils, je me suis dit qu’il était temps pour moi de faire mon avis.

Et autant tuer le suspens tout de suite, j’ai beaucoup aimé Avant toi et j’ai fini en larmes comme tout le monde sous les yeux ébahis du même Sami-Chameau qui m’a dit « maman ce n’est qu’un livre tu ne vas pas pleurer pour ça !! » lorsqu’il m’a vu les yeux et le nez rouges… Il est clair que mes fils n’ont pas hérité de ma sensibilité à fleur de peau !

Jojo Moyes nous propose ici une très belle histoire d’amour émaillée d’embuches avec des personnages attachants et singuliers. Il n’est pas courant que le héros d’un roman soit handicapé, encore moins tétraplégique et je trouve cet aspect du roman très intéressant, se rendre à quel point la vie de ces personnes est dépendante d’autres et combien il doit être dur de perdre toute liberté de mouvement mais aussi de décision. Se sentir humilié aussi.

Will, après une vie menée à cent à l’heure, pleine de sensations fortes, est maintenant prisonnier de son fauteuil. Il a perdu toute envie de vivre, ne peut pas et ne veut pas s’accommoder de son nouveau quotidien où il ne pourra jamais plus faire ce qui faisait le sel de sa vie.

Jusqu’au bout on espère avec Louisa et avec l’amour qui naît entre eux qu’elle le fera changer d’avis, qu’il acceptera d’accepter une nouvelle vie qui pourrait naître. Mais je ne vous en dis pas plus afin de ne pas trop en dévoiler.

C’est un livre empli d’émotions et de tristesse mais aussi de joie, Jojo Moyes n’oublie pas de mettre beaucoup d’humour et de dérision dans ses dialogues, ce qui permet d’alléger l’atmosphère qui n’est jamais plombée.

Avec un tel sujet, l’auteure aurait pu tomber dans le roman larmoyant, les facilités et les raccourcis, il n’en est jamais rien et elle aborde avec beaucoup de sensibilité et de pudeur le thème du handicap et du suicide assisté.

Un très beau roman de sa première à sa dernière ligne, qui flirte avec le coup de cœur et qui me restera longtemps en mémoire.

Read Full Post »