Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘la fille du marais franny billingsley’

Briony Larkin a 17 ans et elle a un secret. Un secret qui serait à l’origine de la mort de sa belle-mère, un secret qui aurait rendu sa soeur jumelle, Rose, simple d’esprit, un secret qui est une menace pour tous les habitants du Swampsea. Briony a le don de seconde vue, qui la relie au monde des Esprits, et en tant que telle elle risque d’être pendue, car c’est là le sort que l’on réserve aux sorcières. Alors Briony se tait et étouffe sa nature profonde…C’est sans compter sur l’arrivée du XXe siècle, incarné par l’ingénieur Clayborne et son fils, Eldric, dans cette région sauvage du sud de l’Angleterre… Avec eux vient le progrès et l’assèchement du marais, qui déchaînera la fureur du seigneur des marécages. Si elle veut sauver sa soeur d’une mort certaine, Briony va devoir faire face à ses anciens démons ainsi qu’à l’indéniable attraction qu’elle ressent pour Eldric…

la-fille-du-marais-franny-billingsleyauteur-éditeur-pages

C’est la troisième fois que mes lectures me mènent à un marais cette année : il y eut La dame en noir de Susan Hill, pas si terrifiant que cela, le charmant roman victorien de Florence Warden, La maison du marais, il était logique qu’en cette veille d’Halloween, je vous présente le troisième roman, La fille du marais de Franny Billingsley.

Autant vous le dire d’emblée, je suis totalement passée à côté de ce roman, hermétique à son contenu, déconcertant et complexe car tout n’y est que ressenti, et dès les premières pages, je me suis retrouvée aux prises d’un brouillard épais qui a rendu ma lecture ennuyeuse et opaque. Briony Larkin raconte son histoire à la première personne dans un style tarabiscoté, sombre et ponctué de poèmes et de métaphores pour le moins étranges, qui m’a beaucoup déstabilisée.

Notre héroïne est atypique, particulièrement torturée et cynique, très dure envers elle-même et envers les autres, elle confesse n’aimer personne et n’avoir qu’une hâte, quitter l’endroit où elle vit pour Londres, afin d’être débarrassée de sa soeur et de son père. Encore traumatisée par le décès de sa belle-mère survenu trois mois auparavant, elle est persuadée d’être une sorcière qui fait le malheur de tous ceux qui l’approchent. Sa jumelle, Rose, semble souffrir d’une certaine forme d’autisme et apparait par petites touches, et son père, le sévère pasteur Larkin n’est pas là pour éclaircir l’ambiance. Heureusement, Eldric, le personnage masculin principal, est lumineux et les passages qu’il partage avec Briony ont été une véritable bouffée d’air frais.

La jeune fille va traverser bien des épreuves tout au long du récit qui vont lui permettre de grandir, mûrir, de s’accepter, de s’aimer et d’aimer les autres et formera avec Eldric une confrérie de mauvais garçons plutôt intéressante, car Briony n’entend pas se marier et devenir une épouse au foyer, elle compte bien se réaliser, et ça je ne peux qu’approuver.

L’ambiance est gothique à souhait, lugubre et mystérieuse, idéale pour une lecture d’Halloween, mais je me suis laissée embourbée par les méandres du récit, je n’ai pas été sensible au style de l’auteur et je n’avais qu’une envie, arriver à la dernière page, car je n’aime pas abandonner mes lectures. Pourtant l’auteure créé ici un univers poétique et fantastique qui aurait du me plaire, hélas je ne n’y fus pas sensible, sans doute est-il trop éloigné des lectures qui me sont familières. Autre point négatif : j’aime avoir un minimum d’empathie pour les personnages, là j’avoue que je n’en ai pas eu du tout. Restent les créatures qui peuplent le marais et la ville : le Lutin, la Muse Noire, la Main Morte, L’enfant de minuit ou Face Fange qui sont assez fascinantes et la fin du récit, pleine d’espoir.

heart_2

Lu dans le cadre des challenges La plume au féminin édition 2013, Challenge Victorien 2013British mysteries, et Halloween :

    challenge-victorien-2013    2168108069.2    halloween

Read Full Post »