Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘la griffe du diable laura dearman’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Lara Dearman a grandi à Guernesey avant de s’installer au Royaume-Uni pour étudier à l’université les relations internationales et le français. Après une brève carrière dans la finance et trois ans passés à Singapour, elle se consacre à l’écriture. Son premier roman, La Griffe du diable, combine son amour pour Guernesey, et ses nombreux mythes, et sa passion pour le polar et les serial killers.

Poursuivie par ses démons, Jennifer Dorey a quitté Londres pour retourner dans sa maison d’enfance chez sa mère, à Guernesey, où elle est devenue reporter pour le journal local.

Elle pensait pouvoir souffler un peu. Elle avait tort. Quand le cadavre d’une jeune femme s’échoue sur une plage, la police penche pour un suicide. Mais la journaliste découvre que les suicides d’adolescence semblent un peu trop nombreux sur cette île.

Guernesey, qui semble si paisible, abrite-t-elle un tueur en série ? Malgré les interdictions du patron du journal, Jennifer mène sa propre enquête et exhume plusieurs morts similaires qui s’étendent sur une cinquantaine d’années.

Plus troublant encore, toutes les victimes avaient sur le bras des marques semblables à un symbole gravé sur un rocher de l’île : la griffe du diable, dont la légende veut qu’elles aient été laissées par Satan lui-même…

La griffe du diable est le premier thriller de Laura Dearman, originaire de Guernesey. Je pensais beaucoup aimer cette histoire mais elle s’est révélée finalement assez décevante.

Et pourtant, ce roman a des qualités : le côté huis clos et la quasi personnification de l’île, l’ambiance pesante qui se dégage du récit, l’atmosphère qui va frôler la paranoïa, les petits secrets gardés par chacun des protagonistes, tout ça est bien amené et construit.

Seulement voilà, il y a un hic : l’intrigue s’enlise et on finit par s’ennuyer car les longueurs sont nombreuses et bon nombre de passages s’avèrent inintéressants et surtout inutiles, et au final, on ne s’intéresse plus tellement à cette affaire de tueur en série.

Roman à trois voix porté par des personnages assez fades et plats : Jennifer, l’inspecteur chargé de l’enquête, et le tueur lui-même, on peine à s’intéresser à eux et à leur passé pour le moins chargé.

Autre point négatif : j’aurai aimé en apprendre davantage sur l’île de Guernesey, ses légendes et son folklore. Je suis restée sur ma faim car l’autrice y fait bien allusion mais un peu trop brièvement à mon goût, sans doute parce que l’autrice veut bâtir une série et dévoiler un élément à chaque roman.

Et enfin, l’autrice ne nous donne pas les clés pour que l’on découvre l’identité de l’assassin, alors que j’adore mener moi-même l’enquête. Ici, le dénouement arrive comme un cheveu sur la soupe et là aussi j’ai été déçue.

En bref, La griffe du diable est un roman d’ambiance qui n’aura pas su me charmer ni me convaincre tout à fait, je ne poursuivrai pas avec le second tome d’ores et déjà paru. Belette est sur la même longueur d’ondes, un peu déçue elle aussi, vous pouvez aller voir son avis ici.

Read Full Post »