Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘la maison de charlotte françoise bourdon’

Françoise Bourdon est née dans les Ardennes. Dès l’enfance, elle a le goût de l’écriture et rédige son premier roman à l’âge de dix ans. Professeur de droit et d’économie, elle décide, après dix-sept ans d’enseignement, de se consacrer exclusivement à sa passion de l’écriture. Journaliste depuis 1993, elle a régulièrement publié des nouvelles dans plusieurs revues. A ses débuts, Françoise Bourdon s’est beaucoup inspirée de sa région natale, puis c’est en Provence, sa terre d’adoption, qu’elle a poursuivi son œuvre, dense, riche, qui mêle grandes sagas familiales, portraits de femmes et évocation de métiers.

1965, cap Ferret. Charlotte Galley, 93 ans, est bouleversée : son petit-neveu Jérôme a reçu l’offre d’un promotteur immobilier et veut vendre la Maison du Cap, conçue par le père de Charlotte, l’architecte James Desormeaux, à la fin du XIXè siècle.

La demeure sera rasée pour laisser place à un ensemble d’appartements qui bénéficieront de la vue incomparable sur le bassin d’Arcachon.

Paniquée, révoltée, Charlotte, aidée par ses petits-enfants Violette et Paul, fait appel à un cabinet d’architectes bordelais afin de demander le classement de la demeure par les monuments historiques.

Pierre-Loup propose à son associée Iris de se charger de l’affaire. La jeune femme se rend alors au cap Ferret pour rencontrer Charlotte et les siens. Tombée sous le charme de la maison et de la famille, Iris épouse leur combat…

Voilà quatre ans déjà, j’avais eu un quasi coup de coeur pour la saga familiale, La maison du Cap, qui courait sur plusieurs générations et dont La maison de Charlotte est une suite indépendante.

Dans son nouveau roman, Françoise Bourdon raconte le combat de deux femmes pour que subsiste une maison de famille, riche de mille souvenirs, de vies et d’histoires, au cap Ferret. Si les deux opus peuvent se lire indépendemment, je vous conseille tout de même de commencer par La maison du Cap pour comprendre toutes les ramifications qui se poursuivent dans La maison de Charlotte.

Porté par plusieurs femmes, ce récit fait la part belle aux secrets de famille, mon péché mignon ! D’un côté, nous suivons Charlotte dans son combat pour sauver sa maison ; Violette, atteinte d’une sclérose en plaques, qui souhaite sauver son mariage avec son photographe de mari, Diego ; et Iris, qui vient d’hériter de la maison familiale des Landes, Chantecler.

L’histoire se déroule principalement en 1965 mais aussi de 1937 à 1944 via les carnets de sa tante Anna dont Iris prend connaissance après le décès de celle-ci et qui nous ramène aux heures sombres de l’Occupation et de l’épuration.

J’ai beaucoup aimé retrouver le cap Ferret, Charlotte, Diego et Violette, les protagonistes de La maison du Cap et j’ai trouvé l’apport d’Iris et de son histoire familiale complexe, intéressant.

Les trois femmes sont fortes, combattantes et indépendantes, et on a plaisir à les voir se battre pour ce qu’il leur tient à coeur.

L’autrice aborde plusieurs thématiques (maladie, deuil, divorce, homosexualité, la guerre d’Indochine…) mais sans jamais les approfondir, ce que j’ai trouvé dommage, elle effleure les sujets, fait des sauts de puces entre ses personnages et les époques de façon bien trop brève.

La plume de Françoise Bourdon est toujours aussi fluide et agréable à lire, elle a un réel talent de conteuse et je n’ai pas boudé mon plaisir de la première à la dernière page même si je déplore quelques facilités dans les différents dénouements.

Un moment de lecture tout de même bien agréable et que je vous recommande si vous aimez les sagas familiales.

Un grand merci aux éditions Presses de la cité pour cette lecture !

Read Full Post »