Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘la page blanche’

Une jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni son nom ni ce qu’elle fait là. Menant l’enquête tant bien que mal, elle tente de retrouver la mémoire et son identité. Mais que va-t-elle découvrir ? Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l’existence banale d’une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu’un après avoir été quelconque ?

PAGE BLANCHE - C1C4.inddauteur-éditeur-pages

Après Cadavre exquis et Ma vie est tout à fait fascinante, tous deux lus en octobre, j’ai eu envie de retrouver Pénélope Bagieu. Mon choix s’est porté sur La page blanche qui m’avait été chaudement recommandé par plusieurs d’entre vous, notamment par Céline qui n’était passée pas loin du coup de cœur !

J’aime décidément beaucoup le style de Pénélope Bagieu, notamment son travail autour de la couleur qui est très réussi et j’ai pu découvrir les talents de scénariste de Boulet que je ne connaissais pas du tout. La collaboration entre les deux fonctionne bien et j’ai pris beaucoup de plaisir à lire l’histoire d’Héloïse qui se réveille sur un banc à Mongallet sans savoir qui elle est.

La jeune femme souffre d’une amnésie subite et ne se rappelle plus rien la concernant, incapable de retrouver son nom, encore moins son adresse. Non sans humour, elle va essayer de se retrouver grâce aux traces que l' »autre » (elle avant l’amnésie) a laissé dans son appartement.

Une histoire toute simple, émouvante, sur une jeune femme qui découvre qu’elle n’a aucune personnalité et aucun goût personnel, elle est lisse, aime ce que les autres aiment, en un mot : elle consomme des livres, des films, de la musique commerciaux, un comble pour une libraire. Elle se dilue finalement dans une existence qui n’a aucun intérêt, au point de se fondre au décor et disparaître au regard des autres. Héloïse va alors faire table rase du passé et prendre un nouveau départ.

Outre le thème de la consommation et de l’uniformisation des pensées, Boulet et Bagieu abordent également le thème de la solitude des grandes villes et de la superficialité des rapports humains, l’héroïne va finalement se faire une véritable amie, qui s’inquiète pour elle et l’aide à traverser cette dure épreuve.

Vous l’aurez compris, ce roman graphique offre une belle réflexion sur l’identité et m’a beaucoup plu, excepté sa fin, trop abrupte et qui m’a laissé sur ma faim justement, dommage !

heart_4

Read Full Post »