Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘la pastèque’

Hélène est victime de harcèlement et d’intimidation à son école. Elle trouve alors refuge dans le monde de Jane Eyre, le premier roman de Charlotte Brontë…

Montréal, dans les années 80. Hélène est une jeune adolescente et le canard boiteux de son établissement scolaire depuis plusieurs mois.

Rejetée par son groupe d’amies, mise à l’écart, sujette aux moqueries et aux insultes, liées à son physique et à son poids, elle se réfugie dans la lecture de Jane Eyre de Charlotte Brontë.

Au gré de sa lecture, elle s’identifie à l’héroïne, se voyant terne et grosse, se dévalorisant sans cesse, persuadée d’être « une saucisse de Toulouse », « un bébé truie » ou « un coussin à fourchettes ».

Et le pire est à venir. Une semaine en camp de vacances avec les 40 élèves de cinquième, prêts à la martyriser. Mais deux rencontres vont illuminer son quotidien…

Depuis ma lecture coup de coeur de Rose à petits pois, je m’étais promis de me pencher sur les publications des éditions La Pastèque, une maison d’édition québécoise fondée en 1998, qui propose des bandes dessinées intimistes à destination des enfants et des adultes.

C’est chose faite avec Jane, le renard & moi, un album pour les adolescents qui traite du harcèlement scolaire à travers le personnage de Hélène, qui, pour oublier sa souffrance, s’évade dans Jane Eyre de Charlotte Brontë.

Le scénario de Fanny Britt montre le difficile quotidien de Hélène, moquée pour son physique, qui se voit énorme alors qu’elle a une silhouette tout à fait normale. On ne comprend pas d’où viennent ces moqueries ni pourquoi elle est devenu la tête de turc de son collège, ce que j’ai trouvé un peu dommage pour la compréhension mais ceci mis à part, j’ai trouvé le reste de la bande dessinée très réussi.

Il n’empêche que l’on ne peut qu’être touchée et avoir de l’empathie pour cette jeune fille rejetée de tous, qui subit insultes et quolibets, à longueur de journée, et qui trouve du réconfort dans l’histoire de Jane Eyre, cette gouvernante au physique terne, qui rencontre malgré tout l’amour.

Les illustrations magnifiques de Isabelle Arsenault, qui a une merveilleuse maîtrise des couleurs, accompagnent le texte poétique de Fanny Britt et abordent d’une façon très sensible et poétique le harcèlement mais aussi les thèmes propres au passage à l’adolescence qui sont évoqués avec brio tout au long de l’album tels que l’amitié, l’amour, la solitude, les changements physiques…

Vous l’aurez compris Jane, le renard & moi est une bande dessinée qui aborde des thèmes très importants pour les adolescents avec beaucoup de justesse et que je ne peux que vous encourager à découvrir à votre tour tant elle me parait essentielle à mettre entre les mains des plus jeunes mais aussi des parents !

Read Full Post »

Quand il fait beau, elle sourit, elle sifflote, elle chante à tue-tête, elle ouvre les fenêtres et laisse la porte ouverte. Mais dès qu’il pleut, Adèle reste enfermée. Elle n’y peut rien, elle perd son entrain. La pluie, c’est gris, froid et sombre. Vous aurez alors beau dire tout ce que vous voulez, argumenter tant que vous pourrez, ça n’est pas la peine de discuter, Adèle ne mettra pas une mèche de cheveux dehors…

Adèle est une jeune femme joyeuse et pétillante qui habite un petit bourg de bord de mer. Elle tient l’unique café du village, Le tablier à pois, qui est ouvert chaque jour que Dieu fait, même le dimanche.

Mais Le tablier à pois c’est bien plus qu’un café. Le mercredi, Lucas, l’épicier du canton installe au fond du café, un étal de fruits, de légumes frais et de produits d’épicerie.

Le samedi, le lieu fait office de ciné et certains jours se terminent en soirées à thème pour le plus grand bonheur des habitués.

Adèle adore que son café bruisse de monde et de vie mais elle fait grise mine les jours de pluie. Ces jours-là, elle trouve refuge sous sa couette et ne met pas le nez dehors.

Jusqu’au jour où elle trouve des bottes de pluie roses sur le pas de sa porte…

Quel bonheur d’explorer ce très bel album destiné aux enfants de 6 à 9 ans ! Un album où tout absolument tout m’a plu : le texte joliment troussé bien sûr mais aussi les dessins, l’atmosphère délicieusement surannée, jusqu’à la police de caractère que j’ai trouvé charmante.

L’histoire que nous raconte Amélie Callot est donc celle d’Adèle qui est un vrai rayon de soleil pour les habitants de ce hameau, voire même l’âme de ce hameau puisqu’elle tient le seul lieu de rencontre et de ravitaillement de ses habitants.

J’ai adoré cette jeune femme qui s’étiole à la moindre goutte de pluie, la tendresse, la poésie qui émane de cet album, la romance que l’on voit poindre entre Adèle et Lucas.

J’ai tout autant aimé les dessins pastel signés Geneviève Godbout qui servent à merveille le texte de l’auteure, l’aspect suranné et nostalgique qu’elle leur imprime, son travail de la couleur que j’ai trouvé tout simplement merveilleux.

Vous l’aurez compris Rose à petits pois est un album joli et touchant, totalement réussi, pour lequel j’ai eu un gros coup de cœur et que je vous recommande vivement !

Read Full Post »