Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘la petite princesse’

Sara Crewe, fille unique et choyée d’un riche Anglais installé aux Indes, vient parfaire son éducation dans un pensionnat, à Londres. Sa générosité, son intelligence et ses talents de conteuse lui valent quelques amitiés fidèles… et de solides rancunes. Le jour de l’anniversaire de Sara, une fête somptueuse se prépare à la pension. Mais un homme vêtu de noir se présente, porteur d’une terrible nouvelle qui va bouleverser la vie de la fillette…

La-petite-princesse-frances-burnettauteur-éditeur-pagesPour moi qui n’avais jamais lu de roman victorien il y a quelques semaines à peine, la découverte de cette littérature est un vrai bonheur et La petite princesse ne fait pas exception. Ce roman écrit par Frances Burnett, qui est surtout connue pour Le petit Lord Fauntleroy, que je compte bien lire aussi, m’a ramené tout droit en enfance. Tout le long de ma lecture, j’ai eu l’impression d’avoir à nouveau 9 ans et regretté de ne pas l’avoir découvert à cet âge-là car il serait devenu à coup sûr l’un de mes livres de chevet.

Sara Crewe, 7 ans, est la fille unique et choyée du Major Crewe, un anglais installé en Inde. Veuf inconsolable de son épouse morte en couches, le major la conduit en Angleterre afin qu’elle y reçoive une excellente éducation. C’était apparemment le lot de tous les enfants anglais bien nés vivant en Inde. L’homme est très fortuné et souhaite que tous les désirs de sa fille soient exaucés. Rien n’est en effet trop beau pour la petite Sara, habillée de soie, de dentelle et de fourrure, qui mène une vie de petite princesse et se comporte comme telle. Dans l’école de Miss Minchin et de sa soeur Miss Amélia, Sara aura à sa disposition son propre salon, un poney, une calèche et une femme de chambre, autant de privilèges qui font d’elle, une enfant à part et une véritable bénédiction pour le pensionnat.

Mais bien entendu, cette bonne fortune, en plus de l’intelligence dont fait preuve Sara, fait la jalousie de certaines petites pensionnaires, Lavinia en tête, et même sa directrice miss Minchin la prend en grippe. Sara est pourtant une petite fille modèle dans tous les sens du terme, un vrai exemple pour une petite fille : sage, apprenant ses leçons, généreuse et gentille avec tous. Aussi, lorsque le jour de ses 11 ans, le notaire du Major annonce à la directrice aigrie et méchante, la mort de Crewe et sa ruine à cause de mines de diamants, Miss Minchin n’aura de cesse de se venger sur l’orpheline, qui passe de l’extrême fortune à l’extrême pauvreté en quelques heures. Tous ses biens sont vendus, sa femme de chambre, son poney et sa calèche renvoyés. La voilà condamnée à donner des leçons de français, matière dans lequel elle excelle, aux plus petites pensionnaires et à faire les courses, et ce, par tous les temps. Elle partage avec la petite Becky, la fille de cuisine qui a son âge, une mansarde aux murs nus et au confort très rudimentaire.

La petite fille, qui a depuis toujours une imagination débordante, peut heureusement compter sur l’amitié sans faille de Lottie et d’Ermengarde mais aussi, malheureusement pour elle, sur la haine farouche que lui portent Miss Minchin, la cuisinière et les autres servantes de la maison. Le personnage de Sara, terriblement attachant, est aussi fascinant de lucidité et de courage et plaira beaucoup aux enfants pour qui l’histoire a été écrite. Mais les adultes, qui ont su garder une âme d’enfant et une grande tendresse pour les romans surannés comme moi, seront aussi attendris par le destin de cette orpheline.

Ce roman nous démontre que déjà à cette époque l’argent est roi et qu’il faut mieux être riche que pauvre et met en relief le destin des enfants pauvres, exploités et corvéables à merci et que l’on peut battre sans vergogne. Un thème au cœur d’Une seconde avant Noël qui se déroule à la même époque. Le style d’écriture de Frances Burnett, simple et accessible, plaira aux enfants dès 9 ou 10 ans. Autre bon point : il n’y a pas de temps mort et les situations s’enchainent très bien, on tourne les pages tant on a envie de savoir ce qu’il va advenir. J’ai eu pour ma part beaucoup de plaisir à lire les aventures de Sara, généreuse et altruiste, et surtout conteuse hors pair.

heart_4

Lu dans le cadre des challenges La plume au féminin, God save the livre , Challenge Victorien, Au service de… et Cartable et tableau noir :

            3225364373.2   challenge-cartable-et-tableau-noir

Read Full Post »