Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘la valse des mouettes madeleine Mansiet-Berthaud’

La jeune Gabrielle vit avec son père Denis, qui tient le café le Mascaret, à Meschers, village de pêcheurs de l’estuaire de la Gironde. Elle devient auxiliaire au phare de Cordouan, le  » Versailles des mers « , situé à sept kilomètres en mer sur le plateau de Cordouan. Même si le lieu ravive le souvenir de Léa, sa mère morte lors d’un naufrage dix ans plus tôt, elle s’y sent bien. Parfois, au-dessus de sa chambre, vient se percher une mouette à la gorge noire. Pour la jeune fille, c’est comme si cet oiseau des mers lui transmettait des messages de la disparue. Parmi les gardiens, il y a Alexis, de dix ans son aîné, dont elle tombe amoureuse. Quand la guerre est déclarée, Meschers se vide de sa jeunesse et Alexis disparaît sans plus donner de nouvelles… Sur la côte, les Allemands ordonnent la construction du mur de l’Atlantique, et l’extinction des feux de Cordouan.

On l’appelle le paradis des enfers. Pour Gabrielle, marquée à jamais par la mort de sa mère Léa lors d’un naufrage une dizaine d’années plus tôt, le phare de Cordouan est un refuge, l’endroit où elle se sent le plus proche de la disparue.

Nommée auxiliaire, elle tombe amoureuse d’Alexis son tuteur, déjà fiancé à une autre. Elle tait son amour pour lui bien qu’elle ait l’impression que ses sentiments sont partagés. C’est alors que la déclaration de guerre arrive. Les hommes sont mobilisés et bientôt Alexis disparaît, suite au suicide de sa promise.

Gabrielle se met à dépérir et ni son père ni sa grand-mère n’arrivent à lui changer les idées. La région est bientôt occupée, le phare pris par les allemands. Les lois antijuives commencent à faire peur à Denis, son père, qui craint plus que jamais pour sa fille unique et l’incite vivement à ne plus quitter Cordouan…

Il y a deux ans déjà, j’avais découvert la plume de Madeleine Mansiet-Bertahaud avec Les nuits blanches de Lena qui dépeignait la chute du régime tsariste et que j’avais beaucoup aimé.

Changement de lieu et d’époque avec La valse des mouettes qui nous emmène du côté de Royan, une région que j’affectionne particulièrement, pendant la seconde guerre mondiale.

Avec ce roman, Madeleine Mansiet-Berthaud signe le portrait d’une femme déterminée qui, au-delà des conventions, a choisi un métier d’homme au quotidien rude mais exaltant. Un roman d’apprentissage et d’émancipation qui se révèle agréable à lire et plein de rebondissements.

L’auteure nous raconte donc le destin de Gabrielle qui a une belle complicité avec son père et sa grand-mère, qui n’a de cesse de découvrir les secrets de sa famille, les raisons pour lesquelles sa mère l’a abandonnée et les circonstances dans lesquelles Léa a perdu la vie. Une absence qui la marque encore, une dizaine d’années après sa disparition.

Gabrielle est une héroïne atypique à l’allure plutôt masculine qui se passionne par un métier jusqu’alors occupé uniquement par les hommes, qui vit entre le phare et le café Le Mascaret de son père.

Si l’intrigue est très longue à démarrer, l’auteure prend en effet son temps pour planter son décor et nous dévoiler les protagonistes de son histoire, jusqu’à ce que la guerre éclate mettant en place les événements qui rendront intéressante l’histoire de Gabrielle et d’Alexis.

Car si l’histoire de Gabrielle peut paraître banale, dès que l’Occupations s’installe, sa vie prend un tournant. Les drames, les secrets de famille, les révélations sur le passé de sa mère et ses propres amours contrariées vont précipiter le destin de Gabrielle dans la tourmente de la guerre et très loin des siens, jusqu’au camp d’Auschwitz Birkenau et nous tenir en haleine pendant plus de trois cents pages.

Le contexte historique est bien rendu et j’ai aimé retrouver une région chère à mon cœur et suivre Gabrielle au sein de son phare.

La jeune femme se révèle courageuse et l’ensemble des personnages sont assez attachants, Gabrielle bien sûr mais aussi Denis son père, sa grand-mère, Charles et Alexis.

Bien documenté, porté par une héroïne non conventionnelle, La valse des mouettes est un bon roman du terroir, à réserver aux adeptes du genre.

Un grand merci à Laëtitia et aux éditions Presses de la cité pour cette lecture !

Read Full Post »