Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘La vie secrète de Violet Grant’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Auteur de romances historiques écrites sous pseudo, Beatriz Williams a véritablement rencontré le succès avec L’Été du cyclone (Belfond, 2015), son deuxième roman signé sous son nom, le premier publié en France, qui s’est hissé rapidement en tête des best-sellers sur les listes du New York Times. Il est suivi de La vie secrète de Violet Grant, paru en 2016 chez le même éditeur. Elle vit dans le Connecticut aux États-Unis.

New York, 1964. Un avis de passage du facteur dans la boîte aux lettres de Vivian Schuyler qui n’attendait rien. En faisant la queue au bureau de poste, elle fait la connaissance du Docteur Paul dont elle tombe immédiatement amoureuse.

En revenant chez elle, elle se rend compte que le paquet, expédié par sa mère, vient de Zurich. En l’ouvrant, elle découvre qu’il s’agit une valise adressée à une certaine Violet Schuyler. Quelques rapides coups de fil familiaux plus tard, Vivian découvre une grand-tante dont elle n’avait jamais entendu parler et glane les bribes d’une étrange histoire.

Celle de cette aïeule bien née, qui décide de devenir scientifique avant d’être accusée d’avoir tué son mari à Berlin en 1914 et de prendre la fuite avec son amant pour ne plus jamais donner de nouvelles. La curiosité piquée au vif, Vivian décide de se lancer sur les traces de cette ancêtre atypique, meurtrière et adultère, happée par les remous de l’Histoire.

La vie rêvée de Violet Grant signe mes retrouvailles avec Beatriz Williams que j’avais découverte avec L’été du cyclone. Si comme moi vous êtes friand.e.s de romans historiques, de secrets de famille, d’histoires à double temporalité, vous n’allez pas être déçu.e.s !

Beatriz Williams, d’un plume vive et enlevée, nous propose une histoire formidable portée par des héroïnes fortes et loin d’être potiches. La première est apprentie journaliste et vit à fond les sixties, la seconde est physicienne et travaille dans le sillage d’Albert Einstein !

Les chapitres alternent entre les deux femmes, les deux époques, et se lisent tout seuls, si bien que je suis venue à bout de ce pavé en trois petits jours seulement.

Ce roman est un véritable page-turner, l’autrice y distille rebondissements et révélations inattendues tout au long du récit et on ne s’ennuie pas une seconde, au contraire, il aurait été plus long, cela aurait été encore mieux !

L’histoire m’a conquise, les personnages de Violet et Vivian aussi ! La première a su refuser la destinée toute tracée par ses riches parents : épouser un beau parti et faire des enfants.

Au lieu de cela, elle va se battre pour faire de brillantes études de physique, à une époque où ce domaine était quasi-exclusivement réservé aux hommes. Une femme libre, tout comme sa petite-nièce, qui va pourtant se faire piéger par son professeur, William Grant, qui lui a ouvert les portes de son université à Oxford.

J’ai vraiment aimé suivre Violet et Vivian. Elles sont toutes les deux très attachantes et plutôt complexes. Vivian est irrésistible avec son audace, son humour ravageur et son franc parler et Violet est touchante. Ce sont deux femmes en avance sur le temps qui ont soif de passion et d’indépendance. Deux femmes épatantes qui veulent vivre pleinement.

L’histoire est vraiment prenante et loin d’être classique, le dénouement est surprenant jusqu’au point final, je n’avais rien vu venir, c’est dire !

Premier tome de la trilogie consacrée aux soeurs Schuyler, qui peuvent toutefois se lire indépendamment car les trois tomes sont portées par des héroïnes différentes avec des histoires bien distinctes, ce roman donne envie de se jeter sur Les lumières de Cape Code et Une maison sur l’océan, si ils sont aussi réussis que celui-ci, je vais me régaler !

Une pépite que je ne peux que vous encourager vivement à dévouvrir à votre tour si ce n’est déjà fait !

Read Full Post »