Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘laurent seksik’

Salut, l’Amérique ! Je suis venu te conquérir ! Il n’est pas une femme, un homme, un enfant, qui n’aura pas mon nom aux lèvres ! Laurent Seksik et David François explorent la vie tumultueuse de l’un des plus grands artistes de tous les temps dans un triptyque intimiste et flamboyant.

Octobre 1912. Charles Spencer Chaplin débarque aux États-Unis la tête pleine de rêves et d’ambition. Son nom, il le voit déjà en grosses lettres sur la 5e avenue.

Comment un garçon, né dans un quartier pauvre de Londres, de deux parents artistes ratés, père alcoolique, mère folle, avec une enfance à la Oliver Twist, a pu devenir, à 25 ans, le plus grand cinéaste de son temps, en mettant Hollywood ses pieds ?

L’inventeur du cinéma moderne, un créateur visionnaire et un acteur d’exception, légende vivante, porte-parole des misérables, des moins que rien, des vagabonds, et producteur immensément riche, artiste engagé dans tous les combats de son temps, dictatorial avec les siens, et que son amour des femmes rend un colosse aux pieds d’argile dans l’Amérique puritaine.

C’est cette conquête de l’Amérique que retrace ce premier volume consacré à Charlie Chaplin : En Amérique ! L’aventure que nous raconte ici Laurent Seksik débute en 1910 quand il quitte l’Angleterre pour les Etats-Unis et se termine vers 1920, en pleine notoriété puisqu’il est déjà une des personnalités les plus connues au monde.

Comme je vous le confessais sur Instagram (abonnez-vous ici si vous ne m’y suivez pas encore car j’y dévoile mes réceptions livresques, mes premières impressions de lectures…), je suis une grande admiratrice de Charlie Chaplin, un génie du 7ème art tour à tour acteur, réalisateur, producteur, musicien, scénariste de ses films, créateur de l’iconique personnage de Charlot, ce vagabond au grand coeur.

Mais si je connais assez bien l’œuvre, la vie de cet artiste m’est inconnue et je compte bien sur cette trilogie signée Laurent Seksik au scénario et David François aux dessins pour me faire découvrir l’Homme derrière l’Artiste.

Il ne faut pourtant pas croire que ce roman graphique est une biographie linéaire de Charlie Chaplin, elle a plutôt pour vocation de mettre certains éléments de sa vie personnelle en lumière. Dans ce premier volume, on voit la relation fraternelle proche et très touchante qu’entretiennent Charlie et de son frère aîné, Sidney Chaplin, qui va se consacrer quasiment exclusivement à la gestion de la carrière de son frère.

On voit également Charlie dans sa vie amoureuse mouvementée, notamment la façon dont s’est noué son premier mariage avec Lita Grey. Ce qui est surtout intéressant ici c’est de se rendre compte de la façon dont s’est construit la carrière du comédien, et de découvrir son sens inné des affaires qui vont faire de lui un homme riche et puissant.

Il est aussi question du scandale en pleine guerre mondiale qui l’a touché de plein fouet : Chaplin était anglais et à ce titre aurait du être mobilisé. Il va alors participer à l’effort de guerre en réalisant une tournée d’un mois aux États-Unis pour lever des fonds pour les alliés et en réalisant Charlot soldat, après s’être fait réformer pour cause de maigreur, un simple prétexte car Chaplin ne voulait pas se retrouver dans les tranchées.

Les dessins de David François tantôt en noir et blanc pour évoquer l’enfance malheureuse de Chaplin et en couleur pour évoquer son destin hollywoodien servent bien le propos, j’ai beaucoup aimé cette maîtrise des couleurs même si j’avoue, j’ai peu goûté sa façon de dessiner les visages.

Il y a des changements de rythme bien vus : tantôt un seul dessin par page, tantôt des grandes cases sur fond noir à l’horizontale ou un découpage plus classique, tous ces changements apportent une dynamique que j’ai vraiment apprécié.

Si l’on sent que les auteurs vouent une profonde admiration à leur sujet, Chaplin est loin d’être une hagiographie puisque les côtés sombres de la personnalité de l’acteur ne sont pas passés sous silence : on l’observe tour à tour lâche, séducteur, ambitieux, en un mot, pas si sympathique que ça, contrairement à son double à l’écran, et c’est ce qui m’a plu aussi ici.

Un premier volume réussi que j’ai eu plaisir à lire et que je vous conseille de découvrir à votre tour.

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Léna Kotev, cancérologue à Paris, est issue d’une longue lignée de médecins : Pavel Alexandrovitch exerçait dans la Russie tsariste, Mendel était professeur dans le Berlin des années 1920, Natalia avait été victime de l’affaire du complot des blouses blanches sous Staline. Elle rêve de se soustraire à cette légende familiale mais il n’est pas facile d’échapper à son destin.

heart_1auteur-editeur-pagesl-exercice-de-la-medecine-laurent-seksik

Léna Kotev est cancérologue à Paris de nos jours, elle est la dernière d’une longue lignée de médecins de confession juive qui a démarré avec Pavel à la fin du XIXè siècle. L’homme vit avec sa famille dans un shtetl et subit la politique antisémite du dernier tsar de toutes les Russies Nicolas II.

Dans ce climat trouble, il préfère envoyer son fils aîné Mendel à Berlin, l’eldorado juif du début du 20è siècle, là il pourra entreprendre des études de médecine et vivre en homme libre.

Son fils Mendel se fera rattraper par l’antisémitisme puisqu’il sera pris dans la tourmente de l’Allemagne nazie. Quant à son petit-fils Tobias, il subira l’ire des chemises brunes.

Je me réjouissais de connaître enfin la plume de Laurent Seksik dans ce qui promettait d’être une grande fresque. L’exercice de la médecine nous donne à lire la traversée du XXème siècle par une famille juive où la médecine est une vocation d’une génération à l’autre.

De l’arrière grand-père qui vit dans shetl à la merci des pogroms, à Léna, notre contemporaine qui semble subir plutôt que vivre sa vie, en passant par le Berlin nazi et la France occupée, il y avait de quoi construire une saga puissante et diablement intéressante.

Il n’en est hélas rien. Les personnages sont esquissés et manquent de profondeur et surtout que d’ennui, notamment les passages concernant Léna que j’ai carrément passés au bout d’une centaine de pages tant ils n’apportent rien à l’histoire.

Finalement, les seuls passages intéressants à mes yeux concernent l’aïeul Pavel en Russie, le reste m’a ennuyé, tant et tant, que j’ai fini par abandonner ma lecture une centaine de pages avant la fin !

Read Full Post »