Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘le récital des anges tracy chevalier’

Lu dans le cadre du Mois Anglais :

Londres 1901 : la reine Victoria vient de s’éteindre et l’Angleterre a des impatiences de liberté. A travers le destin poignant de deux familles, Tracy Chevalier ressuscite un début de siècle turbulent. Le hasard a réuni autour de leurs tombes respectives les Waterhouse et les Coleman. Les premiers vouent un culte à la défunte souveraine et professent les valeurs traditionnelles. les seconds aspirent à une société plus moderne et plus libérale. Deux fillettes, qui se sont promis une amitié éternelle, seront les narratrices de l’intimité des deux clans. Tandis qu’elles s’éveillent à la vie, leurs parents se débattent dans un maelström de passions. Si Mrs. Waterhouse se contente du confort domestique que son mari lui procure, la très belle Mrs. Coleman suffoque dans un univers très confiné. Elle aspire à des sentiments nobles, des défis, une cause. C’est alors qu’elle croise le chemin des suffragettes londoniennes. La vie de tous les protagonistes en sera bouleversée.

Londres, janvier 1901 : la reine Victoria vient de mourir après un règne long de plus de soixante-trois ans. Comme le veut la coutume, le pays entier prend le deuil, les familles se rendent au cimetière afin d’honorer la défunte reine.

Leurs tombes étant mitoyennes, les Waterhouse et les Coleman font connaissance. Si les adultes ne sympathisent guère, leurs filles Maude et Lavinia se lient immédiatement d’amitié.

Pourtant, les familles n’ont pas grand-chose en commun. L’une incarne les valeurs traditionnelles de l’ère victorienne et l’autre aspire à plus de liberté. Dans le cimetière, Lavinia et Maude se retrouvent souvent et partagent leurs jeux et leurs secrets avec Simon, le fils du fossoyeur, au grand dam de leurs parents.

Lavinia est élevée dans le respect des principes alors que Maude est livrée à elle-même : sa mère, Kitty Coleman, vit dans ses propres chimères. Ni la lecture, ni le jardinage, ni sa fille ne suffisent à lui donner goût à la vie.

Jusqu’au jour où elle découvre la cause des suffragettes. La vie des deux familles en sera bouleversée à jamais…

Quel bonheur de retrouver la plume de Tracy Chevalier que j’avais découvert il y a fort longtemps avec La vierge en bleu, La dame à la licorne, Prodigieuses Créatures (gros coup de coeur) et La jeune fille à la perle.

J’aime me plonger dans les histoires qu’elle raconte, suivre les personnages féminins qui les portent, et pourtant Le récital des anges est une relique dans ma PAL, qui était déjà sur mes étagères avant la création du blog il y a sept ans. Pourquoi ? Je ne me l’explique pas et j’en suis d’autant plus navrée que j’ai beaucoup aimé l’atmosphère de ce roman sur le deuil et l’émancipation féminine.

Dans ce véritable roman choral, on suit les Coleman et les Waterhouse de janvier 1901 à mai 1910, de l’enfance des enfants jusqu’à leur arrivée dans l’adolescence et à travers elles, le vent de liberté qui a soufflé sur la société anglaise après le décès de la reine Victoria, engoncée dans le deuil éternel du prince Albert, et les bouleversements qui en ont découlé avec l’avènement du roi Edouard VII.

Ici ce sont surtout les enfants que sont Maude, Livy, Ivy May et Simon qui tirent leur épingle du jeu, indéniablement les personnages les plus intéressants du roman.

Les deux pères sont très effacés, Kitty et Trudy, les mères, m’ont laissé assez indifférentes : l’une à cause de sa neurasthénie et la seconde, à cause de son manque de personnalité, elles font pâle figure à côté de Maude et Livy qui savent, elles, très bien ce qu’elles veulent.

A travers ces figures féminines et celles des domestiques Jenny et Mrs Baker, Tracy Chevalier nous dépeint la condition féminine au début du XXè siècle, thème central de tous ses romans. Des convenances étriquées aux balbutiements de la libération de la femme, l’auteure donne une nouvelle fois la vedette à ses personnages féminins, ladies et roturières confondues en abordant ici la place du corps, l’avortement, la grossesse, la soumission au mari et le droit de vote.

Vous savez j’aime beaucoup la thématique des suffragettes et je regrette qu’ici, elle intervienne aussi tardivement dans le récit car ce mouvement est très bien décrit ici et surtout, c’est l’engagement de Kitty qui va faire surgir la dramaturgie et faire basculer les deux familles.

La figure centrale est, une fois n’est coutume, le cimetière, point de rencontre des deux familles et lieu de promenade, ce qui permet aussi à la romancière d’aborder la religion, le deuil, l’étiquette lié à celui-ci et aux enterrements mais aussi la question de la crémation qui émerge à cette époque.

J’ai apprécié également le procédé narratif qui consiste à raconter l’histoire à plusieurs voix. Chaque personnage du roman nous confie ses pensées, ses espoirs, ses attentes, sa façon personnelle de vivre les évènements… chacun ayant sa propre manière de s’exprimer, cet aspect-là est vraiment bien maîtrisé par Tracy Chevalier, ce qui n’est toujours le cas dans les romans choral.

Un très bon roman, bien documenté que je vous recommande si les thématiques et l’époque où se déroule ce récit vous passionne !

Read Full Post »