Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘le tour du monde en 80 jours jules verne’

En 1872, un riche gentleman londonien, Phileas Fogg, parie vingt mille livres qu’il fera le tour du monde en quatre-vingts jours. Accompagné de son valet de chambre, le dévoué Passepartout, il quitte Londres pour une formidable course contre la montre. Et au prix de mille aventures, il va s’employer à gagner ce pari.

le-tour-du-monde-en-80-jours-jules-verneauteur-éditeur-pagesJusqu’à présent je ne m’étais jamais intéressée à l’œuvre de Jules Verne. Petite fille, je préférais La comtesse de Ségur ou Fantômette, mais désormais maman de deux garçons, j’élargis le cercle de mes lectures afin de pouvoir, le moment venu, leur proposer des romans qu’ils seront susceptibles d’aimer. C’est ainsi que Le tour du monde en 80 jours, l’un des romans le plus célèbre de cet auteur, a atterri dans ma PAL. Tout le monde ou presque connait dans les grandes lignes la trame de ce roman, adapté au cinéma et aussi en dessin animé. Aussi vous allez sûrement être étonnées d’apprendre que je n’avais jamais vu ni le film ne le dessin animé ! Ce roman fut donc une totale découverte et je l’ai littéralement dévoré, emportée par le rythme si vif de ce récit d’aventures.

Tout commence par un pari le mercredi 2 octobre 1872, celui de boucler un tour du monde en 80 jours. Philéas Fogg est un homme mystérieux : il vit seul avec un domestique dans sa maison du 7 de Saville-row à Burlington Gardens, il est fortuné et ne travaille pas, personne ne sait rien sur lui et sa fortune, et ses journées s’égrènent toutes de la même façon, entre son home sweet home et son club, comme tout bon gentleman anglais qui se respecte. Mr Fogg est un homme sédentaire, qui ne voyage pas, et il va se transformer en un intrépide aventurier tout au long du récit dynamique et enlevé de Jules Verne. Avec son domestique Passe Partout, un français ayant eu mille vies avant et qui ne rêve que du confort d’une maison, il va se lancer dans une incroyable épopée autour du monde, sautant d’un moyen de transport à un autre, permettant à l’auteur de présenter toutes les possibilités de locomotion qui s’offrent alors aux voyageurs : du train à l’éléphant, du steamer au vapeur à aubes et j’en passe !

Ce pari insensé conclu avec cinq gentlemen du Reform Club, mené avec raison et diligence, Philéas Fogg compte bien le mener à terme : 20 000 livres sont de même en jeu mais c’est sans compter les multiples péripéties qui vont ponctuer le roman et mettre parfois à mal cette course contre la montre. Toutefois Philéas Fogg a grand foi dans son projet et ne se laissera jamais abattre par les retards pris ici et là. Ici pas de longues descriptions, ce qui plaira aux jeunes lecteurs, mais l’envie de donner une soif de découverte, de prendre la route et de faire aussi le tour du monde, pas comme le font nos héros, qui ne voient rien des pays qui le traversent, mais en multipliant les moyens de locomotion pour voir les richesses du monde et les peuples qui le composent.

Notre duo sera bientôt rejoint par Aouda, une jeune femme indienne, qui aura à coeur que Philéas Fogg gagne son pari. De Londres à la France, en passant par l’Inde, la Chine, le Japon, l’Amérique et Londres à nouveau, Jules Vernes ménage son suspens et c’est seulement dans les toutes dernières pages que l’on sait enfin si le pari est gagné ou non.

Un roman que je mettrais sans nul dans les mains des garçons même si quelques ficelles et stéréotypes peuvent apparaitre grossiers pour l’adulte que je suis, les enfants eux, n’y verront que du feu et y prendront beaucoup de plaisir j’en suis sûre à lire ce formidable roman d’aventures.

heart_4

Lu dans le cadre des challenges Au service de…Romans Cultes et ABC Babelio 2012-2013 :

3225364373.2     critiquesABC2013     challenge-romans-cultes

Read Full Post »