Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘léa wiazemsky’

Tous les lundis à midi et demi, elle le voit s’installer à la table 10 et commander son bœuf-carottes, derrière ses verres fumés. Qui est donc ce vieil homme pour lequel Clara, la serveuse, sent d’emblée une tendresse infinie ? Leurs deux solitudes, silencieuses et meurtries, se sont déjà reconnues. Elle, étouffée par une histoire qui la hante, lui, prisonnier d’un passé qui l’isole, s’échangeront les mots qu’il faut, les pardons qu’ils attendent, le plaisir de l’instant – une amitié pour la vie et le bonheur en héritage…

Paris. Clara est une jeune serveuse qui a des goûts surannés. Clément est un vieil homme solitaire de 85 ans. Tous les lundis, le vieil homme déjeune seul dans le restaurant où la jeune femme travaille.

Chaque lundi, il commande les mêmes plats et chaque lundi, Clara attend sa venue. Pour elle qui n’a pas connu ses grands-parents, cet homme dont elle ignore tout, et à qui elle ne parle que pendant son service, fait office de grand-père de subsitution.

Pour Clément, la jeune femme est un rayon de soleil en qui il voit la petite-fille qu’il n’a pas eu. Un lundi toutefois, il ne vient pas. Clara s’inquiète et se fait porter pale le lendemain…

Le vieux qui déjeunait seul est le premier roman d’actrice Léa Wiazemsky, arrière-petite-fille de François Mauriac, fille de Régine Deforges et nièce de Anne Wiazemsky.

Elle nous raconte ici la rencontre aussi bouleversante qu’inattendue entre une jeune femme un peu perdue et un vieil homme solitaire. Une très belle histoire, très émouvante, que l’on lit entre rires et larmes, bercée par les mots de Charles Trénet.

Tous deux ont donc un lourd passé et vont s’apercevoir au fil de leurs discussions, de leur rencontres, qu’ils partagent les mêmes passions, ils vont s’aimer et panser ensemble les blessures du passé.

Clément a perdu l’amour de sa vie dans les camps et Clara porte en elle la culpabilité d’un grand-père collabo, qu’elle n’a jamais connu, et qui a été fusillé à la fin de la guerre. Le vieil homme va lui permettre de s’ôter cette chape de plomb qui l’empêche de vivre

Je me suis attachée à Clément mais aussi à Clara, heureuse qu’ils se soient trouvés tout les deux et bien triste de les quitter si vite car le roman est terriblement court et je serai volontiers restée plus longtemps avec eux.

Ensemble, ils vont apprendre le bonheur : elle va adoucir les derniers jours du vieil homme, il va lui permettre de sortir de sa chrysalide et d’aimer enfin. Une histoire qui rappelle que les choses les plus simples sont aussi celles qui nous rendent heureux.

Un court récit qui va à l’essentiel sur le pardon, l’acceptation, le bonheur. Une histoire pleine de tendresse qui m’a beaucoup touchée et que je vous recommande.

Read Full Post »