Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘lecture de noël’

Lu dans le cadre du Cold Winter challenge

Né en 1828 à Isnaïa Poliana, dans la province de Toula, Léon Tolstoï partagea sa vie entre l’exploitation de son domaine familial, de nombreux voyages en Europe et la littérature. La Guerre et la Paix, paru en 1867, remporta un immense succès, confirmé par la publication d’Anna Karénine (1875-1877). Dans les dernières années de sa vie, son activité philanthropique et sociale va de pair avec ses œuvres pédagogiques et philosophico-religieuses. Il est mort en 1910.

Après une longue journée de réunions, décrets et audiences, le jeune tsar s’endort en attendant sa femme pour le réveillon. Lorsqu’il rouvre les yeux, il n’est plus dans son palais mais à la frontière avec la Prusse et voit un soldat tirer sur un contrebandier. Toute la nuit, il voyage ainsi à travers la Russie et prend peu à peu conscience du poids des responsabilités qui lui incombent…

Le réveillon du jeune tsar est un court recueil de quatre nouvelles qui m’a permis de renouer avec le grand auteur russe Leon Tolstoï. Au menu de cet ouvrage : Les mémoires d’un fou, Une âme simple, Ainsi meurt l’amour et Le réveillon du jeune tsar, la nouvelle la plus travaillée et qui donne naturellement son nom au recueil.

Ces brèves nouvelles extraites des « Oeuvres posthumes » de Léon Tolstoï permet aux néophytes de se mesurer à l’auteur et invite à aller plus avant dans la découverte du grand romancier russe, très croyant, et engagé dans les combats contre l’injustice sociale et la pauvreté de la paysannerie.

Et ces combats se ressentent dans son œuvre et notamment dans ces quatre contes qui nous entrainent au cœur de la Russie tsariste de la fin du XIXè siècle. Il est question des sentiments humains (orgueil, avarice, amour, cruauté, mysticisme, pitié..), du tsar et de ses lois, de leur impact sur les moujiks, de la bonne société russe francophile…

Tolstoï parle aussi beaucoup de la foi et de la religion qui permettent à tous les russes, petits et puissants, d’être égaux devant Dieu.

Si elles sont courtes et peu marquantes, ces quatre nouvelles sont néanmoins très intéressantes. Elles abordent des thématiques encore pertinentes pour nous lecteurs du 21è siècle : le mysticisme (Les mémoires d’un fou), l’amour (Une âme simple), la politique (Le réveillon du tsar) et le romantisme (Ainsi meurt l’amour).

Si ma préférée est Une âme simple, j’ai beaucoup apprécié Le réveillon du jeune tsar et Ainsi meurt l’amour.

Tostoï nous invite, le temps de notre lecture, à un voyage dans une Russie qu’on imaginait éternelle au temps du tsar et qui ne ressemble pas du tout à celle de Vladimir Poutine.

Un recueil qui mérite d’être lu et que je vous conseille si vous n’osez pas vous frotter aux deux œuvres emblématiques de Tolstoï que sont La guerre et la paix et Anna Karénine.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter challenge

Isabelle Alexis a publié de nombreux romans, dont Tu vas rire mais je te quitte ! Et Tu peux garder un secret ? (Plon, 2002 et 2004) qui ont été adaptés au cinéma. Marie Vareille a reçu le Prix Confidentielles pour son best-seller Je peux très bien me passer de toi et de nombreux prix en littérature jeunesse pour sa trilogie Elia la passeuse d’âmes. Tonie Behar est romancière, spécialiste de la comédie romantique et lectrice compulsive, elle est sujette à des addictions contemporaines pour les séries, les boots à talons, son iPhone et son frigo (et tout récemment, les crèmes antirides !). Adèle Bréau est blogueuse, twitta (@TheAdele32), et community manager sur Terrafemina.com. Sophie Henrionnet est auteur et maman de quatre enfants à qui elle raconte des histoires tous les soirs ! Elle anime également son blog Sixinthecity

Pour Noël, Eva se voit offrir une cure d’amaigrissement détox en Savoie, Cassandra un séjour de rêve dans un hôtel perdu dans les montagnes. Lisa se réfugie chez sa psychanalyste, terrifiée à l’idée de revoir son amour de jeunesse.

Vincent tente désespérément de reconquérir son ex avec l’aide d’un coach en séduction loufoque. Lara est enfermée dans un magasin de jouets avec son chef qu’elle exècre, quant à Charlie, elle est coincée dans une tempête de neige à New York, coupée du monde à un moment crucial…

Ces six personnages ne se connaissent pas, mais sont liés à leur insu par le même roman : une ancienne édition d’Orgueil et Préjugés à la couverture rouge, qui passe de main en main et pourrait leur porter chance… Ou pas !

Deux ans après Y aura-t-il de la neige à Noël ? qui m’avait laissé une impression mitigée, la Team RomCom rédicive avec Noël & préjugés et je dois dire que si le premier opus m’avait déçu, le second m’a beaucoup plu.

Six nouvelles drôles et romantiques pour un Noël magique ! Telle est la promesse de la Team RomCom, un collectif d’auteures de comédies romantiques à la française composé d’Isabelle Alexis, Tonie Behar, Adèle Bréau, Sophie Henrionnet, Marianne Levy et Marie Vareille.

Ce sont 6 auteures de comédies romantiques françaises qui à elles toutes comptabilisent « 30 romans, 15 éditeurs, 8 blogs, 1 site féminin, 15 cocktails préférés, un nombre inavouable de héros irrésistibles et 68 scènes de sexe et demie… Elles livrent ici leur interprétation de la comédie romantique de Noël » (c’est elles qui le disent !).

Toutes très différentes les unes des autres, ces nouvelles de Noël ont cependant un point commun, celui de faire vivre un réveillon du 24 décembre pas comme les autres à leurs héros et héroïnes.

L’originalité de ce recueil c’est de nous proposer six nouvelles Comme une princesse Disney (Tonie Behar), L’hôtel des Monts enneigés (Marie Vareille), Le manoir des Wilfried (Isabelle Alexis), Love coach (Sophie Henrionnet), Nuit blanche au magasin de jouets (Adèle Bréau) et Amour, tempête & best-seller (Marianne Levy), se déroulant lors du réveillon de 2014 à 2019 avec un fil rouge, une ancienne édition d’Orgueil & préjugés de Jane Austen.

Romantiques à souhait mais aussi très drôles, toutes ces nouvelles sont très réussies à mes yeux, à l’exception de la dernière que j’ai trouvé très plate et sans grand intérêt, ces histoires cochent tous les codes de la comédie de Noël et je n’ai pas boudé mon plaisir.

Il y a certes de temps en temps quelques clichés et facilités mais cela ne m’a guère gênée tant j’ai trouvés les cinq premières bien menées, bien écrites et enlevées.

Je ne vais pas faire un classement de ces nouvelles mais je vous confie bien volontiers que ma préférée est celle qui ouvre le recueil pour son romantisme absolu.

Lu entre le 24 et le 25 décembre, Noël & préjugés, fut une bonne pioche, j’ai passé un chouette moment en compagnie de ces auteures et de leurs héros / héroïnes.

Une lecture, à la fois drôle, romantique et doudou que je vous conseille à lire au coin du feu ou au pied du sapin si vous êtes adeptes des comédies romantiques !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter challenge

« Il me reste quelques rêves à réaliser et le moment est venu de m’y atteler. Je vous aime très fort. À très bientôt ! Maman. »

19 décembre 2017. Léna, son frère aîné Tom et sa nièce Violette débarquent chez leur grand-mère Jacotte pour Noël. Et à leur arrivée, Léna n’en revient pas : sa mère leur a posé un lapin !

Comment sa mère, qui l’a convoquée pour passer Noël dans la maison de son enfance, a-t-elle pu disparaître en ne lui laissant que ce message sibyllin : « Il me reste quelques rêves à réaliser et le moment est venu de m’y atteler. Je vous aime très fort. À très bientôt ! Maman. » ?

La voilà donc coincée dans le petit village de Vallenot au coeur des Alpes de Haute-Provence et condamnée à passer la fête qu’elle hait plus que tout, entourée de sa famille pour le moins… haute en couleur !

Mais les fêtes de famille ont le don de faire rejaillir les secrets enfouis. Les douloureux, ceux qu’on voudrait oublier, mais aussi ceux qui permettent d’avancer…

Avec La vie est belle et drôle à la fois, Clarisse Sabard nous propose une histoire de Noël faisant la part belle à la famille. Il y a certes une petite romance, mais c’est la cerise sur le gâteau et en aucun cas la trame principale.

Autant vous le dire d’emblée, on pourrait reprocher à l’autrice d’avoir eu recours à quelques facilités : l’héroïne déteste Noël, comme dans bon nombre de romances de Noël même si ici la raison pour laquelle Léna déteste Noël est compréhensive, le dénouement est un peu trop prévisible et les personnages hauts en couleur parfois à la limite du cliché mais je n’ai pas boudé mon plaisir pendant trois cent pages et j’ai quitté cette histoire le sourire aux lèvres.

Dans ce roman Clarisse Sabard privilégie les secrets de famille, les liens intergénérationnels et les relations familiales, parfois conflictuelles, ce qui est sa marque de fabrique, on peut le dire.

Les personnages qu’elle nous propose sont bien travaillés et l’ambiance noëlique et cocooning que l’on attend dans tout roman ayant pour décor Noël et les fêtes de fin d’années sont bel et bien là : la décoration du sapin, un beau village enneigé, des chants de Noël, des feux de cheminée, des petits gâteaux, du lait de poule, rien ne manque.

L’écriture de l’auteure est fluide et ne manque pas d’humour, les chapitres sont courts et l’histoire suffisamment intéressante et bien menée pour que l’on passe un bon moment de lecture et c’est tout ce que j’attends d’un roman de Noël : des personnages attachants, des secrets, un peu de suspens, une ambiance noëlique et une pointe de romance.

Une comédie de Noël réussie, pleine d’amour, d’espoir et de douceur avec des secrets de famille qui connaissent leur dénouement lors du réveillon entre la dinde et la bûche.

Une lecture que je vous conseille si vous aimez les histoires feel-good et les secrets de famille, La vie est belle et drôle à la fois devrait vous plaire.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Challenge Cold Winter

ColdWinterChallenge4_medium

Ce soir, c’est Noël : oubliés intempéries et tracas, place aux réjouissances ! Réveillonner à Rio avec Blaise Cendrars, croire en l’impossible avec FS Fitzgerald, le voir se réaliser avec Sylvain Tesson : d’Apollinaire à Truman Capote en passant par Marcel Aymé et Maupassant, les plus grands auteurs nous le rappellent, chacun à leur façon : à Noël, tout est possible, tout est différent, alors joyeux Noël ! Pour célébrer la magie de Noël et se souvenir que la vie est un beau cadeau !heart_3joyeux-noel-histoires-a-lire-au-pied-du-sapin

Impossible pour moi en cette période de l’Avent de faire l’impasse sur les contes de Noël que j’aime tant ! L’an dernier mon choix s’était porté sur Au pied du sapin, et cette année, c’est un autre court recueil collectif, toujours publié chez Folio, et qui attendait bien sagement son tour dans ma PAL depuis plus d’un an déjà, que j’ai décide de lire enfin : Joyeux Noël ! Histoires à lire au pied du sapin.

Découpé en trois parties : C’est le soir de Noël…, C’est Noël, tout de même !, Un souvenir de Noël ?, il regroupe les poésies et les contes d’auteurs et horizons très divers mais néanmoins classiques à l’exception d’un contemporain, tels que Clément Marot (Du jour de Noël), Charles Dickens (Un arbre de Noël), Sylvain Tesson (Les fées), Jules Laforgues (Noël sceptique), F.S Fitzgerald (Pat Hobby croit au Père Noël), Anton Tchekhov (A Noël), Marcel Aymé (Conte de Noël), Guillaume Apollinaire (Les sapins), Guy de Maupassant (Conte de Noël), Truman Capote (Un souvenir de Noël), Noël à Rio (Blaise Cendrars).

Un recueil charmant sur le papier mais qui après lecture, se révèle manquant cruellement de la magie de Noël. En effet, le conte signé Charles Dickens excepté, les autres se passent certes à Noël mais sont très éloignés de l’atmosphère noëllique !

Trois poèmes et huit contes nous sont donc proposés ici, j’ai bien aimé plusieurs d’entre eux, tous signés il faut le dire d’auteurs que j’affectionne, Tesson mis en part que je découvre ici et dont le conte qui a pour cadre la Bretagne m’a séduite, les autres sont des écrivains qui me sont familiers comme Dickens, Fitzgerald, Tchekhov, Aymé ou Maupassant et que j’ai apprécié retrouver.

Même si ces contes m’ont plu, j’aurai préféré des histoires plus charmantes et surtout emplies de magie, sur lesquelles aurait soufflé l’esprit de Noël.

Les deux derniers contes m’ont en revanche bien déçus mais je dois admettre que je n’aime pas Cendrars et que j’apprécie très modérément Capote et les choix de l’éditeur m’ont renforcé dans mes impressions plutôt négatives de ces deux auteurs du 20è siècle.

Une petite déception donc même si j’ai aimé plusieurs de ces contes, il manque pour moi l’atmosphère de Noël que j’aime tant. Il m’a en revanche donné envie de (re)lire les auteurs cités plus haut.

Read Full Post »