Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘l’effet rosie Graeme simsion’

 » Dis-moi quel effet ça te fait d’être bientôt père. – Ça ne me fait aucun effet du tout. C’est trop tôt. – Et si je te reposais la question tous les jours, jusqu’à ce que nous ayons trouvé la réponse ? Tu dois être un peu inquiet, non ? – Comment tu sais ça ? – Tous les hommes le sont. Anxieux à l’idée que le bébé monopolise leur femme. Anxieux à l’idée de ne plus jamais coucher avec elle. Anxieux à l’idée de ne pas être à la hauteur. – Je ne suis pas comme la moyenne des gens. Je suppose donc que mes problèmes seront uniques. – Et que tu les résoudras à ta façon. Unique elle aussi.  » Don et Rosie sont mariés depuis dix mois et dix jours et ils sont  » enceints « . Don se lance corps et âme dans ce nouveau défi : devenir père. Scientifique hors norme, atteint du syndrome d’Asperger, il aborde la paternité avec sa rigueur toute… mathématique. Et sa logique particulière. Ce qui ne semble pas toujours correspondre à ce qu’attend Rosie de lui.

l-effet-rosie-le-theoreme-de-la-cigogne-graeme-simsionauteur-editeur-pagesDon et Rosie Tilman ont quitté Melbourn et vivent désormais à New-York. Don a été engagé par la très prestigieuse université Colombia et Rosie finit sa thèse dans la même université. Ils sont mariés depuis près d’un an lorsque Rosie apprend à Don qu’elle attend un bébé.

Face à cette nouvelle totalement imprévue pour lui, Don qui est atteint du Syndrome d’Asperger va réagir à sa façon, c’est-à-dire, déroutante pour le commun des mortels, ce qui va l’entraîner une fois encore dans des situations impossibles et mener son couple au bord de la rupture.

Car ce qui a séduit Rosie, sa grande intelligence et sa loufoquerie, est en train de la détourner de lui au fur et à mesure que son ventre s’arrondit.

Don sera-t-il capable d’être un père, lui qui émotionnellement parlant, est handicapé ?

Heureusement les amis de toujours, Gene et Claudia, et les nouveaux, George III, Dave et Sonia qui attendent eux aussi un heureux événement, sont là pour aider Don à mettre des mots sur ses émotions et à le préparer à sa future paternité.

J’étais sortie de ma lecture du Théorème du homard totalement enchantée et limite amoureuse de Don, et oui, en refermant L’effet Rosie, je suis toujours sous le charme de Don mais l’effet de surprise n’étant plus là, j’ai tout de même une petite déception.

Le premier volume était tellement pétillant et plein de drôlerie que je trouve le second plus plat et avec moins de saveur même si ma lecture fut une parenthèse agréable, je l’ai trouvé nettement moins bon tout simplement.

J’ai été très heureuse de retrouver les personnages qui m’avaient tant plu dans le premier tome même si ici l’histoire se recentre sur Don. Rosie n’est qu’un personnage secondaire parmi les autres, ce que je trouve un peu dommage même si au fond c’est Don que je préfère.

Graeme Simsion saupoudre son récit de situations cocasses et de pas mal d’humour, qui faisaient déjà le sel du Théorème et que j’ai aimé retrouver ici. Cependant, l’histoire tourne en rond autour de cette future paternité et cela m’a un peu lassé par moment.

J’aurai aimé les voir évoluer en tant que couple, il y avait de la matière, avant d’aborder la grossesse de Rosie dans la seconde partie du roman par exemple.

En bref, un roman plein de verve, de tendresse et de situations totalement loufoques mais décevant par rapport au Théorème.

Merci à Babelio et aux Éditions Nil pour m’avoir permis de retrouver Don, un personnage que j’aime beaucoup.

masse_critique

heart_3Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Syl et du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Les 10 livres que j’aimerais sortir de ma PAL cet été (3/10)

Read Full Post »