Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘l’énigme des blancs-manteaux Jean-François parot’

En 1761, le jeune Nicolas Le Floch quitte sa Bretagne natale pour entrer au service de M. de Sartine, chef des affaires secrètes de Louis XV. Devenu l’un des espions du lieutenant général de police, Nicolas va vite découvrir la cruauté des hommes et la brutalité des complots : à Paris, dans le monde du crime, tout tourne autour du jeu, de la débauche et du vol qui communiquent par d’innombrables labyrinthes. Son premier meurtre le plonge au coeur des perversités de la capitale : un commissaire corrompu, une épouse ex-pensionnaire d’une maison de plaisir, un cadavre rue des Blanc-Manteaux, un bourreau médecin légiste à la morgue de la Basse-Geôle..
Et si tout cela le conduisait trop près du roi et de Mme de Pompadour ?

l-énigme-des-blancs-manteaux-jean-françois-parotauteur-éditeur-pagesComme je vous l’annonçais samedi dernier, je me suis replongée avec délectation et gourmandises dans les aventures de Nicolas Le Floch, à l’invitation de Syl. Je n’avais pas relu L’énigme des Blancs-Manteaux depuis sa parution en 2001 et je me félicite de l’avoir fait, car quel beau moment de lecture ce fut encore !

Dans ce premier volume, c’est moins l’intrigue policière qui m’intéressait, que le plaisir de me familiariser à nouveau avec les personnages et le style exquis et très vivant de Jean-François, qui ponctue son récit de bon nombre de mots issus du vocabulaire du 18è siècle (carreau pour coussin, brisées pour pas, homicider pour tuer, etc), ce qui est un régal pour l’amoureuse que je suis de cette époque. L’auteur tisse brillamment sa toile dans le décor d’un Paris, puant et sale, grouillant des cris de Paris chantés en leur temps par Rétif de la Bretonne et Louis-Sébastien Mercier. Un Paris vivant, empli de ruelles sombres et de coupe-gorge, que va découvrir le jeune breton Nicolas Le Floch, enfant trouvé élevé par le chanoine Le Floch qui vient de mourir. Clerc de notaire à Rennes, il vient d’être embauché par le tout nouveau lieutenant général de police, Antoine de Sartine, grâce à l’entregent de son parrain, le marquis de Ranreuil. Celui-ci le confie au commissaire Lardin qui a pour charge de le loger dans la capitale et de le former au métier de policier. Lorsque ce dernier disparait, à son retour de Guérande où il vient d’enterrer son tuteur, Nicolas se voit chargé de l’enquête par Sartine. Secondé de l’expérimenté inspecteur Bourdeau, son adjoint, Nicolas va devoir démêler le vrai du faux s’il ne veut pas voir sa carrière sombrer avant même d’avoir démarré.

Le Floch se lance donc à la poursuite du commissaire Lardin dans tout Paris, de la rue des Blancs-Manteaux à Vaugirard, en passant par le Dauphin Couronné, lieu de plaisir et de jeux tenu par La Paulet, la basse-geôle, Monfaucon, la Croix-Nivert et le Châtelet. Il va pouvoir rencontrer tout une galerie de personnages hauts en couleur : une veuve joyeuse, une cuisinière très en verve, un chirurgien de marine, un tartuffe, une maquerelle… L’intérêt du récit de Jean-François Parot, au-delà de la résolution de l’énigme,  est aussi dans le fait de faire côtoyer des personnages de fiction et des personnes qui ont réellement existé comme Madame de Pompadour, le roi Louis XV, Sartine, le ministre Saint Florentin, Monsieur de Paris (le bourreau Sanson), M. de La Borde, premier valet du roi, etc, et de s’appuyer sur le contexte historique et politique de l’époque.

Dans cette première aventure, Nicolas va faire la connaissance de son supérieur, le lieutenant général de Police Sartine qui va régner sans partage sur la police de Paris jusqu’à la mort de Louis XV ; de l’inspecteur Bourdeau, son adjoint ; de Charles-Henri Sanson, chargé des autopsies (une invention de l’auteur, Sanson n’a jamais occupé cette fonction) ; d’Aimé de Noblecourt, ancien procureur, épicurien devant l’éternel, fin lettré et amateur de mets raffinés, chez qui il loge après la disparition de Lardin ; le médecin Guillaume Semacgus, chirurgien de marine ; M. de La Borde, premier valet de chambre de Louis XV ; ainsi que les servantes, cuisinières expertes, Marion et Catherine.

Cette première enquête de Nicolas Le Floch va être couronnée de succès par le Roi et il apprendra même la vérité sur ses origines mais chut pour le savoir, il faudra lire L’énigme des Blancs-Manteaux.

Le seul reproche que je peux faire à ce premier volume c’est l’abondance de détails concernant le supplice de Damiens, qui avait attenté à la vie du roi, et qui subit un véritable martyre dont l’auteur ne nous épargne aucun détail. Jean-François Parot n’avait nul besoin de recourir à ce subterfuge pour nous démontrer son excellente connaissance du XVIIIè siècle, qu’il connait sur le bout des doigts, à n’en pas douter.

heart_4

Lu dans le cadre des challenges Nicolas Le Floch, Paris et Polars Historiques :

nicolas-le-floch-2    camille-pissarro-the-louvre-and-the-seine-from-the-pont   

Read Full Post »